Accueil > Séries TV > Comédie > Malcolm > DVD Malcolm - Saison 7 > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Bodyguard  Saison 1 [Blu ray]
Bodyguard - Saison 1 [Blu-ray]
Sortie : 01/07/20

Bodyguard - Saison 1
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 9
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 8
Sortie : 25/09/19

Candice Renoir - Saison 8
Sortie : 26/06/20

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

BodyguardBodyguard Alex HugoAlex Hugo
The OutsiderThe Outsider WatchmenWatchmen
TandemTandem MirageMirage
The BoysThe Boys LegaciesLegacies
MirageMirage Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux
LanesterLanester ValidéValidé

dvd Malcolm  Saison 7


Achetez-le sur

Acheter sur Amazon
Acheter sur Fnac
Acheter sur Cdisocunt


MALCOLM - SAISON 7


Éditeur : Showshank Films
Distributeur : Arcadès

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 33 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 22
Durée approx. : 484 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3545020037775

Date de sortie en France : 18 août 2015


AUDIO


Langues : Anglais (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Français (mal entendants)

VIDÉO


Format : 1.77 - 16/9 anamorphique (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

TOUS LES ARTICLES SUR MALCOLM - SAISON 7


16.08.2015 | Malcolm passe à l'âge adulte
28.07.2015 | Suite, fin et intégrale pour Malcolm

TEST DU DVD

Test rédigé le 22/08/2015 par Jeremy Carré

Avis sur l'édition :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"

S’il est un exercice compliqué dans le monde des séries, c’est bien celui des adieux. Un événement difficile à vivre à la fois pour les spectateurs et les scénaristes. Pour les premiers, il s’agit de dire au revoir à des personnages avec lesquels ils auront vécu plusieurs années, partageant rires et larmes au fil des épisodes. Le moment de la séparation rime avec la pensée qu’on ne découvrira plus d’aventures inédites marquant de cette façon la fin d’une ère. Pour les scénaristes, la dernière saison d’une série constitue une charge lourde à porter. Celle d’offrir une conclusion satisfaisante qui ne décevra pas les fans de la première heure qui ont fait l’existence et le succès de la série. Parfois, la mission échoue et c’est toute la série qui souffre des retombées d’un final raté. D’autres fois, la conclusion offre tout ce que les spectateurs espéraient et bien plus encore pour rendre les adieux plus acceptables. Malcolm fait partie de cette seconde catégorie.

Rarement série comique aura réussi à rester constante tout au long de sa diffusion. Quelques moments de faiblesse dans les saisons 3 et 4, mais rien de bien dommageable. Malcolm aura réussi à faire évoluer ses personnages de manière cohérente en les faisant vivre des situations du quotidien auxquelles sont venus se greffer des idées loufoques et originales pimentées d’un humour percutant et cartoonesque. Au regard du premier épisode de cette saison 7, la première pensée qui vient à l’esprit est celle du parcours accompli par Malcolm et sa famille. Du petit garçon de 10 ans qui se découvre un QI exceptionnel, nous voilà face à un jeune homme qui vit sa première expérience sexuelle lors d’un festival en plein désert, participe à un bal de promo alternatif et qui se voit diplômer dans les dernières minutes d’un ultime épisode lui promettant un avenir radieux. Il est amusant de voir à quel point Malcolm a changé en sept ans et il n’est pas seul.
 
Après avoir redoublé, Reese se trouve dans la même classe que son petit frère qui se donne pour mission de protéger cet imbécile heureux persécuté par un professeur revanchard. Reese connaît également le bonheur du mariage… bien que celui-ci soit forcé et que son épouse le trompe allégrement. Le jeune homme doué pour la cuisine a quant à lui un futur plus flou dans lequel on l’imagine pourtant des plus heureux. C’est également le cas de Dewey qui a bien changé en sept saisons. Cette année à été l’occasion de lui découvrir une addiction à la cigarette, un esprit farceur qui lui permettra de piéger Reese avec une blague des plus élaborées ainsi qu’une relation fraternelle très forte avec Jamie, le petit dernier de la famille.
 
Hal reste Hal et hérite des histoires les plus surréalistes de la saison. C’est ainsi que nous le voyons confronter à une abeille tueuse, profiter des joies d’un abri antiatomique ou affronter un jeune garçon au cours d’une bataille navale mémorable. Le talent comique de Bryan Cranston rend ces moments totalement hilarants. De con côté, Loïs manifeste son amour maternelle en venant en aide à Reese après que celui-ci ait subi une humiliation, mais prodigue également à Malcolm un discours qui met en lumière les espoirs que celle-ci imagine pour son petit génie de fils dans un final plein d’émotions qui n’oublie pas non plus de nous faire rire. Une conclusion parfaite pour une série qui l’est tout autant.
 
