Accueil > Séries TV > Drame > Banshee > Blu-Ray Banshee - Saison 1 [Blu-ray] > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Bodyguard  Saison 1 [Blu ray]
Bodyguard - Saison 1 [Blu-ray]
Sortie : 01/07/20

Bodyguard - Saison 1
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 9
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 8
Sortie : 25/09/19

Candice Renoir - Saison 8
Sortie : 26/06/20

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

BodyguardBodyguard Alex HugoAlex Hugo
The OutsiderThe Outsider WatchmenWatchmen
TandemTandem MirageMirage
The BoysThe Boys LegaciesLegacies
MirageMirage Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux
LanesterLanester ValidéValidé

dvd Banshee  Saison 1 [Blu ray]


Achetez-le sur

Acheter sur Amazon
Acheter sur Fnac
Acheter sur Cdisocunt

Dernière sortie
Banshee - L'intégrale

BANSHEE - SAISON 1 [BLU-RAY]


Éditeur : HBO
Distributeur : Warner Home Video France

Type : Saison
Origine : zone B
Nombre de disque : 4 (BD-50)
Nombre d'épisodes : 10
Durée approx. : 420 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 5051889450863

Date de sortie en France : 09 juillet 2014


AUDIO


Langues : Anglais (DTS-HD 5.1), Espagnol (DTS Digital Surround 5.1), Français (DTS Digital Surround 5.1)
Sous-titres : Anglais, Français, Néerlandais

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 natif
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Le crash du bus de NYC
- La ville des secrets
- Banshee, les origines
- Zoom sur : épisodes 7 et 8
- Commentaires audio
- Bande-annonce de la saison 2
- Scènes coupées

TOUS LES ARTICLES SUR BANSHEE - SAISON 1 [BLU-RAY]


03.07.2014 | Banshee, une petite ville pas si tranquille...

TEST DU BLU-RAY

Test rédigé le 18/07/2014 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"

Située en pleine campagne pennsylvanienne, la petite ville de Banshee intègre en son sein diverses communautés dont celles des Amish et des Indiens. L'apparence tranquille de la bourgade est sans cesse mise à mal par le parrain local, Kai Proctor, qui traine dans toutes les affaires louches. Loin d'ici, tout juste sorti de prison après 15 ans, un homme part à la recherche de son ex-associée et dulcinée qu'il retrouve à Banshee, celle-ci ayant changé de nom et refait sa vie. Trahi précédemment par le couple, un impitoyable chef d'une organisation criminelle ukrainienne déploiera les grands moyens pour leur mettre la main dessus. Par un concours de circonstances, l'ancien détenu prendra l'identité du futur shérif, Lucas Hood, afin de s'installer à Banshee.

Banshee est une série produite par Alan Ball à qui l'on doit déjà le sanglant True Blood et l'excellentissime Six Feet Under. Sous des airs de western à la Justified, son rythme dynamique et sa réalisation au taquais en font un programme sous adrénaline sévèrement burné. L'anti-manichéisme se lit sur chaque visage bientôt tuméfiés par un tas de bagarres où le sang coule comme la bière à l'Oktoberfest. Leur violence est explicite, les scènes seront longues, brutales, parfois gratuites, et les ébats sexuels du même acabit. Ce parti pris sera l'essence de la série qui conservera une intrigue convenue et attendue tout au long de ces 10 épisodes totalement décomplexés. Mais quels épisodes ! Si l'on passe l'éponge sur la crédibilité du "flic" qui tabasse tout ce qui bouge sans que personne ne trouve concrètement cela douteux – ou l'oublie à l'épisode suivant –, c'est dans la poche !

Ce coffret renfermant 4 Blu-ray dans un packaging classique se permet de nous offrir une image parfaite et de très bonnes pistes audio pour profiter dignement du spectacle, avec ou sans les sous-titres soigneusement adaptés. L'authoring est efficace bien que simple mais l'édition est sérieusement ternie par les suppléments dotés d'aucune piste de sous-titrage. Le consommateur français semble encore une fois pris pour un moins que rien...

 

Avis sur l'image :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Les promesses de la haute définition sont tenues : jamais une image n'a été aussi belle et précise – même si nous l'avons déjà dit pour d'autres coffrets. Tous les superlatifs peuvent lui être associés car aucun défaut n'a été détecté durant ces 10 épisodes. Dès la sortie de prison de Hood, on est subjugué par la définition sans fausse note (grillage, chemin de fer, etc.) et arrivé à l'adrénaline de la course-poursuite, rien ne flanche excepté nos yeux qui tiquent sur le bus en CGI. Dans la campagne, les plans montrant les Amish travailler aux champs sont magnifiques : la lumière est éblouissante et les brins d'herbe, malgré leur finesse, se détachent élégamment les uns des autres.

