Accueil > Série animée > Action > Mardock Scramble > DVD Mardock Scramble - The First Compression (Director's cut) > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Bodyguard  Saison 1 [Blu ray]
Bodyguard - Saison 1 [Blu-ray]
Sortie : 01/07/20

Bodyguard - Saison 1
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 9
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 8
Sortie : 25/09/19

Candice Renoir - Saison 8
Sortie : 26/06/20

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

BodyguardBodyguard Alex HugoAlex Hugo
The OutsiderThe Outsider WatchmenWatchmen
TandemTandem MirageMirage
The BoysThe Boys LegaciesLegacies
MirageMirage Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux
LanesterLanester ValidéValidé


MARDOCK SCRAMBLE - THE FIRST COMPRESSION (DIRECTOR'S CUT)


Éditeur : Kaze
Distributeur : Kaze

Type : Long-métrage
Origine : zone 2
Nombre de disque : 1 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 1
Durée approx. : 65 minutes
Boîtier : Keep Case
Code EAN : 3700091024523

Date de sortie en France : 08 février 2012


AUDIO


Langues : Français (Dolby Digital 5.1), Italien (Dolby Digital 5.1), Japonais (Dolby Digital 5.1)
Sous-titres : Anglais, Français, Italien, Néerlandais

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

SYNOPSIS


Un soir, une prostituée est ressuscitée après avoir été brûlée vive par un de ses clients. Elle décide donc de se venger de son agresseur et de lui faire payer. Malheureusement, celle-ci va se retrouver confrontée à une organisation criminelle qui cherche à la faire taire.

SUPPLÉMENTS


- Le film en version cinéma
- Vidéos de promotion
- Trailer japonais
- Pubs japonaises


TEST DU DVD

Test rédigé le 23/02/2012 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"

The First Compression, premier volet de la trilogie Mardock Scramble adaptée des romans primés de Tow Ubataka, nous plonge dans un univers futuriste, sombre et mélancolique à travers les yeux de Balot, une jeune prostituée assassinée par son dernier client, Shell. Récupérée par le Docteur Easter et son fidèle acolyte virtuel et métamorphe Oeufcoque, Balot se réveille avec un corps cybernétique. Bien décidés à traquer le meurtrier, chef d'une organisation criminelle, les trois équipiers ne sont pas au bout de leurs peines.

Prenant littéralement les tripes, cet anime ne peut laisser indifférent et marquera l'esprit du spectateur par sa psychologie. Déception que cette édition. Si la partie audio s'annonce en pur spectacle, l'image est harcelée par du bruit comme une miette de pain dans une fourmilière. Malheureusement, les bonus ne font que la promotion japonaise du film mais l'attrait principal résidera dans le choix, suivant vos préférences, entre la version director's cut (1:06:45) et cinéma (1:02:46), plus édulcorée.


 

Avis sur l'image :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

C'est à n'y rien comprendre, Kazé nous ayant déjà fait le coup avec Pandora Hearts... Malgré la date de réalisation récente du film (2010), le master s'avère médiocre tant le bruit envahit l'écran. Le grain fourmille uniformément partout et en permanence, gâchant inévitablement les superbes images vacillantes entre les noirs et les couleurs vives limite fluorescentes. Dommage car le rendu aurait pu être magnifique avec ce type de photographie. Les contrastes sont bien gérés, laissant l'œil apprécier aisément les différents détails malgré des tons urbains toujours très sombres tenus par une luminosité au poil.

A regarder à bonne distance de son écran pour "oublier" cette indignation et apprécier le spectacle visuel.

               

Avis sur l'audio :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" 1Haut de page

Sublimes. Les bandes son VO et VF (une piste italienne est également présente) mixées en Dolby Digital 5.1 sont parfaitement convaincantes et de qualité similaire. L'atmosphère de la ville et tout l'environnement sonore qui va avec rendent merveilleusement bien avec des invitations récurrentes aux basses et des effets surround de toute beauté qui enveloppent le spectateur au beau milieu des bas-fonds glauques de Mardock City. Sifflement des balles, explosions, crissements des voitures, le rendu en met plein les oreilles grâce à un équilibre et une division des canaux très travaillés.

En termes de sous-titrage, l'adaptation est sans fausse note, à l'instar de celle du doublage, les deux conservant la cohérence du scénario et les diverses insultes. A noter que les voix robotisées sont également bonnes en version française.

Des sous-titres anglais, italiens et néerlandais sont aussi inclus.


Avis sur les suppléments :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Les suppléments sont très pauvres car surtout composés de spots publicitaires japonais et non sous-titrés. Une fois que l'on a vu le film, cela n'a pas d'intérêt spécifique.

Le film en version cinéma (1:02:46) : Exclusivement en VOST, le film dans sa version cinéma est plus court d'environ 3 minutes (hors crédits). Par conséquent, certaines scènes, notamment contenant violence et sexe, ont été coupées alors que d'autres ont été édulcorées dans les images avec des effets de flou. Autant dire qu'une partie de l'essence de l'anime est perdue mais si vous êtes prude, cette version sera plus saine pour vous.

Vidéos de promotion (04:29) : Nous sommes en présence de deux vidéos promouvant le film au Japon. La première reprend quasiment trait pour trait le début et sa mélancolie alors que la seconde évoque plus une bande annonce avec son rythme soutenu basé sur l'action.

Trailer japonais (01:40) : Le trailer va un peu plus loin que les vidéos de promotion en mettant en place des pans de l'histoire afin de mieux refléter le film auprès du public.

Pubs japonaises (01:28) : Quatre publicités de 15 secondes ainsi qu'une de 30 avec de très courtes séquences.

       

Avis sur le packaging :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Concernant le package en lui-même, nous ne l'avons pas eu en notre possession donc ne pouvons émettre une quelconque critique. En revanche, l'illustration est parfaitement dans les tons de la série. Quant à la sérigraphie du DVD, elle s'avère parfaite avec un circuit imprimé et la ville brillant sur un fond noir.

Après une barre de chargement, le menu principal reprend le thème de la vision par les jumelles d'Easter avec le viseur et différents éléments d'information. La musique mélancolique du film nous atteint au plus profond avant de partir dans un rythme plus punchy. Derrière tout cela défilent des extraits totalement en accord avec le fond sonore dont la cassure est symbolisée par l'explosion de la voiture. Dans ce menu principal, nous pouvons choisir les bonus, le chapitre, la langue puis la lecture du film. Dans la continuité du menu principal, le sous-menu des bonus modifie simplement les choix par sa liste de suppléments. L'uniformité est intacte et l'ensemble est séduisant.

Minuscule bémol : il aurait été plus logique lors du lancement du film, de devoir choisir entre la version director's cut ou la cinéma à la place de devoir chercher cette dernière dans les bonus. Cependant, les mots "Director's cut" sont bien inscrits en haut, dans le design du menu, alors le spectateur est censé savoir que c'est celle-ci qui se lancera par défaut.