Accueil > Séries TV > Policier > Bones > DVD Bones - Saison 6 > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd L'Amie Prodigieuse  Saison 2
L'Amie Prodigieuse - Saison 2
Sortie : 04/05/20

South Park - Saison 22 (Ve...
Sortie : 10/06/20

South Park - Saison 21 (Ve...
Sortie : 28/08/19

The Affair - Saison 4
Sortie : 16/10/19

Scott and Bailey - Saison 2
Sortie : 03/06/20

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

LegaciesLegacies MirageMirage
Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux LanesterLanester
ValidéValidé Le Cheval de FerLe Cheval de Fer
Dublin MurdersDublin Murders ZeroZeroZeroZeroZeroZero
Doom PatrolDoom Patrol Scott and BaileyScott and Bailey
ChernobylChernobyl The Good PlaceThe Good Place

dvd Bones  Saison 6


Achetez-le sur

Acheter sur Amazon
Acheter sur Fnac
Acheter sur Cdisocunt

Dernière sortie
Bones - Saison 12

BONES - SAISON 6


Éditeur : 20th Century Fox
Distributeur : Fox Pathé Europa

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 6 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 23
Durée approx. : 966 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3344428048402

Date de sortie en France : 29 février 2012


AUDIO


Langues : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Anglais, Français

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 anamorphique (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- 2 épisodes en version longue
- Making of
- Bêtisier
- Les effets spéciaux de Bones
- Le 1er éisode de "The Killing"

TOUS LES ARTICLES SUR BONES - SAISON 6


29.02.2012 | Un Bones à croquer en DVD (edit)

TEST DU DVD

Test rédigé le 02/09/2013 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"

En fin de saison dernière, Brennan partant pour les îles Moluques pour tenter de percer les mystères de l'humanité, le reste de l'équipe de l'Institut Jefferson s'était éparpillé aux quatre coins du monde afin de vaquer à d'autres occupations. Mais Caroline Julian les rappelle tous un par un dans le but de résoudre un meurtre qui sauverait le poste de Camille. Ces retrouvailles s'annoncent mouvementées, surtout que Booth ne revient pas seul d'Afghanistan.

Cette sixième saison marque un tournant décisif dans les couples de Bones et promet encore son lot de moments épiques et de jeu du chat et de la souris. L'instinct et la logique peuvent-ils aller de pair ? C'est aussi l'occasion d'amorcer le spin-off The Finder – qui ne durera malheureusement qu'une saison de 13 épisodes – lors d'un dix-neuvième épisode original et particulièrement dépaysant. Mais le point culminant de cette saison se révèlera être l'exceptionnel épisode 9, "Le monde à l'envers", dans lequel Brennan s'identifiera à la victime et sera aidée par le veilleur de nuit, le magistral Enrico Colantoni, plus connu pour être le papa de Veronica Mars.

C'est une édition mitigée que la Fox nous a préparée. Si vous êtes un inconditionnel de la version originale, ce coffret devrait vous ravir avec sa piste 5.1 extrêmement vivante mais sinon, la version française en stéréo (en 5.1 dans le coffret de la saison précédente) donne envie de taper du poing. Heureusement, la qualité d'image est de toute beauté et reste le point fort avec le packaging (dans la droite lignée de ses prédécesseurs) car les bonus sont décevants et l'authoring simpliste égal à lui-même.

 

Avis sur l'image :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

L'image proposée pour ce coffret est véritablement belle et assez précise pour libérer une quantité généreuse de détails jusqu'au dernier plan. Le lieu dans lequel ils sont le plus visible n'est autre que l'intérieur de l'Institut Jefferson : son éclairage maîtrisé, son architecture compartimentée, son style industriel et ses surfaces libres révèlent une grande profondeur renforcée par la netteté des éléments plus petits et colorés. Et ce n'est pas tout car le décor est chargé en lignes droites prenant le plus souvent l'aspect de matériaux métalliques tels que les escaliers, les stores, les barrières, le "squelette" du bâtiment, ... et jamais de scintillements ne s'y aventurent.

L'Institut esthétiquement froid, moderne et clair permet également de tester les contrastes qui n'ont aucun mal à le mettre en valeur. Les scènes se situant dans d'autres lieux fermés ainsi qu'à l'extérieur sont tout aussi bien rendues, en partie grâce à une large panoplie de couleurs qui s'ébattent joyeusement tout en restant précises.

Mais l'image n'en est pas parfaite pour autant car la végétation a des exigences beaucoup plus grandes en termes de niveau de détail et peut devenir assez brouillonne. De plus, les surfaces sombres – le mur de la salle d'interrogatoire du FBI – et les plans nocturnes sont prononcés en grain accompagné d'un fourmillement parfois désagréable, particulièrement lorsque la pluie a décidé d'arroser l'occasion.

                       

Avis sur l'audio :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" 1Haut de page

Les pistes audio ne sont pas toutes logées à la même enseigne. A notre immense désarroi – et colère –, la bande française n'est déclinée qu'en un simple Dolby Digital 2.0, là où son homologue original dévoile fièrement du 5.1. Et la différence est d'autant plus importante quand ce dernier s'avère de très haute volée.

En effet, la piste originale est dotée d'une étonnante spatialisation soulignée par une richesse sonore très soucieuse du détail, ce que le stéréo français ne peut évidemment illustrer correctement. L'environnement s'éveille tout autour du spectateur et se ressent littéralement par la grande variété de sons qui s'en dégage. Tout cela est tellement clair et propre que l'on peut suivre distinctement les conversations des autres clients présents dans les cafés et restaurants quand Booth et Brennan célèbrent leurs victoires. Du grand art.

