Accueil > Séries TV > Comédie > Modern Family > DVD Modern Family - Saison 1 > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Bodyguard  Saison 1 [Blu ray]
Bodyguard - Saison 1 [Blu-ray]
Sortie : 01/07/20

Bodyguard - Saison 1
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 9
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 8
Sortie : 25/09/19

Candice Renoir - Saison 8
Sortie : 26/06/20

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

BodyguardBodyguard Alex HugoAlex Hugo
The OutsiderThe Outsider WatchmenWatchmen
TandemTandem MirageMirage
The BoysThe Boys LegaciesLegacies
MirageMirage Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux
LanesterLanester ValidéValidé

dvd Modern Family  Saison 1


Achetez-le sur

Acheter sur Amazon
Acheter sur Fnac
Acheter sur Cdisocunt


MODERN FAMILY - SAISON 1


Éditeur : 20th Century Fox
Distributeur : Fox Pathé Europa

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 4 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 24
Durée approx. : 528 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3344428050825

Date de sortie en France : 05 septembre 2012


AUDIO


Langues : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
Sous-titres : Anglais, Français

VIDÉO


Format : 1.77 - 16/9 anamorphique (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Scènes coupées, intégrales et alternatives
- Entretiens avec la famille
- Bêtisier
- La vraie vie de Modern Family
- Avant Modern Family
- Fizbo le clown
- Le Making of
- Hawaï

TOUS LES ARTICLES SUR MODERN FAMILY - SAISON 1


06.09.2012 | La Modern Family débarque en France

TEST DU DVD

Test rédigé le 17/07/2013 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"

Modern Family suit les péripéties de trois familles qui n'en forment qu'une seule. Jay est le patriarche, marié depuis peu à une plantureuse colombienne beaucoup plus jeune que lui, Gloria, et déjà mère du petit Manny. Claire est la fille de Jay, une femme au foyer vivant avec son mari Phil et leurs trois enfants : Luke, Alex et Haley. Le frère de Claire, Mitchell, est gay et en couple avec Cameron. Tous deux viennent d'adopter une petite vietnamienne qui fera leur bonheur mais leur apportera également bien des soucis.

Pourvue de tous les ingrédients de la sitcom sans les inconvénients des rires enregistrés, Modern Family possède de surcroît un aspect mockumentaire entraîné par des entretiens face caméra qui nous rapportent anecdotes, confessions et autres drôleries, mais également par le juste jeu des comédiens qui regardent parfois l'objectif comme si un journaliste les suivait réellement. Subtil cocktail comique aux notes d'émotion et d'intelligence, la série plaira incontestablement à toute la famille grâce à ses personnages au premier abord stéréotypés mais qui s'avèreront pourtant terriblement nuancés et attachants au fil de leurs aventures. Cette fiction pas si fictionnelle de la famille moderne souffle un vent de fraîcheur sur le paysage audiovisuel.

L'édition DVD est incarnée par une belle vitrine externe cachant le mauvais choix esthétique du menu et quelques erreurs au niveau de l'ordre des épisodes. Heureusement, l'image et le son, avec au premier plan la piste originale et les sous-titres français, font gagner du galon au contenu qui se qualifie encore mieux avec ses suppléments.


 

Avis sur l'image :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

L'image est au format 16/9e et son esthétique typée sitcom – logique – la rend agréable à l'œil sans toutefois jouer sur des artifices de style. Elle est très bigarrée en faisant la part belle à une palette ample et largement nuancée. Toute cette diversité de couleurs au large ratio de contraste souligne à merveille l'atmosphère de vie quotidienne et l'ancrage à la réalité inspiré par l'aspect documentaire.

La définition est douce et renvoie de beaux plans sans que l'on soit non plus décoiffés par la prestation. Il n'y a en revanche pas de gros défauts apparents, les lignes et les contours se tenant bien, même sur les vêtements rayés et bariolés. L'épisode se déroulant à Hawaï est par ailleurs très ensoleillé et tire bien son épingle en vendant du rêve. Dans l'ensemble, le rendu est aussi propre en intérieurs qu'en extérieurs mais du bruit est décelable dans les arrière-plans ainsi que lors des passages sombres.

                       

Avis sur l'audio :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" 1Haut de page

Le respect auditif du consommateur est un élément qui n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd à la Fox. Preuve en est, leurs séries comportent de plus en plus une piste sonore française en 5.1.

Toutes deux au format Dolby Digital 5.1, les pistes française et anglaise sont techniquement de même acabit, d'une excellente clarté dans les voix et d'un bel équilibre d'ensemble. Plutôt relégués à la musique – déjà rare –, les surrounds restent très discrets – surtout en intérieur – mais sont bien présents afin de procurer les sons d'environnement et de mouvements derrière la caméra. Il est évident qu'une sitcom n'est pas un modèle de démonstration pour faire briller son home cinema mais même si cette scène arrière n'est que peu démonstrative, elle apporte sa pierre à l'édifice.

