NOUVELLES SÉRIES

BodyguardBodyguard Alex HugoAlex Hugo
The OutsiderThe Outsider WatchmenWatchmen
TandemTandem MirageMirage
The BoysThe Boys LegaciesLegacies
MirageMirage Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux
LanesterLanester ValidéValidé

INTERVIEW DE KATIE MCGRATH(LABYRINTH)


Par Audrey Oeillet, Arnaud Doucerain et Aurélie-Gabrielle Ruas, réalisée le 7 juillet 2012

Katie McGrathKatie McGrath est une habituée du Comic Con Paris : elle était présente lors des deux précédentes éditions pour la promotion de la série britannique Merlin, dans laquelle elle joue le personnage de Morgane. Cette année, nous l'avons à nouveau rencontrée, mais pour parler cette fois-ci de la mini-série Labyrith dans laquelle elle interprête Oriane, un important personnage. Interview dans la joie et la bonne humeur !

Bonjour Katie ! Pouvez-vous nous parler un peu d’Oriane, votre personnage dans Labyrinth ?

Je joue donc Oriane, la soeur aînée d’Alaïs du Mas. Elle est en quelque sorte le moteur des forces malveillantes à l’oeuvre dans la partie médiévale de l’histoire. A travers son sentiment de jalousie envers sa soeur, c’est elle qui met le livre au coeur de l’intrigue en danger, en l’enlevant des mains d’Alaïs, la gardienne, pour le mettre entre des mains disons, plus nuisibles.
Elle est... J’essaierais bien de trouver un moyen délicat et sympa de le dire, mais... C’est la méchante. C’est une méchante très bien, mais ça reste la méchante.

Comme Morgana, elle a pas mal de problèmes avec son père...

Oui. Après la différence, c’est qu’avant le début du roman, ou de la série télé, Oriane est déjà brisée. Elle est déjà condamnée en quelque sorte, il n’y a plus de rédemption possible pour elle.
Alors que pour Morgana, parce qu’on connaît la légende, parce qu’on sait ce qu’elle a traversé, on la voit plus comme un personnage sympathique, on sent qu’il peut y avoir une rédemption. Avec un peu de chance, je n’en sais rien encore moi-même.
Mais Oriane n’a pas de bon côté. Elle peut avoir une facette sympathique, mais... Elle ne deviendra pas gentille à la fin.

Connaissiez-vous le livre avant, l’aviez-vous lu ?

Je l’ai acheté dès sa sortie. J’aurais bien aimé jouer Oriane, aucun autre personnage de m’intéressait vraiment. Aussi, quand ils m’ont appelée pour lire l’autre rôle.. Sérieusement, j’ai été mauvaise ! Je me disais “mais personne ne va être séduit avec ça !”
Alors que pour Oriane, j’ai été prise presque instantanément.

Vous n’êtes pas intéressée par des rôles plus gentils ?

J’adorerais. Je pense que quand je lisais le rôle d’Oriane, comme j’étais toujours en train de tourner Merlin, je me disais “je sais jouer une méchante”. Au final, Oriane et Morgana ne sont pas du tout les mêmes, et j’espère que personne ne s’attend à ce qu’elles le soient, mais j’étais tellement branchée sur Morgana dans ma tête, je venais de la jouer pendant huit mois, que sortir de ça pour jouer Alice, je n’en ai pas été capable. Et puis quand vous voyez Vanessa (Vanessa Kirby, qui joue Alice, NDLR), elle était tellement brillante et merveilleuse, que vous ne pouvez vouloir personne d’autre pour ce rôle. On comprend parfaitement pourquoi ils m’ont ignorée et l’ont choisie.

Christopher Smith (le réalisateur de Labyrinth) disait que vous jouiez différemment, même si vous aviez déjà joué une méchante. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Avec Morgana, on a un personnage qu’on connaît très bien, ça fait quand même 5 ans... Je la joue avec toutes les années derrière, et on peut voir tous les petits morceaux de ce qu’elle a été.
Avec Oriane, on a un personnage complet dès le départ. Je sais qui elle est du début à la fin, parce que c’est une histoire complète, je sais comment elle va finir. Donc dans ces deux fois 90 minutes, je sais où je suis. Alors qu’avec Morgana, vous devez la découvrir chaque année, y compris en tant qu’actrice.

