Accueil > Série animée > Japanimation > Blue Exorcist > DVD Blue Exorcist - Saison 1 - Coffret 1 > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Bodyguard  Saison 1 [Blu ray]
Bodyguard - Saison 1 [Blu-ray]
Sortie : 01/07/20

Bodyguard - Saison 1
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 9
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 8
Sortie : 25/09/19

Candice Renoir - Saison 8
Sortie : 26/06/20

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

BodyguardBodyguard Alex HugoAlex Hugo
The OutsiderThe Outsider WatchmenWatchmen
TandemTandem MirageMirage
The BoysThe Boys LegaciesLegacies
MirageMirage Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux
LanesterLanester ValidéValidé

dvd Blue Exorcist  Saison 1  Coffret 1


Achetez-le sur

Acheter sur Amazon
Acheter sur Fnac
Acheter sur Cdisocunt

Dernière sortie
Blue Exorcist - Le film

BLUE EXORCIST - SAISON 1 - COFFRET 1


Éditeur : Kaze
Distributeur : Kaze

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 2 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 9
Durée approx. : 234 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3700091025223

Date de sortie en France : 16 mai 2012


AUDIO


Langues : Français (Dolby Digital 2.0), Japonais (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Français

VIDÉO


Format : 1.77 - 16/9 anamorphique (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

TOUS LES ARTICLES SUR BLUE EXORCIST - SAISON 1 - COFFRET 1


19.05.2012 | Laissez-vous posséder par Blue Exorcist !

TEST DU DVD

Test rédigé le 01/05/2012 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"

Le père Shirô Fujimoto habite dans un monastère avec ses deux garçons jumeaux de 15 ans au caractère opposé : Yukio est studieux et d'un naturel calme alors que Rin enchaîne les bévues et joue les rebelles auprès de tous. Le père Fujimoto n'est pas un simple religieux mais un exorciste vouant sa vie à débarrasser les humains des démons cherchant à posséder leurs corps. Au cours d'un énième petit boulot dont il finira encore par se faire virer, Rin aperçoit une créature qu'il n'avait encore jamais vue et c'est à ce moment-là que toute sa vie et celle de ses proches va basculer.

Fort d'un succès fulgurant au Japon, le manga Blue Exorcist de Kazue Kato fut rapidement adapté en anime, lui aussi encensé de toute part. Série d'aventure fantastique portée par une galerie de personnages attachants et des créatures aussi mignonnes qu'affreuses, elle laisse planer une part d'Harry Potter pour son côté académique dans l'apprentissage de l'exorcisme mais s'en détache par son originalité et son rythme soutenu. En compétition dans la sélection officielle des séries TV au Festival d'Annecy 2012, l'univers démoniaque de Blue Exorcist vous surprendra et vous habitera jusqu'à la fin.

Ces premiers épisodes passionnants sont servis dans une belle édition, certes simple dans son packaging et son authoring, mais délivrant une image et un son à la beauté aussi hypnotique que la danse lancinante des flammes, qu'elles soient rouges ou bleues. A ne surtout pas rater.

 

Avis sur l'image :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Epoustouflante, l'image 16/9e assomme les yeux à la façon du Marteau de Thor en envoyant une excellente qualité et un rendu net des contours et de l'animation déjà d'une fluidité exemplaire, même dans les scènes où l'action est vivace et enflammée. La palette chromatique se déplie littéralement au rythme des épisodes grâce aux nuances de couleurs sucrées des extérieurs de l'académie de la Croix-Vraie et moribondes des apparitions des créatures de la Géhenne. L'ensemble est nappé par des contrastes bien furieux et une luminosité adéquate pour autant achalander le spectateur dans la vivacité du jour que dans la pénombre malveillante des suppos de Satan.

Cette avalanche de boules de couleurs remplie de bonnes intentions n'est toutefois pas idéale quand il s'agit de passer sous les gros doigts des filtres de compression mais le virage a bien été négocié car il faut véritablement regarder de très (très) près pour dénicher un quelconque coaltar. Nous trouvons donc çà et là des fourmillements sous forme de chroma noise (bruit dans les surfaces de couleurs uniformes) mais la palme revient sans conteste au brin de postérisation (discontinuités entre les couleurs d'un dégradé sautant de tons trop brusquement) s'invitant surtout dans les chevelures.

