Accueil > Séries TV > Drame > Breaking Bad > DVD Breaking Bad - Saison 4 > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd L'Amie Prodigieuse  Saison 2
L'Amie Prodigieuse - Saison 2
Sortie : 04/05/20

South Park - Saison 22 (Ve...
Sortie : 10/06/20

South Park - Saison 21 (Ve...
Sortie : 28/08/19

The Affair - Saison 4
Sortie : 16/10/19

Scott and Bailey - Saison 2
Sortie : 03/06/20

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

LegaciesLegacies MirageMirage
Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux LanesterLanester
ValidéValidé Le Cheval de FerLe Cheval de Fer
Dublin MurdersDublin Murders ZeroZeroZeroZeroZeroZero
Doom PatrolDoom Patrol Scott and BaileyScott and Bailey
ChernobylChernobyl The Good PlaceThe Good Place


BREAKING BAD - SAISON 4


Éditeur : Sony Pictures Entertainment
Distributeur : Sony Pictures Home Entertainment

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 4 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 13
Durée approx. : 615 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3333297823135

Date de sortie en France : 19 décembre 2012


AUDIO


Langues : Anglais (Dolby Digital 5.1), Espagnol (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 2.0), Italien (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Anglais, Arabe, Danois, Espagnol, Finlandais, Français, Grec, Hébreu, Islandais, Italien, Néerlandais, Norvégien, Polonais, Portugais, Slovaque, Suédois, Tchèque, Turc

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 anamorphique (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- 21 documentaires "Dans les coulisses de Breaking Bad"
- 6 scènes étendues et alternatives
- 6 scènes supplémentaires
- Le karaoke de Gale
- L'alchimie des personnages
- Couleurs mauvaises
- La science du succès
- Visite du labo
- La maison White
- Bêtisier
- 2 pubs "Appelez Saul"
- Bonus caché

TOUS LES ARTICLES SUR BREAKING BAD - SAISON 4


16.12.2012 | Breaking Bad saison 4: retour en beauté de Jesse et Walter

TEST DU DVD

Test rédigé le 08/06/2013 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"

Le final de la troisième saison avait laissé Walter dans une terrible situation, obligeant Jesse à commettre l'irréparable afin de sauver leur peau à tous les deux. Mais Gus va-t-il laisser passer un tel outrage et comment Jesse vivra-t-il son geste ? La police remontant petit à petit la piste de Gale, Walt est contraint de prendre des mesures pendant que Gus est occupé à régler ses propres problèmes. La donne va alors changer, les cartes vont être redistribuées et les relations vont s'échauffer.

C'est l'avant-dernière saison pour Breaking Bad mais se terminer à son apogée devrait mener la série, et c'est déjà le cas, au panthéon des meilleures. Bryan Cranston, Aaron Paul et le glaçant Giancarlo Esposito ont révélé tout l'étendu de leur talent, menés par le génie de Vince Gilligan qui nous prépare sans aucun doute une saison finale exceptionnelle.

Ce quatrième coffret à l'apparence parfaite cache une pilule assez dure à avaler. Outre les commentaires audio retirés de cette édition (grrr), c'est surtout la piste française qui se voit rétrogradée en simple stéréo... et c'est une totale hérésie. Heureusement, les amateurs apprécieront la richesse de la version originale en 5.1 et l'image plaisante en adéquation avec la saison. L'authoring reste à raison sur ses acquis et l'esthétique du packaging est inspirée. Quant aux suppléments, ils sont encore une fois nombreux et permettent de se replonger avec intérêt dans l'intrigue et les coulisses.

 

Avis sur l'image :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

L'atmosphère toujours si particulière de Breaking Bad transpire par les images et fait d'autant plus suer le spectateur, déjà bien chamboulé par le bras de fer délivré par le scénario. La majeure partie des scènes étant tournées en argentique, la série conserve cette patte graphique rentre-dedans avec ce grain discret qui accentue toute la saveur de l'épopée.

Dans cette saison, chaque personnage bascule un peu plus du mauvais côté et par conséquent, la photographie se veut doucement plus sombre dans les couleurs, la luminosité et l'éclairage, engendrant indubitablement des baisses de précision et des fourmillements parfois bien voyants. Ce qui n'empêche assurément pas de radieux plans larges et de belles images à la manière de celles du laboratoire où les reflets, traces et éraflures sur la surface du sol rouge transparaissent parfaitement.

Nous sommes justement restés pantois d'admiration face à la mise en scène inventive dans la recherche des angles et des couleurs. Ainsi, chaque plan révèle une palette de nuances très large et le ratio de contraste se retrouve en grande partie dans le haut du panier. L'ensemble montre une sincère harmonie qui se savoure agréablement.

