Accueil > Séries TV > Comédie > Modern Family > DVD Modern Family - Saison 3 > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Bodyguard  Saison 1 [Blu ray]
Bodyguard - Saison 1 [Blu-ray]
Sortie : 01/07/20

Bodyguard - Saison 1
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 9
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 8
Sortie : 25/09/19

Candice Renoir - Saison 8
Sortie : 26/06/20

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

BodyguardBodyguard Alex HugoAlex Hugo
The OutsiderThe Outsider WatchmenWatchmen
TandemTandem MirageMirage
The BoysThe Boys LegaciesLegacies
MirageMirage Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux
LanesterLanester ValidéValidé

dvd Modern Family  Saison 3


Achetez-le sur

Acheter sur Amazon
Acheter sur Fnac
Acheter sur Cdisocunt


MODERN FAMILY - SAISON 3


Éditeur : 20th Century Fox
Distributeur : Fox Pathé Europa

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 3 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 24
Durée approx. : 564 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3344428052102

Date de sortie en France : 13 février 2013


AUDIO


Langues : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
Sous-titres : Anglais, Français

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 anamorphique (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Entretien avec la famille
- Scènes inédites et intégrales
- Destination Wyoming
- Un jour sur le plateau avec Ty
- Les aventures des enfants de Modern Family
- Un Noël façon Modern Family
- Leçons de conduite
- Ed O'Neill et son étoile sur Hollywood Boulevard
- Modern Family va à Disneyland
- Bêtisier

TOUS LES ARTICLES SUR MODERN FAMILY - SAISON 3


16.02.2013 | Troisième année pour la Modern Family

TEST DU DVD

Test rédigé le 27/07/2013 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"

Les Tucker-Pritchett-Dunphy sont de retour dans une troisième saison marquant tout d'abord la poussée de croissance de Lily qui arrive désormais à faire des phrases et sera encore une grande source de soucis pour Cameron et Mitchell, d'autant plus qu'ils souhaitent adopter un second enfant. Pour Manny, le changement n'est pas vraiment d'actualité. Toujours très sérieux, il se partage entre les cachotteries de Jay et les coups de gueule de sa mère. Quant aux Dunphy, Haley commence à penser à l'avenir, Claire se présente aux élections municipales, Phil va voler de ses propres ailes et Alex et Luke sont égaux à eux-mêmes.

Avec une moyenne d'audience de presque 13 millions d'américains sur la troisième saison, Modern Family ne s'est jamais portée aussi bien. Les scénarios font toujours mouche grâce à une écriture soignée et inventive qui emmène souvent le spectateur à contrepied des conventions, là où il ne s'attendait pas. Les personnages étonnent toujours et leur humour décapant sert chacun d'entre eux d'une façon qui lui est propre, les rendant ainsi profondément empathiques et touchants.

Dans la même lignée que ses prédécesseurs, ces 24 nouveaux épisodes sont regroupés dans un coffret qui tient ses promesses esthétiques malgré des erreurs sur les jaquettes. L'image est toujours de qualité, orchestrée par des pistes audio techniquement à la hauteur de la série et en phase avec des sous-titres dont la fidélité est l'objectif principal. Les suppléments ont perdu de leur superbe mais n'en restent pas moins plaisants pour autant.

 

Avis sur l'image :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

La peur nous a traversé l'esprit en réalisant la présence de 8 épisodes par disque en lieu et place des 6 sur les coffrets précédents (à cause du passage de 4 à 3 DVD). Est-ce que cette augmentation du nombre d'épisodes par support n'allait pas faire perdre de sa superbe à l'image ? Eh bien non. Elle est toujours aussi agréable, attirant le quidam grâce à ses couleurs qui alimentent une très large palette chromatique et démontrent un excellent ratio de contraste. L'épisode 22 se déroulant à Disneyland est d'ailleurs un ravissement oculaire.

