Accueil > Séries TV > Policier > The Fall > Blu-Ray The Fall - Saison 2 [Blu-ray] > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Bodyguard  Saison 1 [Blu ray]
Bodyguard - Saison 1 [Blu-ray]
Sortie : 01/07/20

Bodyguard - Saison 1
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 9
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 8
Sortie : 25/09/19

Candice Renoir - Saison 8
Sortie : 26/06/20

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

BodyguardBodyguard Alex HugoAlex Hugo
The OutsiderThe Outsider WatchmenWatchmen
TandemTandem MirageMirage
The BoysThe Boys LegaciesLegacies
MirageMirage Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux
LanesterLanester ValidéValidé

dvd The Fall  Saison 2 [Blu ray]


Achetez-le sur

Acheter sur Amazon
Acheter sur Fnac
Acheter sur Cdisocunt

Dernière sortie
The Fall - Saison 3

THE FALL - SAISON 2 [BLU-RAY]


Éditeur : Showshank Films
Distributeur : Arcadès

Type : Saison
Origine : zone B
Nombre de disque : 2 (BD-50)
Nombre d'épisodes : 6
Durée approx. : 360 minutes
Boîtier : Blu-ray Disc
Code EAN : 3545020033999

Date de sortie en France : 03 mars 2015


AUDIO


Langues : Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS-HD 5.1)
Sous-titres : Français imposés sur la version originale

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 natif
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Making of
- Scènes coupées

TOUS LES ARTICLES SUR THE FALL - SAISON 2 [BLU-RAY]


05.03.2015 | The Fall : la poursuite continue dans la saison 2

TEST DU BLU-RAY

Test rédigé le 26/03/2015 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"

C'est reparti pour un tour après le coup de fil de la souris au chat survenu à la fin de la première saison. S'étant exilé quelque temps en Ecosse, Paul Spector revient à Belfast pour finir son travail pendant que Stella Gibson remue ciel et terre pour mettre un nom et un visage sur ce psychopathe qui la trouble de plus en plus. Cette obsession réciproque aura de lourdes conséquences.

Toujours aussi hypnotisante et psychologiquement aboutie, The Fall brille par le jeu de ses acteurs et sa mise en scène absolument fascinante. L'intrigue se démêle petit à petit sans trop se perdre afin de préparer l'ultime face-à-face tant attendu qui interviendra dans un sixième épisode de 90 minutes ne constituant pas une fin définitive puisqu'une troisième saison est programmée. Si Gillian Anderson arrive déjà à nous faire oublier son rôle de Scully, Jamie Dornan semble aimer ligoter les filles à la télévision comme au cinéma. On notera également la présence de Colin Morgan, le Merlin de Merlin, en jeune enquêteur pas insensible aux charmes de Stella la croqueuse d'hommes, et pas que !

Ambiance et esthétique léchées assurées dans cette deuxième saison qui ne demanderait que davantage de bonus pour atteindre la perfection. En effet, l'image est resplendissante et détaillée aussi bien de jour que de nuit, le son en haute définition immerge dans les deux langues, l'adaptation est sans faute et l'authoring soigné. Du beau travail pour Showshank Films !

 

Avis sur l'image :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

The Fall bénéficie d'une photographie qui ne laisse personne indifférent. Souvent froide ou sombre, elle instaure généralement un climat insécuritaire et dérangeant mais pourtant intrigant, et sait tout autant redorer son moral par de magnifiques couleurs claires. S'attardant beaucoup dans les scènes, la réalisation nous laisse le loisir d'admirer, de guetter le moindre mouvement comme un chasseur attend sa proie. L'Irlande du Nord dévoile donc une réalité qui n'appartient qu'à elle, reflet de sentiments contradictoires, d'une attractivité malsaine qui nous fait entrer dans l'histoire en sachant pertinemment qu'on n'en ressortira pas indemne.

L'image en elle-même est parfaite, sans baisses de qualité cette fois, dévoilant les visages comme jamais auparavant avec une sensation de vie exprimée sur chaque parcelle de peau. La multiplicité des détails révélant jusqu'à l'invisible duvet présent sur les joues de Gillian Anderson laisse transparaître les émotions comme un livre ouvert, mettant en empathie le spectateur qui devra choisir son camp. Cette finesse du piqué, on la retrouve partout : végétation – les scènes en forêt sont superbes –, fibres textiles, textures des surfaces, chaque élément s'impose avec force sur tous les plans et la profondeur de champ n'en est que plus vaste. Les briques des bâtiments, les carreaux brillants des carrelages, les contours en règle générale sont idéaux et les plans inspirés avec un éclairage parfois étonnant, même si un bruit discret peut faire son apparition. La profondeur déroutante des noirs ainsi que la tenue et diversité des nuances relèvent de contrastes solides qui renforcent encore l'expérience d'implication émotionnelle. L'obscurité n'a jamais été aussi belle.