A noter la présence des eyecatches (interlude de moitié d'épisode) et des jikai (annonce de l'épisode suivant).

                       

Avis sur l'audio :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" 1Haut de page

Version originale comme française sont mixées en Dolby Digital 2.0 et délivrent sensiblement le même résultat. Le son est clair et ses différentes composantes sont harmonieuses pour nos oreilles humaines. Les séquences de combat sont un régal pour les basses qui le feront savoir de manière élogieuse aux voisins mais sans en faire des tonnes. Il est tout de même dommage de ne pas bénéficier d'un format 5.1 pour une série aussi récente.

Le doublage français est convaincant et les caractères sont bien reflétés par des comédiens investis dans leur rôle sauf peut-être pour la voix de Shiemi dont la timidité et l'innocence sont partiellement atténuées. L'adaptation est bonne, les jeux de mots, plaisanteries, grossièretés et titres étant exemplairement fidèles au sous-titrage, lui aussi bien réalisé. A noter un autre bon point : le yen est conservé à l'oral comme à l'écrit. Au contraire, un mauvais est à distribuer pour les classes d'exorcistes transformant en doublage français "paladin" par "chevalier" et "soigneur" par "docteur", pourtant largement connus par les adeptes de RPG et utilisés dans le manga.

Les défauts que l'on pourrait citer viendraient d'un sous-titre placé curieusement en haut de l'écran lors de l'épisode 03 à 12:52 ou le fumeux cas du sukiyaki, cité en doublage et sous-titrage dans l'épisode 01 (11:57) mais pourtant utilisé seulement en doublage à 01:04 de l'épisode 05, les sous-titres le traduisant cette fois par "fondue de bœuf". Fondamentalement juste mais le revirement est curieux. Dans l'épisode 04, un changement dans le nom des démons est également décevant, transformant "dökkàlfr" et "ent" pour la VO et les sous-titres en "sylvain" et "dryade" en VF.

Une seule véritable erreur de compréhension dans les sous-titres est à déplorer et elle se trouve dans l'épisode 08. Quand Konekomaru annonce qu'il connaît les 10 premiers chapitres de l'évangile selon Saint Jean, Ryûji lui demande de commencer au premier et lui au dixième, la version française annonçant plus logiquement au onzième.

Concernant les fautes de conjugaison ou d'accord, rien à redire, comme souvent avec Kazé, et seulement quelques erreurs d'orthographe sont présentes dont une "bonniche" et des "soutras". Ce dernier à beau se prononcer comme tel, il s'écrit évidemment "sūtra".

Pour terminer sur une note amusante, lors du second épisode, la version française n'a pas osé choisir de répéter les termes du sous-titrage "Satan l'habite" à 13:25 mais a préféré, à raison, utiliser insidieusement "Satan est en lui".

Le changement de piste sonore ou de sous-titres est impossible à faire à la volée.

 

Avis sur les suppléments :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Les bandes annonces de l'éditeur possèdent toujours les éditions de Kazé mais les suppléments n'ont pas été exorcisés pour autant. Les omake, ou du moins les 5 premiers, sont présents.

Omake "La face cachée des exorcistes !" (06:16) : Uniquement en version originale sous-titrée français, ces petites séquences bonus hilarantes se dégustent avec un immense plaisir. Les suivantes devraient être dans les prochains coffrets.

   

Avis sur le packaging :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Concernant le package en lui-même, nous ne l'avons pas eu en notre possession – ni le livret de 44 pages intitulé "Manuel de la Croix-Vraie N°1" – donc ne pouvons émettre une quelconque critique. Cependant, le visuel présenté est très sobre dans son fond blanc pris d'assaut par une photo promotionnelle de Rin, Yukio et Shiemi mais également par une petite phrase d'accroche si chère à Kazé qui pourtant n'est jamais réellement probante.

Le menu se place sur un seul et unique écran où le choix de la version, du lancement des bonus, des épisodes ou de la vision consécutive se fait dans une bande transversale. A côté de chaque rubrique plane un petit coaltar alors que le logo de la série brûle sous les flammes bleues. Pour dynamiser tout ce beau monde, les 35 premières secondes du générique tournent en boucle à l'écoute alors que des extraits défilent en arrière-plan. Beaucoup trop simple pour une série faisant l'événement au Festival d'Annecy 2012.