Accueil > Séries TV > Comédie > Malcolm > DVD Malcolm - Saison 6 > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Noces Rouges  Integrale
Noces Rouges - Integrale
Sortie : 15/05/19

Eyewitness - Saison 1
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale [B...
Sortie : 22/05/19

Julien Fontanes, magistrat...
Sortie : 06/05/19

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

Noces RougesNoces Rouges EyewitnessEyewitness
Blood DriveBlood Drive Julien Fontanes, magistratJulien Fontanes, magistrat
Graine d'OrtieGraine d'Ortie Hard SunHard Sun
Happy!Happy! Kepler(s)Kepler(s)
The ResidentThe Resident Channel ZeroChannel Zero
Patrick MelrosePatrick Melrose HarlotsHarlots



Achetez-le sur



MALCOLM - SAISON 6


Éditeur : Showshank Films
Distributeur : Arcadès

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 3 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 22
Durée approx. : 484 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3545020034262

Date de sortie en France : 07 avril 2015


AUDIO


Langues : Anglais (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Français (mal entendants)

VIDÉO


Format : 1.77 - 16/9 anamorphique (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Hommage à Malcolm (2’)
- Rêves et cauchemars (10’)

TOUS LES ARTICLES SUR MALCOLM - SAISON 6


03.04.2015 | Malcolm saison 6 : encore plus de folies et de bêtises !

TEST DU DVD

Test rédigé le 15/07/2015 par Jeremy Carré

Avis sur l'édition :

Les saisons de Malcolm s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Chaque année a été l’occasion pour ce petit bijou de comédie américaine de proposer un lot d’histoires inédites et originales démarquant définitivement Malcolm des autres séries. Cette sixième saison ne déroge pas à la règle et s’ouvre d’ailleurs sur un décor bien différent de ce qu’on a pu voir jusqu’à présent. Reprenant directement là où la saison 5 s’est terminée, cette sixième fournée d’épisodes débute par le chapitre final de la trilogie militaire de Reese qui a vu l’enfant terrible de la famille parachuté en Afghanistan. Une aventure qui est passée par-dessus les autres membres de la famille occupée par le procès de Hal en fin de saison précédente. Débarrassée de toute distraction, Lois va pouvoir user de son pouvoir de mère pour ramener son fils an Amérique.

Une fois cette parenthèse fermée, la vie reprend son cours pour Malcolm qui passe plus que jamais au second plan dans cette saison. L’occasion pour les autres membres de sa famille de briller pour laisser exploser leur potentiel comique. C’est encore une fois Hal qui est mis en avant. Porté par le très talentueux Bryan Cranston, le patriarche de la famille se laisse aller à toutes ses envies en devenant le chef d’un groupe de culturistes ou en s’engageant dans une guerre sans merci avec l’éboueur du quartier. Loin de ses obligations militaires, Reese va devoir faire face au plongeoir d’une piscine devant lequel il cherchera à élaborer la blague la plus imaginative de sa vie tandis qu’un coup de soleil le persuadera qu’il peut devenir immortel.

Dewey tente tant bien que mal de se faire à sa classe pour enfants spéciaux tout en laissant sa passion pour la musique s’exprimer à travers l’écriture d’un opéra mettant en scène ses parents. Jaimie continue sa découverte du monde et se montre déjà un adversaire redoutable face à une Loïs qui ne pensait pas avoir à faire face aussi tôt aux bêtises du petit dernier. Loïs qui est inscrite malgré elle à un concours de beauté qu’elle compte bien gagner. Francis sera, quant à lui, plus perdu que jamais après avoir été viré du ranch Grotto. Pour la première fois depuis son intégration à l’école militaire, l’ainé de la famille se retrouve sans barrière et sera plus que jamais proche de sa famille.

Le microcosme qui évolue autour de Malcolm prend donc plus que jamais son envol pour délivrer des épisodes et des gags qui s’éloignent du schéma d’origine de la série afin de garder sa fraîcheur. Si le petit génie n’est plus le seul centre d’attention de la série, il reste cependant son point d’ancrage et son regard omniscient grâce au gimmick du parler face caméra, marque signature de la série depuis ses débuts. Les enfants ont grandi, leurs motivations ont changé et ils sont prêts à devenir des hommes. Mais ça, ce ne sera pas avant la septième et ultime saison de Malcolm.