Et c’est là la différence, car Oriane est un personnage déjà complet, et il n’y a pas de surprises pendant que vous jouez, parce que vous savez ce que vous avez à faire, et vous pouvez vous l'approprier complètement, vous voyez ? Ce sont donc deux personnages très différents, car Morgana est passée par beaucoup de changements, alors qu’Oriane, elle est qui elle est. Je suis vraiment mauvaise pour expliquer ce genre de choses.
Et voilà. (en français dans le texte).

Vous disiez que nous n’aviez pas rencontré John Hurt ?

Je ne l’ai jamais rencontré ! Je ne l’ai jamais rencontré sur Merlin, je ne l’ai jamais rencontré sur Labyrinth. Je n’ai pas tourné à Carcassonne, donc je n’y étais pas quand lui y était, et il n’a pas tourné à Cape Town donc... Je ne l’ai pas vu. Je crois qu’il y a été quelques jours, mais j’étais déjà partie. C’est dingue.
En plus, il habite dans la région d’Irlande dont je suis originaire, et son ex-petite amie nous gardait, mes frères et moi. Sérieusement... Je devrais déjà avoir rencontré John Hurt !

Peut-être qu’il ne veut pas vous rencontrer...

Oui, ça doit être ça. “Bouuh, c’est une garce, je ne veux pas la rencontrer. Katie McGrath ? Nan, je vais prendre la porte de derrière”.
Mais John Lynch, qui jouait Balinor dans Merlin, est aussi dans Labyrinth. Et c’est un acteur étonnant, il n’y a pas une seule raison sur cette Terre pour qu’il ne soit pas un grand et merveilleux oscarisé. C’est l’acteur le plus "présent" avec lequel j’ai travaillé. Il est effrayant quand il joue.

Donc vous n’avez pas tourné à Carcassonne ?

Non, je n’avais pas besoin d’y aller, je devais tourner à Cape Town uniquement.

Peut-être parce qu’avec le tournage de Merlin, vous avez l’habitude de la France ?

Oh, et du coup, je n’aurais pas eu besoin d’être en France. Peut-être, mais du coup, je me suis sentie un peu perdue, car le temps que tout le monde soit à Cape Town, les autres étaient ensemble depuis deux semaines, ils avaient tous déjà sympathisés. Mais bien sûr, dès la première nuit, ça n’avait plus d’importance. On a tourné 10 jours à Carcassonne, et cinq ou six semaines à Cape Town, tournant toujours la partie contemporaine en même temps. Mais la partie médiévale semble plus dense, à cause de la période, parce que c’est plus éloigné de la réalité, alors que la partie contemporaine est plus accessible, vu que c’est un peu ce que l’on voit tous les jours.

Qui préférez-vous, entre Julian Jones (scénariste de Merlin avec lequel elle était venue au précédent Comic Con, NDLR) et Christopher Smith ?

Du point de vue de l’écriture, ou sur le fait de travailler ensemble ?

Du travail en général ?

Julian ne nous a jamais dirigés sur Merlin... Julian est super ! Son travail est déjà fait quand il nous donne le script, donc il est toujours content et adorable, car son travail est fait, il n’a plus qu’à s’asseoir et à profiter jusqu’au script suivant.
Alors qu’avec Chris, on est avec lui pendant qu’il travaille. C’est un réalisateur très “visceral", il est très impliqué, c’est un vrai directeur d’acteurs. Et il n’a pas les idées arrêtées, du style “ça, ça marche pas”. Il vous laisse essayer, et ne dira jamais d’une idée que c’est une mauvaise idée.
Ce sont donc deux expériences totalement différentes.
Après, pour sortir boire quelques bières, je pense que j’en boirais bien avec les deux ! (rires)

Chris Smith nous a raconté qu'il aimait tourner dans la saleté, qu'il trouvait la crasse "sexy". Ca s'est ressenti sur le tournage ? Plus que sur Merlin par exemple ?

Oui ! Pour Labyrinth, les premiers jours, je semblais trop propre, d’ailleurs. Tous les autres étaient déjà sales, mais pour une raison inconnue, ne me demandez pas, la crasse ne se voyait pas sur moi. Même quand vous regarderez la série, je ne suis pas aussi sale que les autres. Ils me mettaient de la saleté dessus, et ça marchait pas. Ou alors, les maquilleurs me mentaient : “si si, on met de la saleté”, alors qu’en fait, non.