                       

Avis sur l'audio :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" 1Haut de page

Commençons par les choses qui fâchent ! Alors que Sony Pictures nous avait habitués jusque-là à une piste française mixée dans un somptueux format Dolby Digital 5.1, c'est un simple 2.0 qui tombe ici en plein milieu de la préparation. Les irréductibles auditeurs francophones devront donc malheureusement s'en contenter. Elle reste en soi d'un bon niveau mais ce retour en arrière est complètement incompréhensible et des plus honteux, surtout qu'il en sera de même pour l'édition de la première partie de la saison 5 (et sans aucun doute de la seconde également).

La piste originale, quant à elle, est déclinée en 5.1 (soulagement) et dégage une ambiance anxiogène très plaisante et immersive grâce à des bruitages abondants et une spatialisation soignée. En effet, l'environnement est parfaitement restitué que ce soit au milieu du désert où les bourrasques de vent nous frôlent les oreilles, dans la blanchisserie dont on entend distinctement chacun des dégagements de vapeur des machines ou encore dans la rue avec ses voitures et ses chants d'oiseaux. Tout est là pour poster le spectateur dans l'action et créer la scène tout autour de lui. Le placement des diverses composantes, la pureté du signal et la dynamique du son y contribuent également. Les moments de tension sont délicieusement soulignés par une belle maîtrise des basses que la musique et les bruitages d'environnement utilisent divinement.

Même si la version audio française est déconseillée à cause de son format, cela n'enlève rien à la qualité de son adaptation, reprenant bien le vocabulaire des différents protagonistes. Il arrive cependant que des références soient apparemment inconnues de l'adaptateur, traduisant par exemple le docu-reality show "Ice Road Truckers" en "Camions sur Verglas", là où les sous-titres citent à raison l'émission "Le Convoi de l'Extrême", diffusée sur W9. Ce dialogue devient ainsi perturbant en français. Nous ne saurions donc que vous conseiller les sous-titres malgré quelques erreurs d'inattention (répétitions ou mauvais placements de mots, orthographe, ...) car ils sont toujours justes en terme d'adaptation : vocabulaire propre à chaque personnage, références, langage scientifique, etc.

Sont présentes également des pistes audio espagnole et italienne en Dolby Digital 2.0 ainsi que 18 pistes (au total) de sous-titrage réunissant les langues des pays d'Europe et du Proche-Orient.

   

Avis sur les suppléments :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Les featurettes d’Inside Breaking Bad forment déjà un supplément de grande qualité alors si l'on ajoute toutes les autres séquences thématiques ainsi que les scènes supplémentaires, nous avons de quoi sauter de joie face à toute cette substance nous permettant de plonger davantage dans l'univers de la série. Mais le trip est de courte durée car on se souvient des superbes commentaires audio présents dans les saisons précédentes et jetés dans l'Atlantique pour cette édition française, l'américaine en possédant 13. Faux pas très regrettable.

DVD 1 à 4 :
Dans les coulisses de Breaking Bad (1:25:19) : Dans cette quatrième saison, 21 nouvelles featurettes d’Inside Breaking Bad s'offrent à vous, mettant en scène le staff et les acteurs qui joueront le rôle d'intervenants. Parmi ces séquences, treize reviendront sur chacun des épisodes – elles portent d'ailleurs leur nom – afin de parler de l'intrigue et des personnages. Huit autres alimenteront le moulin pour, entre autres, dévoiler les coulisses : la bagarre de Jesse et Walt, l'explosion de la voiture, l'histoire de la saison, le laboratoire qui aura droit à l'exposition de ses décors, ses accessoires et son esthétique, etc.

DVD 1, 2, 3 :
Scènes étendues et alternatives (14:05) : 6 scènes sont proposées et sont des versions plus longues (Jesse au karting) ou alternatives (le cutter) de séquences vues dans les épisodes. Elles ne donnent pas de réelle valeur ajoutée mais autant les inclure puisqu'elles existent.

DVD 2, 3, 4 :
Scènes supplémentaires (11:24) : 6 autres scènes peuvent être visionnées mais cette fois-ci, ce sont des passages inédits qui peuvent se révéler intéressants et compléter l'intrigue de base comme par exemple l'anniversaire de Junior.

DVD 1 :
Le karaoké de Gale (04:18) : Il s'agit de la vidéo, visionnée durant l'épisode 4, dans laquelle Gale Boetticher se déhanche en poussant la chansonnette sur "Major Tom" de Peter Schilling. Cette séquence de karaoké sous-titrée en thaï était un souvenir que Gale avait ramené d'un précédent voyage en Thaïlande. Kitchissime à souhait et ridicule, c'est un pur bonheur de voir la version complète et cela démontre le souci du détail de la production.