Les très nombreux intérieurs sont solides et tout aussi bien définis que les décors naturels à l'instar de ceux du ranch du Wyoming qui délivrent de magnifiques plans à l'environnement plus ou moins sauvage. On ne peut hélas éviter un peu de grain davantage visible dans les arrière-plans mais on ne lui prête vraiment aucune espèce d'attention en regardant normalement la série.

                       

Avis sur l'audio :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" 1Haut de page

Rien de nouveau sous le soleil. Les deux pistes anglaise et française sont au format Dolby Digital 5.1 et leur mixage se montre équivalent. Voix et bruitages s'entendent à merveille – au propre comme au figuré – mais l'action se déroulant la grande majorité du temps sur la scène avant laisse les surround très en retrait. Loin d'être muets pour autant, ils répondent présent en délivrant les sons plus ou moins proches de l'environnement extérieur liés entre autres à la nature, le trafic et la foule (école, rue, etc.).

Passons maintenant aux sous-titres français. Ils ont gardé les mêmes propriétés que ceux du coffret précédent, à savoir la police ainsi que le style italique donné à certains mots qui fait écho à une prononciation insistante ou une intonation particulière. Dans l'ensemble, le constat est toujours le même : ils sont d'une plus grande fidélité à la version originale que le doublage français dont l'adaptation est néanmoins de très bonne facture surpassant même sur nombre de répliques son adversaire dans l'impact comique.

Les jeux de mots utilisés trouvent à chaque reprise un équivalent en doublage comme en sous-titrage, parfois certes plus éloigné, mais certains s'avèrent d'une exécrable difficulté à traduire en français car ils jouent sur la confusion de mots anglais à l'instar de celui entre "Luke" et "look" dans l'épisode 10 qui a plutôt bien été adapté dans le sous-titrage en se référant à l'anglais (il cherche la fidélité maximale à condition d'écouter aussi et de ne pas simplement lire bêtement) mais part à 300 kilomètres dans le doublage.

Dans le même esprit, lors de l'épisode 16, Phil apprend que Haley n'est plus vierge suite à une méprise d'Alex qui prend le mot "aversion" pour "virgin", les deux termes prononcés à l'anglaise pouvant éventuellement se confondre. Là où le doublage français fait une pirouette capillotractée avec "diverge" et "est vierge", le sous-titrage paraît incompréhensible (il parle également d'"aversion" mais en français, "vierge" n'a plus rien à voir avec ce terme) et l'on passe à côté de cette confusion si l'on n'écoute pas en même temps afin de faire le lien avec les mots anglais. Quand toute la suite de l'épisode découle de cette réplique, il est très important de la comprendre correctement. Alors sous-titrage ou doublage, il n'y a pas de recette miracle.

C'est maintenant l'heure du point Gloria qui a tendance à mettre des mots espagnols dans ses phrases, écrits en italique dans les sous-titres, et qui sont également conservés dans le doublage. Le seul notable qui a été supprimé oralement est le même que pour la saison précédente : "papi" adapté en "mon lapin" lorsqu'elle s'adresse à Manny ou même à Luke. En doublage comme en sous-titrage, ses répliques entières en espagnol restent généralement en l'état et les mots mal prononcés trouvent des équivalents plutôt bien trouvés.

Un changement regrettable a été perpétré dans l'épisode 13 basé sur la répétition du mot "fuck" par Lily, celui-ci étant bipé et la bouche de la jeune fille floutée volontairement. Le sous-titrage ne traduit donc pas le juron mais le doublage s'ébroue de "putain" très clairs alors qu'ils auraient dû être bipés pour respecter la logique.

Pour l'anecdote, dans l'épisode 23, Alex parle d'un professeur de sport en disant en anglais qu'elle "est à l'enseignement ce que Dr. Seuss est à la médecine". Encore trop méconnu en France – c'est un auteur et illustrateur américain – malgré l'adaptation de certains de ses livres au cinéma (Le Grinch, Le Lorax, ...), ce grand homme a été remplacé par Doc Gynéco dans les sous-titres français. Les références culturelles ne sont malheureusement pas les mêmes partout... Le doublage est quant à lui parti sur une controverse avec "ce que le rap est à la musique". Certains apprécieront.