Mais oui, c’est très différent. Parce que Merlin est bien plus fantastique, c’est une série de fantasy, ils prennent des libertés avec le réalisme. Labyrinth a aussi des bases fantastiques, mais c’est très réaliste. Si on me frappe au visage, je vais avoir une marque, qui va s’estomper en trois semaines dans l’histoire. Dans Merlin, si vous prenez un coup au visage... Enfin voilà, il y a un dragon qui parle, on prend quelques libertés ici ou là, alors que Chris voulait que ce soit plus réaliste, plus viscéral, plus sale pour justement coller au réalisme voulu. Même la partie “magique”, le graal, semble plus plausible.

Vous travailliez sur les costumes avant de tourner Merlin, parlez-nous un peu des costumes sur Labyrinth.

Ce qui est bien avec les costumes sur Labyrinth, c’est que le designer a vraiment compris ce qu’on voulait faire avec les personnages.
Je suis arrivée deux jours avant le début du tournage, pour mes premiers essais de costumes. Je les ai tous vus, et j’ai demandé à la costumière de les rétrécir un peu, pour que mes vêtements soient plus ajustés sur moi que ce qu’ils ne sont sur Jess (Jessica Brown Findlay, qui joue Alaïs NDLR).

Car pour moi, mon personnage se confond complètement avec son image. C’est sa force, utiliser son image pour obtenir ce qu’elle veut. Et c’est que je voulais pour mes costumes, qu’ils soient tous... Du côté moulant de la respectabilité, en quelque sorte. Donc tous mes costumes sont plus ajustés, toutes mes coiffures sont plus parfaites, je ne suis pas aussi sale, ce genre de détail, car j’ai l’impression qu’Oriane est une personne très visuelle, un peu superficielle.
Alors qu’Alaïs est un peu plus sale, un peu plus décontractée, et ses costumes le reflètent.
C’était sympa de pouvoir faire ça quand on est arrivées, car ça permettait de mettre en place des détails, de montrer ce qu’étaient nos personnages déjà avec les costumes. Je ne me sens pas une actrice assez forte pour jouer un personnage sans tout l’aide possible.

Il y a beaucoup de scènes de sexe dans le livre. C’est la même chose dans le téléfilm ?

Oui... Mon dieu, quand ma mère va voir ça !
C’est ce qui est génial avec Chris. J’ai fait les derniers essais un matin, et à peu près vers 16h, le directeur de casting m’a dit que Chris voulait me voir. Je l’ai rencontré dans un bar, avec le directeur du casting, et la première chose qu’il a dite concernait les scènes de sexe. Il m’a dit : “tu sais qu’elles y sont, elles sont une part de l’histoire, je ne peux pas raconter l”histoire sans qu'Oriane fasse ça.
Je le respecte vraiment pour avoir amené ce sujet pour me demander comme je me sentais vis-à-vis de ça. Et je lui ai répondu :”je n’aime pas ça, je ne suis pas à l’aise, MAIS, je comprends pourquoi elle le fait, et je suis d’accord : on ne peut pas raconter l’histoire d’Oriane sans.

Donc on s’est mis d’accord sur le fait que ces scènes étaient nécessaires, je suis rentrée chez moi, et j’ai pleuré... Non, je plaisante ! Ca s’est bien passé. J’étais nerveuse, jusqu’à ce que je rencontre Emun (Emun Elliott, qui joue Guilhem du Mas). Vous ne pouvez rêver d’un meilleur partenaire pour faire ça : il est adorable, gentil, généreux, et un brillant acteur. L’expérience a été du coup bien plus facile que ce que ça aurait pu être.

C’était la première fois que vous tourniez ce genre de scènes ?

Oui, pratiquement. Les gens qui vous diront que c’est plus facile avec le temps mentent. Ce sont des scènes horribles, vous n’en profitez pas. Enfin pour moi, personnellement. Elles ne vous font pas vous sentir diminué ou sale, ou rien de ce genre, c’est juste... Bizarre. Vous tournez, il y a à peu près 30 personnes autour.... MAIS, vous ne pouvez pas raconter l’histoire sans le faire, et c’est important pour Oriane, pour montrer qu’elle voit le sexe comme un pouvoir. Quand j’ai lu le livre, je me suis rendue compte que c’était une condition sine qua non avant même de postuler pour le rôle. Vous nous pouvez pas jouer certains personnages sans passer par certaines scènes, sinon, ce n’est pas la peine de vouloir jouer ces personnages.

