Accueil > Série animée > Drame > Julie & Stéphane > DVD Julie & Stéphane - Intégrale > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Noces Rouges  Integrale
Noces Rouges - Integrale
Sortie : 15/05/19

Eyewitness - Saison 1
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale [B...
Sortie : 22/05/19

Julien Fontanes, magistrat...
Sortie : 06/05/19

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

Noces RougesNoces Rouges EyewitnessEyewitness
Blood DriveBlood Drive Julien Fontanes, magistratJulien Fontanes, magistrat
Graine d'OrtieGraine d'Ortie Hard SunHard Sun
Happy!Happy! Kepler(s)Kepler(s)
The ResidentThe Resident Channel ZeroChannel Zero
Patrick MelrosePatrick Melrose HarlotsHarlots




Achetez-le sur


JULIE & STéPHANE - INTéGRALE


Éditeur : Black Box
Distributeur : IDP

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 4 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 20
Durée approx. : 500 minutes
Boîtier : Digipack
Code EAN : Indisponible

Date de sortie en France : 14 décembre 2012


AUDIO


Langues : Français (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Aucun

VIDÉO


Format : 1.33 - 4/3
Standard : PAL
Image : Couleurs


TEST DU DVD

Test rédigé le 12/07/2013 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :

Dans les années 30, en Suisse, après un accident d'avion accompagnée de ses parents, la petite Julie est devenue amnésique et ne les a jamais revus. Trouvée à l'époque par un garçon nommé Stéphane, les deux jeunes se lient au fil du temps par des sentiments profonds. Désormais adolescente, Julie est infirmière et tombe un jour sur le Comte de Gourmont qui l'enlève et l'emmène arme à la main dans sa résidence. Mais Stéphane arrive alors à sa rescousse lors d'une réception et s'enfuit avec elle à la barbe de tous. Recherchés activement par Gourmont, les deux amis partent alors en quête de l'identité de Julie.

Adaptée du manga Arupen Rōze édité en 1983, la série animée Julie et Stéphane (Honō no Alpen Rose) a été réalisée en 1985 et fut diffusée en France sur Antenne 2 en 1988. Entre le character design d'Akemi Takada (Creamy, Max et Compagnie, ...), les musiques de Joe Hisaishi (les films de Hayao Miyazaki) et son intrigue en pleine Seconde Guerre Mondiale avec l'expansion du nazisme en Europe, la série est passionnante et nous ramène sans concession dans les années 80, siège des dessins animés aux scénarios riches et prenants qui savaient émouvoir en alliant romance et tragédie tout en étant ancrés dans une réalité historique.

Les 20 épisodes de cette petite merveille sont présentés par Black Box dans un packaging toujours aussi classieux. La piste française convient très bien et les défauts de l'image inhérents au passage du temps sont vite oubliés au profit des dessins et de l'intrigue. La tolérance technique est de toute façon de mise sur les anciennes séries et c'est en partie cet aspect d'époque qui leur fait conserver leur charme d'antan. S'il fallait toutes les restaurer, bon nombre ne seraient jamais éditées.

 

Avis sur l'image : Haut de page

Julie & Stéphane a conservé son format d'époque 4/3 et a en toute logique subi les affres du temps. De prime abord, de nombreuses poussières, fils, taches et griffures s'invitent à l'escapade, mais l'habitude se faisant, ces artefacts noirs et blancs deviennent quasiment invisibles à nos yeux après quelques épisodes, de même que les fourmillements. Sans nettoyage de la bande, on ne pouvait de toute façon pas l'éviter. Même constat concernant sa stabilité qui a énormément de mal à se maintenir, tremblotant comme la jeune vierge devant un vampire assoiffé.

Même si un halo mêlé à un étalement de couleurs entre les surfaces sont légèrement visibles au niveau des contours – surtout lorsque les teintes sont très éloignées –, le plaisir n'en est pas saboté pour autant car il faut vraiment se focaliser dessus, d'autant plus que les traits sont épais donc les zones sont bien démarquées. Cependant, dans de petites, du crénelage avec des pixels de couleurs différentes peut se remarquer.

La série est très colorée et le character design est d'une véritable douceur. Le générique d'ouverture dégage des couleurs à la saturation poussée notamment visible sur le jaune alors que celles des épisodes sont plus passées et pâlichonnes. Afin de rendre l'image plus agréable, il aurait fallu pousser un peu le contraste qui aurait également atténué la marque des années.

                       

Avis sur l'audio : 1Haut de page

Une unique piste française est disponible ce qui sied bien à la série puisque les personnages principaux sont suisses et donc parlent et écrivent en français. Toutefois, la version originale (japonaise) aurait été intéressante à entendre – surtout la chanson de la rose alpine – par curiosité mais surtout par souci d'authenticité de l'œuvre. Les italiens ont d'ailleurs eu la chance de l'avoir pour leur coffret.

En Dolby Digital 2.0, cette bande française d'origine a plutôt bien passé ces presque trois décennies. On entend évidemment qu'elle n'est pas de première jeunesse mais reste agréable et propre, d'autant plus qu'elle ne souffre d'aucun grésillement ni d'une quelconque anomalie sonore. La seule chose que l'on pourrait lui reprocher est un léger étouffement des voix que l'on entend tout à fait distinctement malgré cela.