Le plus gros problème du doublage français consiste en la perte de la magie et de l'image véhiculées par les noms lors de l'épisode 22 se déroulant à Disneyland, le sous-titrage étant fidèle de bout en bout. Ceci car de belles échappatoires de termes génériques ("parc d'attractions", "attraction", "manège", "montagnes russes", ...) ont permis d'éluder le nom du parc ainsi que celui des attractions citées comme telles en anglais : Indiana Jones (Adventure : Temple of the Forbidden Eye), Splash Mountain, Space Mountain et (Big) Thunder Mountain (Railroad). Les "lands" ou sections du parc tels que Tomorrowland et Fantasyland ont été traduits presque littéralement en "Royaume du Futur" et "Royaume des Fées", et l'attraction Pirates des Caraïbes (Pirates of the Caribbean) a été remaniée en "L'Ile aux Pirates". Au milieu de tout cela résident inexplicablement les véritables dénominations de la boutique Bibbidi Bobbidi et des montagnes russes Matterhorn (Bobsleds). Fort heureusement, les personnages liés à Disney comme Petit Jean, Tic et Tac ou les Dapper Dans conservent leurs noms.

Après avoir pris conseil auprès du site Chronique Disney, véritable mine d'or pour tous les fans de l'univers du grand Walt, il s'avère que le problème n'a pas véritablement de rapport avec Disney mais est plus global que cela. Les doublages des séries étant souvent financés et/ou contrôlés par les chaînes et le CSA sanctionnant toute forme de publicité clandestine, les références à des marques sont, uniquement par principe de précaution, gommées purement et simplement quitte à dénaturer complètement l'essence même des dialogues. C'est ainsi que les noms du parc et des attractions sont donc supprimés oralement mais le CSA étant moins regardant sur les sous-titres – la diffusion à la télévision se faisant essentiellement en doublage français –, les termes originaux sont conservés dans ce cas.

Ce type de modification sur des marques déposées concerne donc toutes les séries et principalement le doublage français. Rappelez-vous de Coca-Cola (remplacé par "caviar") dans la saison 5.1 de Breaking Bad ou encore d'iPad (transformé en "tablette informatique") dans le premier coffret de Modern Family. Dans cette saison, elles ont également toutes été remplacées par des termes génériques ou effacées : Coca ("soda"), Mentos ("pastilles de menthe"), Facebook (effacé ou "réseau social"), Oreo ("gâteau"), Nutella ("crème au chocolat"), ou bien IBM (effacé en plaçant un contexte différent).

En conclusion, le doublage français est tout de même de qualité mais le sous-titrage dans notre langue mêlé à la version audio originale conserve une plus grande authenticité des propos que ce soit dans la symbolique des marques ou dans les jeux de mots dont certains nécessitent une oreille attentive afin d'en saisir les nuances.

Les sous-titres sont également disponibles en anglais et néerlandais.

   

Avis sur les suppléments :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Les suppléments sont encore une fois nombreux mais pas véritablement pertinents en terme d'intérêt. La plupart des petits making-of ne font que survoler l'intrigue et la moitié de leur durée est consacrée à des extraits que l'on a déjà vus. Seuls le bêtisier, les scènes inédites et l'inauguration de l'étoile d'Ed O'Neill (Jay) sur le Walk of Fame sortent vraiment du lot.

DVD 1 à 3 :
Contrairement aux coffrets des saisons précédentes, le supplément "Entretiens avec la famille" n'existe plus alors qu'il est bien annoncé sur le packaging.