                       

Avis sur l'audio :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" 1Haut de page

Les deux pistes sonores, originale et française, sont audibles dans de fabuleux mixages DTS-HD Master Audio 5.1 aussi clairs qu'équilibrés même si l'on notera une présence des voix un brin moins naturelle dans notre langue. Hormis cela, la composition et la spatialisation sont en tout point similaires alors allumez immédiatement votre home cinema.

Les émotions ressenties lors de la première saison ont beau être devenues familières, elles persistent et étonnent toujours. Outre par le biais du visuel, c'est surtout grâce au son que l'on s'imprègne de l'ambiance et le 5.1 est indispensable dans ce cas si l'on souhaite s'impliquer avec les protagonistes. Les sonorités bien souvent graves ou stridentes de la musique font vibrer le caisson tout comme nos émotions par leur rythme lent et leur lancinance. L'angoisse s'immisce alors dans nos têtes martelées mais survient encore plus facilement lorsque le silence s'installe. L'atmosphère se fait pesante et l'on devient attentif à chaque bruit qui se détache du paysage pour déranger la quiétude de nos tympans.

Les mixages sont donc illustrés par tout un bataillon de bruitages qui nous font entendre à l'intérieur aussi bien l'activité alentour que la circulation provenant de l'extérieur. Les environnements retirés dans la nature sont également riches et prégnants, un bonheur d'expression pour la faune et le vent. Tous semblent indéniablement réels et très fournis, d'autant plus que la spatialisation a été réalisée avec soin dans la distribution des canaux comme la précision des différents éléments, sonnant sans aucun défaut, cristallins.

Comme pour la première saison, Belfast faisant partie intégrante de l'histoire, il est préférable de se tourner vers la version originale pour ne pas nuire à l'authenticité du show, notamment pour les accents. Cependant, les amateurs de la langue française devraient apprécier le doublage qui reste convainquant malgré le remplacement contraint de la regrettée Caroline Beaune. C'est au tour de Danièle Douet de prêter sa voix à Gillian "Scully" Anderson, surtout connue pour être celle de Nicole Kidman, et le passage de flambeau se fait plutôt sans douleur à condition de ne pas sortir d'un marathon X-Files.

L'adaptation française du doublage et du sous-titrage est fidèle aux propos originaux et aucune faute d'orthographe n'apparait à l'écran. A noter que la piste sonore peut se changer en cours de lecture en appelant le menu qui s'affichera en surimpression mais les sous-titres sont imposés en version originale.


Avis sur les suppléments :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Encore trop succincts, les bonus laissent sur sa faim alors qu'il y a tellement à dire sur la série.

N.D.R. : Les deux bonus sont en définition standard au format 720x576. Les captures ont été étirées en 1024x576 afin de correspondre à l'affichage 16/9e que vous verrez sur votre écran.

BD 1 :
Making-of (11:30) : Accompagnés des acteurs, les producteurs Julian Stevens et Allan Cubitt (également créateur) évoquent le succès de la première saison et sa fin pleine de suspense avant d'aborder la seconde, ses personnages, leur psychologie et le tournage duquel on voit quelques images. Toute l'équipe se félicite ensuite et le directeur de la photographie ainsi que le chef décorateur prennent brièvement la parole pour terminer sur un trailer.

Scène coupées (09:26) : 11 scènes coupées sont disponibles en un seul bloc et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elles sont loin d'être inutiles. On découvre ainsi des séquences passées à l'as dans l'enquête et certains dialogues qui valent le détour.

   

Avis sur le packaging :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

N'ayant pas eu le packaging en notre possession, nous ne pouvons en donner un avis objectif mais il s'agirait du même que précédemment, à savoir un boîtier Blu-ray inséré verticalement dans un fourreau cartonné. Si le premier prenait des teintes vertes, celui-ci revêt du bleu sombre et affiche le duo Stella/Paul très classiquement sur un fond flouté des lumières de Belfast. Au dos, entre les citations des journaux, la liste des bonus et les spécificités de l'édition se trouvent des vignettes des personnages ainsi que Stella en pleine balade forestière.

L'authoring est calqué sur le même modèle que le précédent mais change évidemment de couleur afin de s'accorder au packaging. Après une animation pour faire entrer en scène l'écran principal – qui sera d'ailleurs le seul – et le lancement du thème musical, nous admirons des extraits (finis les spoilers !) qui défilent dans un cadre coupé en biais comme le logo, celui-ci se trouvant en bas à gauche au départ de la barre bleue du menu. Affichable pendant la lecture, il permet de choisir sa langue, voir les bonus et regarder les épisodes séparément ou consécutivement. Les sous-menus s'affichent au-dessus dans une diagonale et chaque épisode comprend son numéro, son titre français ainsi qu'une vignette, également coupée en biais. Derrière cette barre, on retrouve les lumières de Belfast du packaging. C'est clair, beau et animé.