Cette précision est valable en toutes circonstances, incluant donc les scènes très sombres dans lesquelles les textures ainsi que les éléments des décors et des personnages restent visibles, sans les "pâtés" que l'on peut voir habituellement. Les contrastes excellent pour faire ressortir tous les détails et les noirs peuvent s'avérer extrêmement profonds. Les couleurs, aussi vives ou foncées soient-elles, donnent le meilleur d'elles-mêmes en faisant le show à l'aide de toute une panoplie de nuances permettant pleinement d'apprécier les images, celles-ci restant parfaitement nettes même lors des effets stroboscopiques de la rave du second épisode. Avec toutes ces qualités, les aspérités et la carnation de la peau n'ont jamais paru aussi palpables, de même que le tissage des textiles ou la granularité des façades. C'est donc un carton plein pour la technique.

                       

Avis sur l'audio :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" 1Haut de page

HBO frappe toujours très fort avec sa piste originale en DTS-HD Master Audio 5.1. C'est un bain auditif 5 étoiles dans lequel on nous installe confortablement avec sels, huiles et mousse sans oublier les canards... il ne manque que la masseuse. Le son est parfaitement clair, l'équilibre de ses composantes est exemplaire dans l'action comme au calme et les basses apportent un aspect encore plus intense aux bagarres déjà bien solides. Délivrées idéalement par les cinq canaux, les ambiances sont justes et correspondent à ce lieu "sauvage" de l'Amérique en faisant par exemple intervenir des cris de rapaces. Dans le bureau du shérif, la campagne amish ou les rues de la ville, les bruitages sont nombreux, réalistes et immergent immédiatement le spectateur. La brutalité des combats peut se ressentir uniquement par le son : les os qui craquent, le sang qui coule, le verre qui se brise, les objets rentrant dans la chair ou se cassant au contact, tous les ingrédients sont réunis pour que l'on sache les yeux fermés où se situent les personnages et comment se déroule leur "différend"... mais ce serait fort dommage de se priver de l'image lors de ces moments-là.

Même si l'on aurait préféré un format HD pour la version française, HBO sait nous concocter d'excellents DTS Digital Surround 5.1 mi-débit (768kbps). Sur notamment Game of Thrones et True Detective, nous avions pu en avoir la preuve et c'est encore un succès sur cette édition de Banshee. Les qualités du mixage de son homologue anglais sont présentes, l'équilibre est respecté, le spectacle s'annonce donc de toute beauté, ... du moins sur le plan technique.

En effet, car pour le doublage en français, une chose choque : la voix d'Antony Starr interprétant le shérif Hood. Les talents de Jérôme Pauwels ne sont pas à remettre en cause mais pourquoi avoir fait ce choix ?... Sur un personnage de cette trempe qui se devait d'avoir une voix assez badass et non celle associée à Hurley (Lost) ou Danno (Hawaii 5-0) qui jouent beaucoup plus souvent la carte de l'humour ?

L'adaptation, quant à elle, est soignée et bien fidèle, ce qui n'était pas certain en vue des dialogues parfois très... colorés : la violence et le sexe ne sont donc pas édulcorés en français. D'ailleurs, même les plus basses paroles que l'on pourrait qualifier d'arrière-plan ou de hors champ sont doublées en français alors qu'elles ne sont pas spécialement sous-titrées. Pour les sous-titres justement, qui se montrent sans réelle erreur, l'adaptation est tout aussi bonne.


Avis sur les suppléments :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Les suppléments sont trop courts et même si certains sont intéressants à l'instar des webisodes, les autres ne divulguent finalement pas grand-chose sur le show et ses coulisses. De plus, on nous fait l'affront d'une absence totale de sous-titrage alors accrochez-vous bien ! C'est inadmissible pour une édition française !!!

N.D.R. : Sur la jaquette, il est fait mention d'un bonus intitulé "A l'intérieur de la séquence d'ouverture" normalement présent sur chaque disque. Nous ne l'avons pas trouvé, ni à partir des menus, ni dans le contenu réel des Blu-ray. Un oubli ?

BD 1 à 4 :
Résumés (05:51) : D'une durée de 39 secondes, chacun des 9 résumés expose brièvement des extraits des évènements passés qui serviront l'épisode à voir.

BD 1 à 3 :
Commentaires audio : Les épisodes 1, 3, 5, 6, 7 et 8 peuvent être visionnés avec les interventions d'une pléthore de personnes travaillant sur la série. Les acteurs évidemment avec Antony Starr (Lucas Hood), Ivana Miličević (Anastasia), Lili Simmons (Rebecca Bowman), Matt Servitto (Brock Lotus) ou encore Trieste Kelly Dunn (Siobhan Kelly), mais également les producteurs exécutifs (Jonathan Tropper, David Schickler, Greg Yaitanes, etc.), les réalisateurs (Dean White, SJ Clarkson, OC Madsen), le monteur Mike O'Halloran, la directrice de casting Alexa Fogel, le coordinateur des cascades Marcus Young et enfin le responsable de la postproduction Allen Marshall Palmer.