Pour accueillir cette dernière saison, il lui fallait un écrin à sa hauteur. C’est pourquoi Showshank Films conclut sa valse de coffrets de haute qualité avec un digibook du plus bel effet renfermant des anecdotes croustillantes sur la série écrites en collaboration avec le site [url=www.malcolm-france.com/]Malcolm-France. Les qualités techniques des DVD ont de quoi ravir les yeux et les oreilles tandis que les bonus réservent de chouettes analyses de fond sur la série. Encore incertaine il y a deux ans, la sortie de la totalité des saisons de Malcolm est maintenant complète et a été faite dans le respect pour offrir aux fans des coffrets uniques et de qualité. Malcolm a réussi son entrée, elle aura également réussi sa sortie. Merci à Showshank Films, Arcadès et [url=www.malcolm-france.com/]Malcolm-France pour le voyage. Life is NOT unfair… 


 

Avis sur l'image :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Bien qu’il s’agisse de la saison la plus récente de la série tournée en haute-définition depuis la cinquième année, la saison 7 ne se démarque pas tellement des deux derniers coffrets. Cela dit, nous avons droit à de belles couleurs chaleureuses offertes par le paysage désertique du premier épisode, un traitement efficace des différentes teintes de noirs pour profiter au mieux du black-out du septième épisode ainsi qu’une restitution chatoyante et nuancée des couleurs qui parsèment toute la saison. Nous n’échappons cela dit pas aux mêmes défauts que l’on a pu voir dans les précédents coffrets, à savoir un manque de précision sur certaines scènes qui accuse un léger flou ainsi qu’un effet d’aliasing lors des phases d’action. 

Pour la dernière fois, nous soulignerons à nouveau le bonheur de pouvoir visionner les épisodes en 16/9 là où nous étions habitués au recadrage en 4/3 opéré par M6. Conçue avec des ambitions de réalisations de haut niveau, Malcolm profite de cet espace d’image supplémentaire pour nous en mettre plein les yeux avec des épisodes aux allures de véritables petits films. Le souci du détail dans la construction des plans, dans les mouvements de caméra ou même dans le montage élève Malcolm à un niveau très élevé dans le paysage des séries comiques et ce coffret permet d’en ressentir véritablement les bienfaits.


                       

Avis sur l'audio :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" 1Haut de page

Aucune nécessité de bousculer des habitudes qui ont largement fait leurs preuves. Le stéréo 2.0 est toujours fidèle au poste pour profiter au maximum du catalogue des sons offerts par Malcolm. La spatialisation sonore entre les voix et les bruitages est bien équilibrée avec une mise en avant des dialogues dans la version française. Nous reprendrons l’exemple du premier épisode dans lequel l’ambiance du festival Burning-man est parfaitement restituée avec des petits détails sonores qui ajoutent des éléments humoristiques à l’ensemble. La musique, élément essentiel de Malcolm, profite également du stéréo pour résonner dans nos oreilles et dynamiser une série déjà survoltée.
 
Enfin, profitons une dernière fois de l’occasion pour féliciter le travail de traduction effectué durant sept années. Tant dans l’adaptation des dialogues que dans le choix des comédiens de doublage, Malcolm fait figure d’excellent élève tant les voix  correspondent parfaitement aux personnages. Un doublage d’une qualité telle qu’il est difficile de choisir entre la version originale et sa traduction française. 
 
Si c’est la première option que vous choisissez et que vous ne maîtrisez pas totalement l’anglais, sachez que les sous-titres ne trahissent en rien les blagues de la série plutôt bien restituées. Félicitons encore une fois Showshank qui pense aux fans sourds et malentendants de la série qui peuvent profiter d'un sous-titrage français spécialement adapté. Pour chipoter, disons tout de même que les sous-titres prennent pas mal de place sur l'écran. Des sous-titres un peu plus petits et situés plus bas sur l'écran auraient été visuellement plus jolis à l'œil.


       

Avis sur les suppléments :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Pour son dernier coffret, Showshank aura renoué avec la qualité des bonus que nous avons pu découvrir dans les premiers coffrets. Nous ne le dirons jamais assez, mais ces coffrets sont des productions françaises et proposent un contenu inédit. L’Angleterre et l’Australie, seuls autres pays à avoir sorti Malcolm, ne proposent en effet aucun bonus. Showshank Films a ainsi dû réaliser ses propres suppléments pour rendre encore plus exceptionnelle une sortie qui l’était déjà à la base. Les bonus de cette saison ont ainsi été réalisés pour l’occasion et avec l’aide d’Allociné et Alain Carrazé, journaliste spécialisé dans les séries.
 
