Accueil > Sitcom > Comédie > Extras > DVD Extras - Saison 2 + spécial Noël > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Bodyguard  Saison 1 [Blu ray]
Bodyguard - Saison 1 [Blu-ray]
Sortie : 01/07/20

Bodyguard - Saison 1
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 9
Sortie : 01/07/20

Meurtres au paradis - Saison 8
Sortie : 25/09/19

Candice Renoir - Saison 8
Sortie : 26/06/20

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

BodyguardBodyguard Alex HugoAlex Hugo
The OutsiderThe Outsider WatchmenWatchmen
TandemTandem MirageMirage
The BoysThe Boys LegaciesLegacies
MirageMirage Il a déjà tes yeuxIl a déjà tes yeux
LanesterLanester ValidéValidé

dvd Extras  Saison 2 + spécial Noël


Achetez-le sur

Acheter sur Amazon
Acheter sur Fnac
Acheter sur Cdisocunt

Dernière sortie
Extras - L'intégrale

EXTRAS - SAISON 2 + SPéCIAL NOëL


Éditeur : The Corporation
Distributeur : Universal StudioCanal Vidéo

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 3 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 7
Durée approx. : 270 minutes
Boîtier : Keep Case
Code EAN : 3545020021842

Date de sortie en France : 07 février 2012


AUDIO


Langues : Anglais (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Français

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Documentaire : "The Extras Backstage"
- Scènes coupées/Prises non retenues

Bonus spécial Noël :
- Réponses à vos questions
- Le véritable figurant
- Scènes coupées de l'émission Big Brother
- Prises non retenues

TOUS LES ARTICLES SUR EXTRAS - SAISON 2 + SPéCIAL NOëL


07.02.2012 | Ricky Gervais, c'est Extras !

TEST DU DVD

Test rédigé le 04/02/2012 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"

Ricky Gervais réitère le carton avec une seconde saison de Extras et encore plus de stars. Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, l'épisode spécial de Noël d'une durée de 80 minutes est également inclus dans ce coffret et lui donne une fin très digne. Andy Millman a désormais sa propre sitcom mais les pressions médiatiques ainsi que celles du studio changent complètement la donne. Auront-elles raison de ses rêves et de son intégrité ? Aura-t-il le respect tant voulu de ses pairs pendant que Maggie galère de plus en plus ?

Aussi bonne que la première saison, celle-ci confirme encore la qualité du travail de Ricky Gervais et Stephen Merchant, sans oublier les jeux magnifiques d'acteurs d'Ashley Jensen, Shaun Williamson et des guest stars. Nous avons encore droit à un coffret de qualité doté d'une image toujours un peu granuleuse mais qui sied bien au thème. La piste audio anglaise est suffisante, les sous-titres ont bénéficié d'un soin particulier (du moins ceux de la saison) et les bonus sont toujours aussi délicieux. L'épisode spécial et ses suppléments viennent clore cette édition dans un beau feu d'artifice.

 

Avis sur l'image :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

En tout point comparable à celle de la première saison, l'image 16/9e est d'une qualité acceptable pour ce type de série, que ce soit celle de la saison 2 ou celle de l'épisode spécial. Le grain s'invite donc à la fête et fourmille de façon homogène sans que cela soit vraiment désagréable. Il nous paraît même naturel dans ce genre de show. Le traitement des scènes de films est différent avec une photographie plus "cinéma".

Couleurs, luminosité, contrastes, rien n'est poussé et conserve le ton voulu des plus naturel.

                       

Avis sur l'audio :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" 1Haut de page

Que ce soit pour les épisodes ou le spécial, l'unique piste anglaise confère un résultat des plus appréciable. Un Dolby Digital 2.0 d'un bon équilibre et clarté, qui suffit à apprécier une telle série humoristique.

Diffusée sur TPS Star en VO sous-titrée français, la série n'a jamais eu droit à une version française et l'on ne sanctionnera donc pas l'édition sur ce point. Certains doublages français de séries comiques britanniques peuvent s'avérer corrects mais aucun n'égalera jamais l'original. L'humour anglais étant difficile à restituer, ce n'est donc pas un problème. De plus, Ricky Gervais est plus ou moins inconnu du public français, la série se place alors dans une niche de fans le plus souvent hermétique au doublage français.