Scènes supprimées et scènes alternatives (21:49) : Ce bonus aurait plutôt dû être nommé "Scènes inédites et intégrales" tel qu'inscrit sur la jaquette car il contient des scènes coupées et rallongées – pas alternatives. 35 séquences réparties sur les trois disques peuvent être visionnées et l'épisode auquel elles se réfèrent est la plupart du temps divulgué avant. C'est toujours un plaisir de les voir car certaines apportent un réel intérêt en plus de nous faire rire mais nous avions été habitués à plus long.

DVD 1 :
Destination : Wyoming (09:20) : L'épisode d'ouverture de la saison, "Chapeau de cow-boy et bottes de cuir", se déroule à Jackson Hole dans le Wyoming, où le maire attend de pied ferme la centaine de personnes de l'équipe après leur voyage en avion. Les paysages sont sublimes et tous sont épatés. Ce making-of revient sur l'intrigue de l'épisode et quelques scènes-clés dont une qui aura marqué Ariel Winter (Alex). Une belle expérience pour tout le monde.

Un jour sur le plateau avec Ty (05:24) : L'épisode 19 relatant des élections municipales, "Votez pour Claire", a été réalisé par Bryan Cranston (Breaking Bad) himself. Nous suivons ici Ty Burrell (Phil) pendant une journée de son tournage qui nous amuse tout du long avec ses commentaires depuis sa séance matinale de maquillage.

Les aventures des enfants de Modern Family (03:27) : Le 15 août 2011, les enfants de la série étaient dans le Wyoming à l'occasion du tournage du premier épisode de la saison et en ont profité pour prendre du bon temps avec des activités sportives – hormis Sarah Hyland (Haley) qui n'est pas présente dans ce module. Rico Rodriguez (Manny), Ariel Winter (Alex) et Aubrey Anderson-Emmons (Lily) se sont essayés au trampo-élastique et à l'escalade pendant que Nolan Gould (Luke) découvrait les lieux du ciel en parapente. Puis tous ont dévalé les pentes en luge d'été. On aurait aimé les accompagner.

DVD 2 :
Un Noël façon Modern Family (05:46) : Faisant office de petit making-of de l'épisode 10, "Noël Express", cette featurette nous est contée par son réalisateur, Michael Spiller, et Rico Rodriguez (Manny). Ceux-ci nous informent notamment que des arbres ont malheureusement été traumatisés durant le tournage. Tom Mertz expliquera ensuite comment il a réalisé avec son équipe des effets spéciaux la séquence finale "hivernale".

Leçons de conduite (02:48) : Rico Rodriguez (Manny) et Nolan Gould (Luke) nous parlent de l'excellente scène de l'épisode 16, "Une gentille petite poupée", où le premier "conduit" une voiture afin d'impressionner une fille en passant devant chez elle.

Ed O'Neill et son étoile sur Hollywood Boulevard (16:05) : Le 30 août 2011, Ed O'Neill (Jay) fut gratifié de son étoile au Walk of Fame sur Hollywood Boulevard. Nous assistons à cette cérémonie rendue par le Président et PDG de la Chambre de Commerce d'Hollywood, Leron Gubler, qui s'épanche d'une rapide biographie de l'acteur puis c'est au tour de Steven Levitan (co-créateur de la série) de lui proférer un très brillant hommage. Les épouses de fiction qu'Ed a pu avoir dans ses deux grands succès, Katey Sagal (Mariés, Deux Enfants) et Sofía Vergara (Modern Family), ne tarissent également pas d'éloges envers lui et enfin, celui-ci prononcera son discours avant d'inaugurer son étoile. Un excellent moment grâce auquel nous apprendrons quelques belles anecdotes.

DVD 3 :
Modern Family va à Disneyland (03:05) : Steven Levitan, le co-créateur, nous emmène à Disneyland sur le tournage de l'épisode 22, "Une journée en famille", pour nous expliquer succinctement comment se sont passés ces quelques jours. Les acteurs y vont aussi de leurs petits commentaires mais nous aurions apprécié un peu plus de détails et de contenu pour cet épisode sortant de l'ordinaire.