L'adaptation est un point important pour quiconque n'est pas un grand ami de la langue shakespearienne. Après avoir visionné la saison, il apparaît que le sous-titrage français comporte une plus grande fidélité au langage original que le doublage français. Cependant, il est parfois difficile d'être fidèle tout en conservant les jeux de mots alors il arrive que certains aient tendance à tomber un peu à plat dans leur adaptation écrite alors que la version orale française a trouvé un bon calembour qui permet de garder l'impact et l'idée mais en s'éloignant un brin de l'original. Les références culturelles telles que les noms propres sont quelquefois aussi modifiées dans le doublage français.

Ce doublage est de temps à autre complètement à côté. Par exemple, dans l'épisode 14, Alex ramène des bouteilles d'alcool de chez les voisins dont une de Jägermeister, liqueur forte, et demande à son père ce qu'est cette boisson. En version française, ils l'ont remplacée dans les répliques par un Cosmopolitan (un cocktail à base de vodka) ce qui n'a plus grand rapport avec la situation. Un peu plus tard, Luke tient la bouteille à la main (reconnaissable entre mille) – donnant lieu à un beau faux raccord – et dit en français que c'est du Cosmopolitan, le sous-titrage citant bien évidemment toujours la bonne boisson. Quelle était l'utilité de ce changement ?

Dans l'épisode 19 narrant l'anniversaire de Phil, celui-ci veut un iPad et sa "chasse" est l'objet principal de l'intrigue. Dans le sous-titrage, "iPad" est cité à chaque fois que la version originale en fait mention et Steve Jobs également. Le doublage français s'est limité à "tablette informatique" et n'évoque même pas le nom du cofondateur d'Apple alors que des logos sont visibles un peu partout. Forcément, ne pas citer oralement le produit fait perdre beaucoup à l'épisode basé sur le jour de sortie de l'iPad qui est, comme chacun le sait, toujours un grand évènement générant de colossales files d'attente. Le jour de sortie de la "nouvelle tablette informatique" fait plus générique et donc beaucoup moins imposant même si l'on comprend vite de quoi il s'agit vraiment.

Pour terminer, la mauvaise prononciation de certains mots par Gloria est bien restituée dans le doublage comme le sous-titrage mais ceux en espagnol qu'elle place dans ses répliques sont en majorité éludés oralement, toute la phrase étant traduite alors que le sous-titrage les inscrit bien dans leur langue originelle, qui plus est en italique. De même, les phrases entières en espagnol sont souvent complètement doublées en français. La version originale sous-titrée est donc conseillée pour conserver l'authenticité et pour sa fidélité globale.

Les sous-titres sont également disponibles en anglais et néerlandais.

   

Avis sur les suppléments :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Les bonus de ce coffret sont fournis, plutôt variés et en plus de nous faire rire à gorge déployée, ils nous donnent quelques informations très intéressantes, notamment sur les inspirations des scénarios. Le plaisir est donc garanti et l'expérience rallongée afin de se sentir encore plus proche de cette famille complètement jetée.

DVD 1 à 4 :
Scènes coupées, intégrales et alternatives (44:30) : 17 épisodes sont agrémentés d'une ou plusieurs scènes qui ont été coupées au montage soit parce qu'elles étaient trop longues, soit parce que le choix des répliques n'était pas établi, soit tout simplement parce qu'il fallait bien enlever quelque chose pour se plier au format. Grâce à ce supplément, nous pouvons donc voir ces séquences coupées, intégrales et alternatives rangées par épisode.

DVD 1, 2, 3 :
Entretiens avec la famille (10:42) : 9 épisodes sont concernés par ces nouvelles scènes qui sont inédites et uniquement consacrées aux interviews face caméra. Il y en a beaucoup pour les Dunphy mais Phil a tellement les mots pour rire que c'était une évidence. Comme pour le supplément précédent, elles sont listées par épisode.

DVD 4 :
Bêtisier (05:27) : Un bêtisier sans grossièretés, c'est rare et pourtant tout aussi bon. D'une prise ratée à des rires, d'un oubli à des grimaces, le tournage n'a pas dû être de tout repos. La preuve !

La vraie vie de Modern Family (09:59) : Le co-créateur de la série, Steven Levitan, et quelques scénaristes/producteurs délégués nous confient que nombre de situations sont inspirées de leurs propres vies avec anecdotes et même documents personnels à la clé : le pistolet airsoft, le pigeon, le patinage artistique et bien d'autres.