Faux-raccord  - Spécial Malcolm ! (8:30) : Faux-raccord est une émission qui a vu le jour sur Allociné il y a cinq ans. Dans chacune d’entre elles, les voix de Michel et Michel décortiquent des films afin de pointer les erreurs qu’elles soient techniques ou logiques. À l’occasion de ce coffret, Allociné a pour la première fois consacré son émission à une série et quel meilleur choix que Malcolm. Un bonus sympathique qui permet de mettre en lumière des détails qui ont échappé à notre œil dans une ambiance bon enfant que l’on doit aux deux animateurs de l’émission. Le genre de supplément amusant qui demande un véritable travail d’observation que nous saluons.
 
Interview d'Alain Carrazé (27:05) : Sans conteste, le morceau de choix de cette dernière saison. Alain Carrazé, spécialiste des séries, offre durant près d’une demi-heure une analyse pertinente et une mise en perspective très documentée de la série. L'entretien va même au-delà de la série puisque Alain Carrazé explique également les différents types de formats comiques qui existent aux États-Unis ou encore la situation de la chaîne FOX au moment de son lancement. Il parle des particularités de Malcolm, qu'il s'agisse des méthodes de tournage ou du ton général qui la différencie des autres séries de son époque et procure une analyse de la famille en faisant un parallèle avec le succès de la série. Il parle également des raisons de la réussite de la diffusion de la série à l'international et aborde les difficultés de programmer une comédie de 20 minutes à la télévision française et comment M6 a trouvé la bonne case pour Malcolm. Enfin, il parle de la fin de la série et explique le phénomène de décrépitude que toutes séries peuvent connaître. L’interview est entrecoupée de cartons avec des questions servant à guider les propos d’Alain Carrazé afin de parler des différentes facettes de la série sans trop s’éparpiller. Un supplément passionnant qui évite de répéter les propos de Linwood Boomer présents dans les saisons 3 et 4 faisant de ce bonus un excellent complément pour en apprendre plus sur Malcolm et la télévision américaine.
 
Pétages de plombs - 2ème partie (5:19) : Il s’agit de la suite du bonus dont la première partie est disponible dans le coffret de la saison 5. Il se compose d’un montage d’extraits de la série réunissant les moments d’anthologie de Malcolm dans lesquels les personnages hurlent, s’énervent, bref, pètent les plombs. Nos reproches pour ce bonus seront les mêmes que pour sa première partie, à savoir que pour tout fan possédant toutes les saisons en DVD et ayant déjà vu les épisodes plusieurs fois, retrouver des extraits connus sortis de leur contexte a un intérêt assez limité. Le montage n’est pas mal fait, mais il manque d’ambition. On aurait aimé des petites anecdotes sur la création ou le tournage de ces scènes ou une mise en perspective sur l’évolution de ce type de scènes avec les années. 


       

Avis sur le packaging :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Ce test a été effectué avec le coffret digibook limité à 3 000 exemplaires. Une fois ce coffret épuisé, il laissera la place à un boîtier traditionnel keep case en plastique. L’édition limité est de très bonne facture et se présente sous la forme d’un livret cartonné dont le recto arbore la famille jouant au mini-golf. Le verso met en avant Hal et Loïs partageant un club de golf surmonté par une citation de Dewey ainsi qu’un résumé général de la saison et les spécificités techniques. Sur la tranche, nous retrouvons Jamie qui vient ainsi compléter la collection. Une fois ouvert, le coffret renferme 3 DVD à la sérigraphie similaire sur laquelle nous voyons la même illustration de Malcolm, Reese et Dewey déjà présente au recto du coffret. Le petit livret agrafé au digibook propose dans sa première partie les résumés des 22 épisodes de la saison suivis de vingt anecdotes sur cette septième année.

Vous ne serez pas déconcertés une fois le premier DVD inséré de retrouver ce qui a fait le succès des six coffrets précédents. Ainsi, le générique de Malcolm rythme une animation pop-up s’ouvrant sur un décor de terrain de mini-golf. La gauche de l’écran fait défiler des images muettes de la saison tandis que la droite présente les sous-menus de sélection des épisodes, des langues et la possibilité de lire tous les épisodes à la suite. Le troisième disque reprend quant à lui l’intégralité des bonus.
 
Si vous choisissez le menu de sélection des épisodes, vous vous retrouverez devant une page illustrée d’images fixes tirées des épisodes accompagnées de leur titre et de leur numéro. En cliquant sur « versions », le choix s’offrira à vous de regarder les épisodes en français ou en anglais accompagnés de sous-titres. Avec un authoring de qualité et cohérent avec les coffrets précédents, la saison 7 offre à nouveau une expérience de navigation intuitive qui a largement fait ses preuves.