Bêtisier (08:32) : Ce bêtisier est un des meilleurs jamais vus. Entre les moments drôles de la saison dont les chutes, les fous rires lors des chansons ou les noms impossibles à prononcer, il y a de quoi faire et les prises ratées s'enchaînent. Les acteurs sont aussi des danseurs confirmés et l'on voit même que Sofía Vergara (Gloria) galère autant avec l'anglais que son personnage. On termine ensuite sur les premiers pas de la nouvelle actrice pour le rôle de Lily, Aubrey Anderson-Emmons, et vous verrez que Steven Levitan (co-créateur) n'hésite pas une seconde à mouiller la chemise.

                       

Avis sur le packaging :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

La ligne éditoriale continue d'être suivie à la lettre faisant esthétiquement de ce coffret un digne successeur de ses aînés. Seule différence du packaging, il n'y a plus 4 DVD mais seulement 3 donc le fourreau contient un boîtier slim double et un autre classique. D'un blanc immaculé, le recto est séparé en deux par le titre de la série : en haut, les Dunphy habillés en noir trônent sur des marches, et en bas, les autres membres de la famille sont en blanc dans un second escalier. Encore une fois, ils sont tous en tenues chics, robes de soirées pour les femmes et costumes pour les hommes. La surbrillance sur le titre et les personnages est toujours d'actualité et ajoute encore un peu plus de cachet à ce visuel très réussi. Celle-ci se retrouve également au dos sur certaines écritures ainsi que sur les cadres qui sont accrochés au mur et contiennent une capture des épisodes. C'est un coin de salon que l'on peut retrouver avec le bout d'un canapé orange où Stella se repose et quelques accessoires décoratifs tels que bougies et bougeoirs posés sur un petit meuble. Au milieu de tout cela, la présentation de la saison, son synopsis, la liste des suppléments et les spécificités ont trouvé leur place.

Les boîtiers slim reprennent en toute évidence l'illustration du fourreau et leur verso liste les bonus et les épisodes présents avec les synopsis, tout ceci sur un arrière-plan que l'on appelle orange ventre de biche, une sorte de blanc roussâtre. Le second boîtier ayant plus de place, elle est remplie par un cadre de trois photos ainsi que par l'image de Stella sur le canapé déjà utilisée au dos du fourreau. A l'intérieur, les jaquettes sont vierges et les disques ont pris chacun une couleur unie agrémentée par une photo du chien. Ce packaging très "stellatisé" est un grain moins inspiré que les précédents mais il en demeure tout de même très joli.

Du côté de l'authoring, il n'y a guère de changement car le gris de l'arrière-plan est légèrement plus foncé et les textes nécessaires à la navigation sont toujours inscrits sur une large bande orange. Le menu principal est affublé d'une illustration de plusieurs personnages – sur les trois disques, seuls les enfants Dunphy manquent à l'appel – et l'on peut dès à présent décider de regarder tous les épisodes consécutivement ou alors aller dans les sous-menus des épisodes, de la configuration audio/sous-titres ou des suppléments. Chaque page de ceux-ci est pourvue d'une grande capture encadrée, différente partout. Les épisodes sont encore une fois listés sans numérotation par leur titre français.

Les jaquettes comportent plusieurs erreurs notables. Tout d'abord, le synopsis du huitième épisode a également été placé pour le seizième. Ensuite, le 22 a été nommé par son titre original, "Disneyland", alors que le menu annonce bien son homologue français, "Une journée en famille". Enfin, étaient annoncés les bonus "Entretiens avec la famille" et "Scènes inédites et intégrales", mais le premier n'existe pas et le second apparaît dans les menus comme "Scènes supprimées et scènes alternatives". Il y a eu des oublis et de la confusion dans l'air.

En conclusion, packaging et authoring restent sur leurs acquis, le second étant toujours dénué d'une quelconque musique ou animation.