Avant Modern Family (12:22) : Dans ce module, les acteurs exposent leur vie professionnelle précédant l'aventure Modern Family. D'où ils viennent, leur parcours en tant que comédien et leur arrivée dans la série, ils répondront chacun leur tour. Nous apprenons même que le jeune Nolan Gould (Luke) est membre de la Mensa (organisation dont les membres possèdent un QI élevé), un rôle à contre-emploi de son personnage.

Fizbo le clown (04:03) : Fizbo le clown a véritablement été créé et incarné par Eric Stonestreet (Cameron) qui faisait déjà des spectacles lors d'anniversaires alors qu'il n'avait que 11 ans. Les scénaristes ont eu vent de cette anecdote et ont fait l'honneur à Eric de l'intégrer dans un épisode. Des vidéos et photos d'époque nous montrent ses expériences dans le domaine.

Le making of (08:53) : Cette featurette est une ouverture du côté des coulisses du dernier épisode de la saison, "Portrait de famille", dont l'idée de départ vient là encore de la vie d'une des scénaristes. Outre quelques minutes consacrées au fameux pigeon et au déroulement de la séquence finale pour la photo, il est dit que la scène du match a été filmée pendant un véritable match. Une opération délicate.

Hawaï (05:05) : L'épisode à Hawaï a été un régal à réaliser pour tout le monde avec tous ces paysages idylliques et les décors de rêve de l'hôtel Four Seasons Maui. Chacun s'exprime sur le tournage et en garde un excellent souvenir. Nous aurions néanmoins apprécié un voyage un peu plus long.

                           

Avis sur le packaging :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Le packaging est composé de deux boîtiers slim double insérés dans un fourreau cartonné. Ce dernier est esthétiquement plaisant grâce à une illustration des trois familles, chacune en partie dans un cadre au fond coloré, certains personnages étant même en dehors assis sur un canapé. C'est relativement sobre avec le titre de la série écrit sur un arrière-plan blanc. Au dos, un bureau est installé avec un tableau d'affichage en liège où sont épinglés le synopsis et des photos. En-dessous sont placés des accroches ainsi que les spécificités et la liste des suppléments. Une couche brillante a été apposée en surimpression sur la plupart des éléments qui se détachent de l'arrière-plan, au recto comme au verso.

Les jaquettes des boîtiers reprennent le même recto que le fourreau et le fond blanc est conservé pour le dos qui arbore le contenu des disques avec les synopsis des épisodes et les bonus en conservant la charte graphique blanche, orange et noire instaurée par le titre. A l'intérieur, le fond est resté blanc et les DVD, fixés de chaque côté du boîtier, sont dotés d'une très jolie sérigraphie créée à partir d'un élément d'intrigue présent dans un des épisodes du disque en question : le vélo, le majordome chien, le badge de Clive Bixby et l'échiquier.

Après avoir inséré une galette dans la platine, les yeux commencent à piquer. Nous atterrissons sur une capture de Jay assis dans son canapé et... c'est tout. Ce sera l'unique plan du menu principal de cette édition. L'absence d'animation ou de fond musical est déjà une pilule difficile à avaler mais pourquoi cette photo ? Pourquoi Jay ? Il n'y a même pas le titre de la série. Bref, sur le bas de l'écran, dans un bandeau noir, nous pouvons sélectionner la lecture consécutive des épisodes, accéder à leur sous-menu, choisir la piste audio et de sous-titres ou aller voir les bonus. Les sous-menus de configuration et de suppléments se présentent dans des fonds sobres constitués d'une couleur unie, d'un bandeau vertical d'une autre teinte et d'une large partie blanche pour lister les choix. A chaque fois, une capture encadrée l'égaye rendant l'ensemble bien plus agréable que le menu principal, d'autant plus que ces photos sont différentes partout et pour chacun des supports.

Les épisodes, non numérotés, se trouvent listés à l'aide de leurs titres français par-dessus le même type d'arrière-plan que les autres sous-menus. Une illustration des personnages est affichée à côté et complète cet authoring tout en retenu dont la grosse erreur reste le menu principal.

La jaquette du premier boîtier nous indique un "mauvais intitulé des épisodes 11 et 12 dans le menu" ce qui est le cas autant dans le menu que sur la jaquette puisqu'ils sont inversés : "Papa poule et maman ours" (normalement épisode 12) doit se regarder après "Sexe, mensonges et quiproquo" (normalement épisode 11). De plus, "Prudence est père de sûreté" placé en deuxième épisode est en fait le sixième. Pour finir, une erreur est présente sur la jaquette dans le titre de l'épisode 19 qui devrait s'appeler "Mission cadeau impossible" comme écrit dans le menu. Heureusement, comme il n'y a pas de réel fil rouge, ces inversions ne se remarquent même pas mais comme le dirait Prue Halliwell : "Un temps pour chaque chose et chaque chose à sa place.".