Les sous-titres des épisodes : Tout comme ceux de la première saison, ils ont bénéficié d'un travail exemplaire au niveau de l'adaptation. Les nombreux jeux de mots et expressions ont trouvé des équivalents français, ainsi que les gimmicks très chers dans cette saison 2, ne gâchant donc en rien l'impact comique verbal de la série. Toutefois, comme précédemment, le soin apporté pour ne pas perdre de contenu et rester compréhensible du commun des mortels français a été poussé un peu trop à l'extrême, traduisant des mots parfois inutiles. Par exemple, dans l'épisode 2, un fan d'Andy, ayant pour surnom "Count Fuckula", a été adapté en "Nosferacul". Tout le monde connaît le sens du mot "fuck" et aurait compris le jeu de mots avec Dracula. L'original reste plus drôle que son homologue français, même s'il a été plutôt bien trouvé. Autre bémol dans l'épisode 2, la blague du fameux "58008" tapé sur la calculatrice donnant "BOOBS" à l'envers, est traduite en "LOLOS" avec le nombre "50707". Cela aurait été cohérent si dans la saison 1, nous n'avions pas déjà eu cette blague mais qui était restée en "BOOBS", donc non adaptée mais parfaitement compréhensible.

Les sous-titres de l'épisode spécial : Il fallait une boulette et elle se trouve ici. La piste n'a pas dû être adaptée par la même personne ou le même studio car les dialogues diffèrent quelque peu de ceux des deux saisons. Les gimmicks, dont notamment et surtout "Are you havin' a laugh?", ne sont plus traduits de la même façon. Nous avons là un "Vous rigolez ?" en lieu et place de "Vous vous foutez de moi ?" que l'on a lu toute la saison. Et cela ne s'arrête pas à ce constat. Nous avons également une édulcoration assez visible des dialogues ainsi qu'une perte de substance, les sous-titres résumant un peu trop grossièrement les paroles. Le changement avec l'énorme soin apporté à ceux des deux saisons est trop brutal. Gros point noir qui fait perdre un point.

Enfin, contrairement à la première saison, les chansons, plus nombreuses, sont cette fois-ci sous-titrées en français. On ne perd ainsi plus rien du comique de celles-ci.

Pour les bilingues, il n'y a pas de menu de sélection des sous-titres mais ces derniers sont désactivables à la volée. Il n'existe qu'une unique piste française et c'est dommage car une piste anglaise aurait été intéressante.

Concernant l'editing, les nombreux titres d'œuvres, comme les films, ainsi que les mots étrangers, sont en style italique. Excellent choix.


Avis sur les suppléments :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Les bonus sont toujours aussi magnifiques, générant délires et fous rires. Comme pour le coffret précédent, il manquerait un bonus plus sérieux afin de creuser un peu mieux le sujet. Une petite analyse aurait été intéressante, même si ce n'est pas le but premier de la série, d'autant plus que dans cette saison, le sitcom d'Andy Millman sert entre autre de reflet du véritable monde de la télévision.

Par contre, certains bonus n'ont pas dû être sous-titrés par la même personne ou le même studio que les autres et que les épisodes, car les extraits et certains gimmicks ne sont pas traduits de la même façon. Dommage.

DVD 2 : Suppléments de la saison 2
Les coulisses de The Extras (58:51) : En 6 petites featurettes d'une dizaine de minutes, une pour chacun des épisodes, Ricky et Stephen reviennent sur l'évolution et les relations entre les personnages ainsi que sur les coulisses en nous livrant des anecdotes et des situations cocasses. Certaines guest stars se livreront également sur leur raison à participer au show. De bonnes vidéos pour voir la série et les personnages sous un autre angle.

Encore un petit scotch Nigel ? (24:26) : Décidemment, Nigel Williams, monteur sur les projets de Ricky Gervais, en bave et en prend encore plus pour son grade. Après la session de torture perpétrée dans la première saison, les tribulations de nos deux amis vont encore plus loin dans les défis absurdes et l'humiliation publique. Ricky sait vraiment occuper ses temps de pause... et que c'est bon !