Je pense qu’Oriane est mon personnage préféré dans le livre.

Oui, je pense qu’elle est la plus intrigante, mystérieuse, on essaie toujours de rassembler les pièces pour la comprendre. Les autres personnages sont bien et bien écrits, mais Oriane... Il manque des pièces, vous ne savez pas ce qui s’est passé qui explique ses actions. Vous ne savez pas.
Les ingrédients manquant sont à l’intérieur, et plus vous vous interrogez sur elle, plus vous avez envie de creuser, jusqu’au moment où vous réalisez qu’elle a une sorte de psychose qui touche à peu près tout. Et je pense que c’est ce qui fait d’elle un bon méchant. Vous ne pouvez pas jouer bien un méchant, si les spectateurs ne peuvent pas... Comment dire ? Il faut des moments plus doux, qui rendent les moments de méchanceté encore pire. J’explique ça très mal, mais il faut des moments plus doux quand vous jouez un méchant, pour faire ressortir à quel point ils peuvent être mauvais. Sinon, vous ne le voyez pas, et c’est ce qui est bien avec Oriane. Elle peut être vraiment adorable... Pour obtenir ce qu’elle veut.

De jouer dans un format comme Labyrinth, est-ce que ça vous donne envie de vous tourner plutôt vers des films, ou plutôt de continuer dans des séries, après Merlin ?

C’est une question qu’on me pose assez souvent, et je pense qu’on me la posera de moins en moins. Parce que certaines séries télé sont mieux que certains films. Regardez Game Of Thrones : sa production, son budget, ses acteurs... C’est incroyable. Un téléfilm comme Labyrinth... Je n’aurais jamais pu travailler avec des gens comme ça sur un film standard. Vous ne pouvez pas réunir autant de gens talentueux, de tant de pays différents, puisque Labyrinth est une co-production européenne. Je n’avais jamais entendu parler de Lena (Lena Dörrie) par exemple, qui joue Rixende, et elle est incroyable dans ce rôle, parce qu’elle est allemande, et que je ne parle pas allemand.

Donc je pense qu’avec le temps, il y aura toujours de grosses productions hollywoodiennes, et il y aura toujours des petites productions indépendantes, mais entre les deux, il y aura la télé. Parce que l’argent est là, la production est là, et l’histoire.... Comme le disait Chris, la possibilité de raconter une histoire en treize heures, au lieu d’une heure et demie. Un acteur sra forcément d'accord avec ça.
Donc oui, j’aime faire des films, mais j’aime aussi toujours faire de la télé, tant que c’est de la bonne télé, et tant que ce sont de bons films.
Je pense que j’aurais beaucoup de chance de faire une autre série comme Merlin pendant encore 10 ans, ou d’autres téléfilms comme Labyrinthe, ou d’autres films. Je pense que c’est surtout une histoire de projets, et d’avoir la possibilité de faire ou pas.

Genre un bon gros méchant dans Game Of Thrones ?

Oui, oui, ça ne me poserait aucun problème !

Brienne of Tarth ?

Non, le rôle est pris ! Et croyez-moi, j’aurais bien voulu ce rôle. Mais l’actrice qui a été prise est bien donc... De toute façon, il y a plein de rôles possibles, ce livre dure depuis des années.
Vous avez déjà entendu parler des Mensonges de Locke Lamora ? Ca fait partie du cycle des Salauds Gentilhommes. Ca, ça ferait de une bonne série télé.

Et avant Oriane, vous avez essayé d’avoir le rôle d’Alice ?

Oui. Non, en fait le directeur de casting m’a appelée pour le rôle d’Alice. Et moi je me suis dit : “impossible qu’ils me trouvent crédible dans ce rôle”. J’ai passé l’audition, et bien sûr, ça n’a pas marché. Et quand j’ai rencontré le directeur de casting au bar, après quelques bières, on discutait toujours, et j’ai dit : “vous savez que j’ai lu pour le rôle d’Alice.” Et lui : “mais non... Oh mon dieu si ! C’était atroce !” “Oui, je sais !
Mais Vanessa est dix fois meilleure que moi. Elle a cette manière très innocente de jouer le personnage, sans le rendre faible.

Et elle est blonde !

Oui, elle est blonde. Ça aide pour l’innocence. Je pense que c’est pour ça que les gens ne croient pas que je suis une gentille fille.

Merci Katie !

Entretien réalisé en table ronde avec Toutelatélé.