Pour parler de l'adaptation, les personnages étant suisses et une grande partie de l'intrigue se passant dans ce pays ainsi qu'en France, les inscriptions sont écrites en français, ce que l'on peut voir sur les affiches, les enseignes et les lettres manuscrites. Cependant, il faut savoir qu'en version originale, les héros ne s'appellent pas Julie, Stéphane et Ponpon mais Jeudi, Lundi et Printemps – Judy, Randy et Spring en anglais. Face à ce choix surprenant des japonais pour désigner des personnages francophones, les prénoms ont donc été modifiés dans notre langue pour correspondre à de véritables, alors ne soyez pas étonnés de voir une lettre (épisode 1) portant la signature de Lundi. D'ailleurs, ses fautes (conjugaison, niveau de langage, accords, syntaxe, etc.) extrêmement drôles trahissent son origine : du bon franponais comme on aime.

De plus, ne connaissant pas le manga ni la version originale de la série, nous ne pouvons qu'émettre des hypothèses sur ce que nous pourrions nommer "l'affaire de la rose alpine". En effet, la rose alpine dont parle beaucoup l'intrigue (titre original du manga : Arupen Rōze) en tant que fleur et hymne pour la résistance, est en réalité l'autre nom du rhododendron qui lui n'est jamais cité mais correspond aux images de cette fleur rose qui nous sont montrées. Elle est également parfois appelée dans la série "étoile des montagnes", "étoile des neiges" et "edelweiss" mais il doit y avoir confusion. L'étoile des montagnes et des neiges sont bien d'autres noms de l'edelweiss, qui est blanc (dès le premier épisode, on nous introduit pourtant l'edelweiss en disant entre autres choses qu'il est blanc) et n'est pas un rhododendron*. Est-ce l'adaptation française qui a fait une erreur ou bien la version originale qui a fait l'amalgame des deux fleurs ? Nous ne le savons pas, alors n'hésitez pas à nous le dire si vous connaissez le manga ou la version originale de la série. Ceci ne devrait néanmoins pas embrouiller votre esprit si vous n'êtes pas très porté sur le domaine floral mais pour un enfant des Alpes ou un lecteur d'Astérix (Chez les Helvètes), toutes ces appellations différentes croyant désigner une seule et même fleur alors que ç'en est deux bien distinctes sont perturbantes.

Concernant le doublage, tous les jeux sont convaincants et les différentes voix conviennent à l'esprit et au caractère des personnages. De plus, le joli générique chanté par Estelle Baron devrait vous rester en tête un bon moment.

* Appartenant toutes les deux à la classe des dicotylédones, le rhododendron et l'edelweiss ne partagent pas la même sous-classe et donc la même famille : les éricacées pour le rhododendron et les astéracées ("aster" signifiant "étoile") pour l'edelweiss.

   

Avis sur les suppléments : Haut de page

A notre grand regret, il n'y a aucun supplément. Les génériques originaux ou la version longue de l'unique générique français auraient pourtant été fort appréciés.


Avis sur le packaging : Haut de page

Le packaging :
Ce coffret possède les mêmes caractéristiques que celles des éditions Gold distribuées par IDP puisque c'est ce dernier qui l'a créé et fabriqué. Comme à son habitude, nous bénéficions d'un packaging superbe sous forme d'un fourreau en carton bien épais et d'un digipack très coloré. Le premier comporte une belle illustration de Julie et Stéphane avec Léonard, le Comte de Gourmont ainsi que son acolyte en filigrane sur un fond de prairie et de pétales de roses. Le logo de la série est légèrement mis en relief sur la face avant comme sur la tranche, qui comporte d'ailleurs le titre "Intégrale" ceinturé par deux bandes dorées. Le dos est également réussi avec les habituels contenu, synopsis, crédits de la série, spécificités de l'édition et vignettes extraites des épisodes, le tout mêlé à des bouquets de roses et une image du Comte.
 
Le digipack :
Ce type d'édition étant similaire à celle des coffrets Gold, le digipack est le même et est donc standardisé dans sa conception afin de diminuer les coûts pour accueillir sans discrimination jusqu'à 9 DVD pour les séries plus longues. Il se présente en quatre volets dont un permettant d'insérer le flyer plastifié qui liste les titres de tous les épisodes, les trois autres comportant des plateaux en plastique. A l'intérieur de ces derniers est découpé un cercle pivotant pour placer 2 DVD recto verso qui se rentrent donc dans l'épaisseur de plastique et peuvent se bloquer grâce à un petit taquet (très pratique). Au fond de cette ouverture, un troisième disque peut être placé à même le carton du packaging (moins pratique car plus sujet aux rayures), se bloquant également avec des taquets. Tout ceci est habillé d'un arrière-plan balayé par des pétales de roses et fleurant bon la liberté avec ciel, lac et collines où trônent sur la partie externe du digipack le couple d'enfants et les trois autres personnages précédemment vus sur le fourreau. La sérigraphie des disques reprend les mêmes illustrations des protagonistes mais c'est une unique rose qui sert de fond.

L'authoring :
Pas d'introduction, on est directement plongé dans le bain avec un menu en 4/3. L'authoring est très simplifié, le menu principal étant constitué de l'illustration de Julie et Stéphane déjà présente sur le fourreau et le digipack. Le générique français est joué et boucle en seulement trente petites secondes. En-dessous du titre de la série sont affichés deux liens afin de sélectionner la lecture consécutive ou de lancer le sous-menu des épisodes. Ce dernier, souligné par la même musique, est composé pour chacun des disques d'une image de Julie ou de Stéphane petits ainsi que de cinq roses représentant les épisodes avec un court extrait diffusé à l'intérieur. L'ensemble reste pratique et simple mais manque de dynamisme.

A noter que, si l'on lance un épisode spécifique, les autres suivront consécutivement sans repasser par le menu.

Entre le packaging et le menu, les illustrations se répètent mais assez subtilement pour que l'on ne s'en rende pas trop compte.