MDR (13:41) : Un bêtisier commenté exclusivement sur les fous rires. Keith Chegwin, Sir Ian McKellen, Daniel Radcliffe, ... On s'amuse de les voir rire et ça en devient incontrôlable. MDR.

Scènes coupées (02:56) : Au nombre de 2, nous avons plutôt là une scène "hors série" (le nom de Ricky Gervais et de The Office sont cités) ainsi qu'une petite danse entre Stephen Merchant et Shaun Williamson.

Prises rejetées (08:54) : Plus court et moins répétitif que celui de la première saison, ce bêtisier se déguste et termine par un duo improbable entre Chris Martin et Ray Stokes (le personnage d'Andy Millman dans son sitcom).

DVD 3 : Suppléments de l'épisode spécial
Réponses à vos questions (15:33) : Sous prétexte de répondre à certaines questions du public, Ricky et Stephen discutent de l'épisode et de l'arrêt de la série. La plupart des personnages ainsi que Clive Owen font quelques interventions et nous livrent des anecdotes. Sympathique supplément d'après "film".

Le véritable figurant (12:11) : Karl Pilkington est un figurant envoyé afin de filmer sa journée et son rôle sur le plateau. L'idée est bonne mais n'est que rapidement traitée en surface. Ce supplément donne quand même une idée plus concrète sur ce métier difficile où il faut savoir se taire et laisser son ego chez soi.

Scènes coupées de l'émission Big Brother (06:42) : Tout est dit dans le titre. De quoi rappeler des souvenirs aux amateurs de téléréalités d'enfermement.

Prises rejetées (06:16) : Encore un petit bêtisier toujours aussi sujet à l'hilarité.

                         

Avis sur le packaging :\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\"\"note\" Haut de page

Concernant le packaging en lui-même, nous ne l'avons pas eu en notre possession donc ne pouvons émettre une quelconque critique. Toutefois, nous avons la jaquette, cette fois-ci dans les bleus, présentant Andy Millman avec des étoiles dans les yeux. Rien de plus évocateur pour cette seconde saison, qui joue parfaitement dans la continuité. Au dos, nos trois compères Ricky, Stephen et Ashley accompagnés de la liste des bonus et du synopsis bourré de stars.

Les 3 DVD ont une sérigraphie reprenant la charte graphique du coffret, c'est-à-dire le titre en blanc sur fond bleu. A l'insertion du premier DVD, les habituels logos font leur apparition et sont suivis par l'excellent menu, déjà présent dans l'édition précédente, représentant le Walk of Fame d'Hollywood. Souligné par le thème de la série, des extraits incrustés au sol défilent et laissent le choix entre la vision d'un épisode particulier ou tous d'affilé. Comme on ne change pas une bonne recette, les transitions sans coupure sont toujours présentes et voient défiler la caméra sur une autre partie du sol. Le sous-menu des épisodes reprend les 6 étoiles avec le nom de la star principale du casting.

Le second DVD, réservé aux bonus de la saison, repose sur le même authoring au niveau du menu principal. Le sous-menu des scènes coupées se présente avec une seule et grosse étoile après une transition toujours propre et sans coupure.

Le troisième DVD utilisé pour l'épisode spécial et ses bonus reprend logiquement le même principe. Le menu principal nous fait choisir entre l'épisode et les bonus, et nous arrivons sur la grosse étoile pour le choix de ces derniers. Seul changement, la présence de neige au sol, du plus bel effet pour un spécial Noël. PAR-FAIT et original !

A noter que parmi les 6 stars dans les noms d'épisodes de cette saison, seul David Bowie a son étoile. En revanche, il a également ses mains au London Boulevard (la version britannique du Walk of Fame mais avec des empreintes de mains), au même titre que celles de Sir Ian McKellen, Ricky Gervais et Dame Diana Rigg, apparaissant dans l'épisode 3 en "proie" de Daniel Radcliffe.