Dans la droite lignée de ce que Showshank Films et Arcadès ont proposé jusqu’à présent, dire que le coffret de la saison 6 est de qualité n’a rien de surprenant. Avec des épisodes tournés en haute-définition, Malcolm embrasse définitivement son format 16/9 en offrant des épisodes de toute beauté qui auraient tout de même mérité une meilleure définition. Les pistes sonores sont comme à leur habitude impeccables et le doublage français reste un des meilleurs jamais entendu pour une comédie américaine. Malheureusement, comme pour le précédent coffret, la section des bonus a de quoi décevoir. Ne boudons cela dit pas notre plaisir puisqu’après tout, la vie pourrait être bien plus injuste.

 

Avis sur l'image : Haut de page

Cette sixième saison de Malcolm emprunte le même chemin que sa grande sœur qui a été la première saison de la série entièrement tournée en haute-définition. Bien que diffusée en 4/3 sur M6 , W9 ou encore 6ter, la saison 6  de Malcolm est bel et bien faite pour une diffusion en 16/9 et ça se voit. La construction du cadrage de la série nécessite que chaque élément présent à l’écran soit retranscris tel quel, une volonté qu’un recadrage en 4/3 trahit invariablement. Les DVD permettent une redécouverte des épisodes que l’on pensait connaître par cœur grâce à de nouveaux détails inédits qui donne un sacré coup de jeune à Malcolm.

Nous ferons le même reproche qu’au précédent coffret, à savoir que pour une série de moins de 10 ans et tournée en haute définition, la qualité de l’image aurait pu être meilleure. En effet, l’image se montre à certaines occasions assez ternes, ce qui est d’autant plus marquant dans les scènes extérieures sous un soleil dont la chaleur n’est pas totalement retranscrite. Nous prendrons pour exemple les scènes se déroulant en Afghanistan où les teintes de jaune et d’orange manquent de précision. Ce n’est heureusement pas une remarque que l’on peut faire sur la totalité de la saison qui regorge d’un univers coloré généralement bien retranscrit  à l’écran. Cependant, un bémol sera porté sur l’effet d’aliasing perceptible lors de mouvement rapides des personnages et qui peuvent se montrer gênant dans certaines scènes. Concernant la gestion des noirs, celle-ci est toujours bien gérée avec une lisibilité parfaite.

                       

Avis sur l'audio : 1Haut de page

Le stéréo 2.0 est toujours fidèle au poste pour animer les aventures de la famille au nom de famille inconnu. La spatialisation du son dans la version originale semble bien évidemment plus naturelle avec une meilleure réparation des voix et des sons tandis que la version française favorise une mise en avant des dialogues sans pour autant mettre à mal les sons ambiants. On aurait aimé savoir ce qu’aurait donné Malcolm en Dolby Digital, mais il s’agirait presque d’un gadget tant ce qui nous est proposé ici est de très bonne qualité. On ne se lasse pas de le rappeler, mais Malcolm est une série qui se déguste aussi bien en anglais qu’en français. À n’en pas douter, les fans qui ont passé leurs après-midi avec Malcolm sur M6 préfèreront la VF qu’ils connaissent depuis toujours et on ne les blâmerait pas tant le travail d’adaptation et d’interprétation des comédiens totalement dévoués à leurs personnages sont d’excellente facture. Des spécialistes du doublage comme Donald Reignoux sont maintenant indissociables de leurs personnages, preuve de la qualité de cette version française.

Si vous choisissez la version originale, sachez que les sous-titres ne trahissent en rien les blagues de la série plutôt bien restituées. Félicitons encore une fois Showshank qui pense aux fans sourds et malentendants de la série qui peuvent profiter d'un sous-titrage français spécialement adapté. Pour chipoter, disons tout de même que les sous-titres prennent pas mal de place sur l'écran. Des sous-titres un peu plus petits et situés plus bas sur l'écran seraient visuellement plus jolis à l'œil.

Le son est particulièrement important dans Malcolm et c’est d’autant plus vrai quand on prête attention aux musiques utilisées dans la série. À cause d’un problème de droit concernant l’exploitation des chansons, Malcolm n’a jamais vu le jour en DVD en Amérique au-delà de sa première saison. Un coût important pour un pan non-négligeable de la série puisque la musique joue un rôle important dans certains épisodes. Impossible de ne pas éclater de rire devant Reese et Malcolm qui se déhanchent en écoutant "Take a chance on me" de Abba. Un passage culte qui rend cependant impossible de commercialiser les DVD en Amérique à moins de payer à nouveau les droits musicaux qui sont très chers. Et comme il est impossible de simplement changer de chanson pour ce genre de scène, la situation qui s’est débloquée pour la France risque de rester au point mort dans le pays natal de Malcolm.