BD 3 et 4 :
Scènes coupées (09:27) : Il existe 4 scènes coupées ou rallongées pour les épisodes 6, 9 et 10. Si admirer Kat Moody chanter est enchanteur, introduire les deux preneurs d'otages de l'épisode 7 lors d'une discussion avec Hood dans le sixième est ingénieux. La rencontre fortuite entre Proctor et Rabbit est aussi un grand moment mais la dernière séquence n'aura par contre que peu d'intérêt.

BD 1 :
La ville des secrets (03:54) : L'équipe et les acteurs présentent le concept de la série, la ville de Banshee ainsi que ses habitants. Si vous vouliez y passer vos vacances, vous n'êtes pas sûrs d'en sortir indemne.

Banshee, Les Origines (33:53) : Ce supplément contient les 13 webisodes Banshee Origins de la première saison qui montrent des bribes du passé des personnages jusqu'à 15 ans en arrière. De New York à Banshee, on en apprend ainsi plus sur les habitants et leurs relations parfois insoupçonnées.

Comic book : Sans musique pour accompagner la lecture, vous pourrez découvrir le comic book Banshee Origins écrit par Jonathan Tropper (scénariste et créateur de la série) qui raconte les aventures d'Ana et Hood qui se sont déroulées 15 ans auparavant juste avant la capture de ce dernier. Malheureusement, seules les 30 premières pages (sur 55) sont disponibles et l'histoire s'arrête donc avant le casse. Pour la suite, il faudra se rendre sur le site de Cinemax (page 18).

Le crash du bus de NYC (02:27) : Greg Yaitanes, producteur exécutif, présente les scènes de la séquence du crash du bus du pilote et l'on voit couche après couche la réalisation des CGI, notamment pour les véhicules.

BD 3 :
Zoom sur (03:28) : Ces deux featurettes sont des making-of de scènes tirées des épisodes 7 et 8. Le premier montre le réalisateur Dean White donnant ses ordres dans l'épicerie puis Matthew A. Petrosky, le cadreur, en pleine action lors de la poursuite des braqueurs. Quant au second, Ivana Miličević nous donne son état d'esprit pour son rude combat et se prépare avec les coordinateurs des cascades.

BD 4 :
Trailer teaser saison 2 (00:57) : Comme son nom l'indique, il s'agit de la bande-annonce de la deuxième saison... qui ne révèle vraiment rien.

Reveal the code (02:07) : Si vous avez été attentifs lors des génériques, les trois nombres de la combinaison du coffre-fort ont dû vous remuer le cerveau. Lumière sur leur signification !

                   

Avis sur le packaging :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Comme pour toute sa gamme de séries en Blu-ray, Warner propose un fourreau en carton dans lequel s'insère un boîtier bleu standard à volets. Le visuel des deux éléments est d'ailleurs identique, recto comme verso. Côté face, on retrouve une illustration promotionnelle très typée ancienne affiche qui résume bien le pitch en quelques éléments graphiques. Elle a le mérite d'être originale et d'attirer assez l'attention pour la faire sortir du lot. Au dos, les classiques reviennent avec les citations de la presse, la présentation de la saison, les spécificités techniques et la liste des bonus. Quatre vignettes sont placées au centre du visuel utilisant le noir, le jaune et plusieurs nuances de rouge dont une belle tache de sang. Plus de secrets, c'est assez explicite. Dans le même style, la jaquette interne du boîtier expose sur la gauche notre ami shérif et à droite le contenu des disques avec les titres des épisodes et des bonus. Les quatre disques sont placés sur les volets centraux et arborent un fond noir muni d'inscriptions rouges et jaunes pour rester dans le ton.

L'authoring propose des extraits mis en bruitages et en musique par un des thèmes. En bas à gauche, dans une sobre esthétique blanche se trouvent les liens des menus des épisodes, des langues et des bonus. Après sélection, un panneau se déroule sur la gauche en transparence afin d'afficher la suite. Dans le sous-menu des épisodes, le numéro, titre et un synopsis apparaissent, et en-dessous la possibilité de visionner le résumé ainsi que les autres bonus liés comme les commentaires, les "Zoom sur" ou les scènes coupées, ces derniers étant également accessibles depuis le menu "Bonus" classique.

A noter qu'après chaque lancement des Blu-ray, on reprend systématiquement depuis le départ avec la configuration d'origine. La piste audio, celle des sous-titres et notre progression dans la série ne sont pas conservées.

N.D.R. : Les captures HD n'affichent pas les menus car, contrairement aux DVD où ceux-ci sont intégrés dans l’image, ils forment ici un élément technique à part ajouté par-dessus.