La piste française ne peut rivaliser tellement elle paraît pauvre. Son épanouissement est complètement sabordé par son format qui empêche la pleine expression de l'ambiance, d'autant plus que les composantes non vocales ont été atténuées. Le coffret précédent avait pourtant bien repris un mixage 5.1 pour la bande française alors nous assistons ici à un grave retour en arrière.

Et c'est très regrettable car l'adaptation française et son doublage sont de grande qualité mais prêtent parfois à sourire, ne serait-ce que dans la scène de l'épisode 3 où Booth et Sweets décryptent du langage SMS car c'est concrètement un des points impossibles à traduire entre deux langues et les subtilités trouvées pour le faire sont parfois invraisemblables. Les sous-titres sont eux aussi bien adaptés mais souffrent d'erreurs non négligeables de grammaire et surtout d'inattention. A noter que dans l'épisode 10, l'adaptateur a étrangement cru que le mot "vidéo" était du genre masculin en employant à chaque reprise "le vidéo".

   

Avis sur les suppléments :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Les suppléments sont convenus et limités mais méritent tout de même que l'on s'y attarde, ne serait-ce que pour les commentaires audio et la featurette à propos des effets spéciaux.
 
DVD 3 et 4 :
Commentaires audio : Le mystérieux épisode 9, "Le monde à l'envers", est commenté par les producteurs délégués Hart Hanson et Stephen Nathan ainsi que le réalisateur Ian Toynton. Très instructif sur le panel technique et riche en anecdotes, ce bonus ravira quiconque est intéressé par le côté coulisses. Le second commentaire, celui de l'épisode 16, "En pleine tempête", voit intervenir Emily Deschanel et David Boreanaz. Il est certes un peu plus léger que le premier, mais retranscrit à merveille la symbiose entre les deux acteurs avec énormément d'humour et de spontanéité. David ayant réalisé cet épisode, c'est un plus non négligeable quant à son intérêt.

DVD 4 :
"En pleine tempête" : making-of (08:02) : Cette featurette fait office de making-of de l'épisode 16, le "bouteille" de la saison dans lequel Booth et Brennan se retrouvent bloqués dans un ascenseur. On n'évite malheureusement pas les fleurs lancées entre les différents protagonistes de l'équipe et l'on retiendra surtout le défi de réalisation, tant au niveau des techniques et angles de tournage que de la construction de tout le décor en studio.

DVD 6 :
Bêtisier (04:14) : Une série telle que Bones contient énormément de répliques difficiles à mémoriser ou à prononcer et cela se voit particulièrement bien dans ce bêtisier. Les acteurs prennent un malin plaisir à danser sur le plateau mais la cerise sur le gâteau se révèlera prendre les traits d'Emily Deschanel qui illumine l'écran par son sourire quand elle sort de son personnage.

Les effets spéciaux de Bones (11:21) : Récemment arrivé à la supervision des effets spéciaux, Christian Cardona mène tambour battant son équipe qui fait littéralement des miracles avec quelques ordinateurs et énormément de talent. De nombreux éléments sont ainsi créés de toute pièce, les décors sont magnifiés grâce à des ajouts considérables et les plans retrouvent couleurs et dynamisme, contrairement aux cadavres rendus encore plus répugnants.

Pilote "The Killing" (43:36) : La Fox nous offre ici le premier épisode de The Killing (US), adaptation américaine de la série danoise éponyme. Uniquement en version originale sous-titrée, il devrait fasciner par toutes ses qualités unanimement saluées par la critique.

               

Avis sur le packaging :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Ce nouveau coffret de Bones est fidèle à ses prédécesseurs avec un fourreau cartonné servant de contenant à 3 boîtiers slim doubles. Le packaging blanc comporte toujours une illustration inventive mettant en scène Booth et Brennan accompagnés d'un squelette. Elle nous place ici du point de vue d'un cadavre allongé sur la table d'observation, les deux héros et leur confrère osseux se penchant dessus sous les lumières de lampes chirurgicales. Le dos du fourreau présente une autre photo, moins "propre" cette fois puisque Booth se tient dans un trou et Brennan est assise dans la terre aux côtés du toujours apprécié squelette dans une pose lascive. Autour de cela, nous retrouvons la présentation de la saison, son synopsis, la liste des suppléments ainsi que les spécificités de cette édition.

Les boîtiers slim sont habillés d'une illustration similaire dont seules les teintes des vêtements et de l'arrière-plan sont quelque peu modifiées pour chacun. Les deux enquêteurs se trouvent debout dans la salle où les ossements sont rangés dans des bacs et leur main enlacée sur l'autre partenaire est en os. Au dos, le fond est constitué des bacs susmentionnés et une bande de quatre captures donne un peu de couleurs à ces jaquettes où sont listés les synopsis des différents épisodes. La sérigraphie des disques est basée sur le même arrière-plan et met en avant la photo d'un des personnages principaux.

L'authoring est très simple car ni musique ni animation ne sont présentes pour donner un peu de charisme à l'ensemble. Les menus sont pourvus d'un fond dans les vert sauge avec des hexagones – le "O" du logo de Bones – et des morceaux de squelettes représentés à l'aide de petits disques. Depuis le menu principal est donnée la possibilité de visionner tous les épisodes ou d'aller dans le sous-menu de ces derniers, de la configuration ou des suppléments au moyen d'une interface pseudo-stylée "nouvelles technologies". Chaque page reprend le personnage affiché sur le disque – hormis la partie des suppléments qui montre un autre protagoniste – avec une photo différente provenant du même shooting (mais pas toujours car il y a un mélange dans la partie configuration entre les DVD 1 et 5). Le sous-menu des épisodes les liste par leur titre français, sans mention de leur numéro.