       

Avis sur les suppléments : Haut de page

Nous en avions déjà parlé pour le coffret de la saison 5 et nous en reparlerons à nouveau ici : les bonus sont décevants. Au nombre de deux, le premier se montre fort court et le second n’est qu’une compilation d’extraits d’épisodes que tout fan a déjà vu et possède certainement en DVD. Soyons cléments, car Showshank Films et Arcadès ont proposé de très bons suppléments pour les premiers coffrets et que la France reste le seul pays à proposer des bonus pour Malcolm. Même pour ces deux dernières saisons, disons que c’est mieux que rien. Ces bonus sont disponibles sur le troisième et dernier DVD du coffret.

Hommage à Malcolm (01:38) : Derrière ce titre se cache une vidéo d’une minute trente réalisée par Quentin Dron, un fan de la série qui a réuni en un court laps de temps un nombre incroyable de références dans un montage aux allures de carton découpé animé et dynamisé par la musique du générique. Une interview de l’auteur disponible sur Malcolm-France révèle qu’il s’agissait à l’origine d’un exercice réalisé dans le cadre scolaire. Une réalisation impeccable qui demandera plusieurs visionnages afin d’en saisir toutes les références. Si le montage est très bien fait, on ne peut s’empêcher de penser qu’il manque un petit quelque chose. Une interview vidéo de Quentin Dron afin d’expliquer sa démarche et un petit making-of n’auraient pas été de trop. Pour en apprendre plus sur la conception de la vidéo, rendez-vous sur Malcolm-France et si le travail de Quentin Dron vous a séduit, n’hésitez pas à visiter son site internet.

Rêves et cauchemars (11:49) : Pas de surprises derrière ce bonus, il s’agit d’un montage d’extraits articulés autour… des rêves et des cauchemars de la série. Cela comprend les rêves faits durant le sommeil des personnages comme des délires de ceux-ci lorsqu’ils sont bels et bien réveillés. Les extraits sont amusants, nous n’avons rien à dire à ça, mais on n’en comprend pas réellement l’intérêt si on possède les épisodes complets en DVD. Pris indépendamment, les extraits sont drôles. Intégrés dans un épisode complet, ils prennent encore plus de sens et sont hilarants. Comme le précédent bonus, nous aurions aimé des anecdotes sur l’élaboration de ces séquences ou une mise en perspective sur cette forme d’humour particulière.

       

Avis sur le packaging : Haut de page

N'ayant pas reçu les coffrets, nous ne pouvons pas en faire la critique de même pour la sérigraphie qui n'est pas imprimé sur les DVD tests. Si vous faites partie des aficionados de la série et que vous collectionnez les DVD depuis leur sortie, vous n’êtes pas sans savoir qu’il existe deux éditions pour chaque saison. Une première limitée qui prend la forme d’un digibook rempli d’anecdotes élaboré en collaboration avec le site Malcolm-France. Un bel objet qui, une fois épuisé, laisse sa place à un boîtier keep case de format classique pour accueillir les trois DVD renfermant les 22 épisodes de la sixième saison. Le recto du coffret présente la famille sur un grand huit dévalant à toute vitesse avec la dénomination "La famille déraille !" Dans un décor de parc d’attractions, le verso fait la part belle à Hal et Dewey dont la plus célèbre citation signe le coffret "Je ne m’attendais à rien et je suis quand même déçu !" Un résumé général de la saison ainsi que les spécificités du coffret et la liste des bonus sont également disponibles au dos du coffret.

Une fois insérés dans le lecteur, les DVD, toujours dans un décor de parc d’attractions, entonnent le générique entrainant de Malcolm avant de dévoiler dans une animation pop-up que l’on connaît bien les différents sous-menus qui composent le coffret. Des extraits muets défilent sur l’écran principal reprenant les moments forts de la saison. S’il est possible de lire tous les épisodes en continu pour profiter d’un marathon ininterrompu de Malcolm, un sous-menu permet également de sélectionner les épisodes indépendamment. Cette section est illustrée par des images fixes tirées des épisodes accompagnées de leur titre et de leur numéro. Derrière l’appellation "versions", nous retrouvons la sélection des langues qui se limite au Français et à l’Anglais, toutes deux disponibles avec des sous-titres. Une navigation fluide et intuitive qui se limite au strict nécessaire pour profiter au mieux de l’expérience. Encore une fois, c’est un sans-faute de ce côté-là, ce qui ne devrait pas déconcerter le fan de la première heure.