Bonus caché (00:33) : Pour le trouver, placez-vous sur le supplément "Le karaoké de Gale" et appuyez sur la touche gauche. La tête de Walter façon tête de mort va alors apparaître et vous donnera accès à un mini-bêtisier où vous verrez qu'une des tirades du brillant chimiste lors du  premier épisode a été la galère à apprendre.

DVD 2 :
L'alchimie des personnages (05:42) : Vince Gilligan, Bryan Cranston et Aaron Paul reviennent sur la relation particulière qui unit les personnages de Walter et Jesse. Chacun des acteurs admire son partenaire et on ne peut que féliciter Vince pour ce parfait choix de casting.

Couleurs mauvaises (04:43) : Ce module traite du choix de la garde-robe des personnages principaux. La costumière Kathleen Detoro sait marquer leur évolution au fil des épisodes et des saisons grâce à des vêtements différents et surtout au changement de leurs couleurs.

La science du succès (05:35) : Cette fois, c'est l'origine de l'histoire qui est mise en avant et racontée par Vince Gilligan. Puis vient l'aspect du sens moral instauré par la série et des conséquences induites par tout cet argent brassé avant de terminer sur une note de profondeur et de renouvellement continuel de l'intrigue.

Visite du labo (03:07) : Michael Flowers, ensemblier de la série, nous emmène sur le plateau du laboratoire de la blanchisserie, dont l'assemblage a duré des mois. Les différents éléments nécessaires au décor viennent de lieux divers et après un rapide passage en revue du processus de fabrication de la méth (qui est crédible mais volontairement faux), nous apprenons que les cristaux bleus ne sont finalement que du sucre candi. A défaut d'être drogués, les acteurs seront donc diabétiques.

La maison White (03:56) : Stewart Lyons, producteur exécutif, nous fait visiter la maison des White, ou plutôt les différents morceaux qui la composent, dont le sous-sol qui a été construit ailleurs. Comme tout plateau, afin de pouvoir filmer dans de bonnes conditions, les murs bougent, des pièces sont factices et l'eau courante n'est qu'illusion.

DVD 3 :
Bêtisier (05:00) : Comme il n'y a pas de bon héros sans bon méchant, une édition de série n'existe pas sans son fameux bêtisier. Toujours fun.

DVD 4 :
Les pubs "Appelez Saul" (02:14) : Ces 2 publicités tournées pour promouvoir les services de l'avocat Saul Goodman sont toujours aussi hilarantes. Elles reflètent à merveille le ridicule des procès à outrance dans la société américaine.

                                       

Avis sur le packaging :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Le packaging est composé d'un boîtier DVD keepcase inséré dans un fourreau cartonné. Tout orangé, ce dernier présente le visage très déterminé de Walter au recto et celui de Jesse au verso avec la même expression, de quoi bien marquer l'opposition entre les personnages dans cette saison. Au dos justement, le synopsis siège aux côtés d'un descriptif de la série, des spécificités ainsi que des suppléments dans un encadré vert.

La jaquette extérieure du boîtier reprend trait pour trait celle du fourreau et présente à l'intérieur un fond vert parsemé du contenu des disques : chaque épisode est doté d'une vignette d'un personnage, de son titre, son synopsis et son staff, les bonus des galettes sont également affichés. Elles sont d'ailleurs réparties deux par deux sur les faces internes du boîtier et leur sérigraphie est localisée, chacune agrémentée de deux ou trois personnages.

A l'insertion des DVD, nous retrouvons l'authoring bien connu que nous avions déjà dans les précédentes éditions. Et comme il était plutôt réussi, il n'y avait aucune raison de le changer, d'autant plus que conserver cette homogénéité est appréciable. Le menu principal, orchestré par la musique du générique d'ouverture, est composé d'une animation dont une partie est reprise dudit générique où défilent sur le fond vert tableau des éléments, schémas moléculaires et émanations gazeuses. En fondu ou en vignettes encadrées, des extraits de la saison mettent un peu de couleur dans tout ce vert. Chaque disque propose de pouvoir visionner les épisodes consécutivement, de les sélectionner, de définir la langue ou de voir les suppléments.

Les sous-menus sont malheureusement fixes et dénués de thème musical mais toujours pourvus d'un bel arrière-plan "moléculaire" en phase avec la série et l'écran principal. Chaque menu de chaque disque est illustré par une photo différente de personnages, et pour la sélection des épisodes, ces derniers possèdent leur vignette propre accompagnée par leur numéro et leur titre français. Les cristaux de méthamphétamine sont toujours inclus afin de bien naviguer entre les sections.