Accueil > Série animée > Japanimation > Fractale > Blu-Ray Fractale - Intégrale (Edition Saphir) [Blu-Ray] > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Noces Rouges  Integrale
Noces Rouges - Integrale
Sortie : 15/05/19

Eyewitness - Saison 1
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale [B...
Sortie : 22/05/19

Julien Fontanes, magistrat...
Sortie : 06/05/19

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

Noces RougesNoces Rouges EyewitnessEyewitness
Blood DriveBlood Drive Julien Fontanes, magistratJulien Fontanes, magistrat
Graine d'OrtieGraine d'Ortie Hard SunHard Sun
Happy!Happy! Kepler(s)Kepler(s)
The ResidentThe Resident Channel ZeroChannel Zero
Patrick MelrosePatrick Melrose HarlotsHarlots




Achetez-le sur


FRACTALE - INTéGRALE (EDITION SAPHIR) [BLU-RAY]


Éditeur : Wakanim
Distributeur : IDP

Type : Saison
Origine : zone B
Nombre de disque : 2 (BD-50)
Nombre d'épisodes : 11
Durée approx. : 240 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3760000571234

Date de sortie en France : 09 juillet 2013


AUDIO


Langues : Français (PCM 2.0), Japonais (PCM 2.0)
Sous-titres : Français

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 natif
Standard : PAL
Image : Couleurs

NOTES


Le coffret contient :
- Livret de 28 pages
- Fractale First Movement


TEST DU BLU-RAY

Test rédigé le 20/11/2013 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :

Dans un futur proche, la technologie virtuelle a pris le dessus et le monde est régi par le réseau Fractale qui apporte aux humains presque tout ce qu'ils désirent. Grâce à lui, les hommes sont devenus égaux et sans attache. Ils n'ont plus besoin de travailler et semblent heureux de cette vie sans avoir conscience de ce qu'ils ont perdu, leur autonomie propre. C'est ainsi que nous retrouvons Clain, adolescent passionné par les objets rétro et vivant dans une maison en haut des falaises avec les doppels de ses parents, leurs entités virtuelles. Un jour, il sauve une jeune fille poursuivie par des individus mal intentionnés, qui lui laissera une mystérieuse broche avant de disparaître. Celle-ci le mènera dans une aventure qui devrait changer la face du monde et des mentalités car pour perdurer, Fractale doit être redémarré.

Réalisation superbe, graphismes pastel, univers contemplatif, Fractale a tout pour plaire et n'est pas sans rappeler le trait de Miyazaki ou la trame de Nadia. Variant les genres d'une façon parfois très abrupte, la comédie peut laisser place à la violence en un clin d'œil. Ce monde à la fois science-fictionnel et très nature est savamment dévoilé au fil de l'eau par l'inscription d'éléments scénaristiques intéressants mais pas toujours aboutis, la trop courte durée de la série (11 épisodes) empêchant un développement plus poussé. Une certaine prévisibilité s'installe et la narration se révèle quelquefois maladroite. En revanche, les génériques sont originaux : en ouverture, le titre de la série est brillamment et psychédéliquement illustré (pour qui a un bon niveau en mathématiques) alors que l'ending repose par son thème aux accents irlandais, "Down By The Salley Gardens", un poème de 1889 écrit par William Butler Yeats, adapté ensuite en chanson et interprété depuis par de multiples artistes.

La fraîcheur qui se dégage de Fractale s'exprime dans le beau coffret des éditions Saphir estampillé Wakanim dont l'image et les bandes sonores respirent la précision. La piste de sous-titres reflète une adaptation sans faille et la présence d'un bonus est toujours un plus non négligeable.

 

Avis sur l'image : Haut de page

Le master de Fractale dévoile une image 16/9e en 1080p natif encodée en MPEG-4 AVC. La première chose qui nous saute aux yeux est la douceur de la palette chromatique qui n'a pas la prétention de vouloir en mettre plein la vue sans raison en poussant par exemple à outrance la saturation. Ici, l'image est apaisante, belle par nature et n'a nul besoin d'artifices pour briller au regard du spectateur. Les effets numériques (défilements, vaisseaux, explosions, écrans, lumière, etc.) sont d'ailleurs utilisés avec parcimonie même si leur discrétion n'est pas toujours de mise. Quant au ratio de contraste, il est adéquat pour laisser apparaître jusqu'à la plus petite nuance.

Outre le charme indéniable du chara-design, celui des paysages illumine l'écran. Délicieusement picturaux, ils bénéficient d'un fabuleux rendu qui leur donne de la poigne et fait honneur aux dessins. Les traits sont d'une excellente précision et ne fléchiront jamais face à la compression, même en pleine action où la fluidité reste à toute épreuve. De plus, il y a une absence totale de bruit. Le nez collé au téléviseur, les pixels sont toujours à leur place, conférant ainsi aux arrière-plans une solidité qui leur fait d'habitude bien souvent défaut. Dans les prairies ensoleillées, en plein ciel ou à l'intérieur des couloirs sombres du temple, le constat est identique et sans aucun reproche.

Cette précision, on peut déjà l'admirer lors du générique d'ouverture qui déploie pendant une minute trente des figures fractales en mouvement, exposant leur infinité de couleurs comme de véritables œuvres d'art. Les formes ainsi construites, aussi petites soient leurs courbes, laissent purement bouche bée car les défauts de compression sont inexistants. Magnifique ! Et par-dessus tout, les crédits ont été traduits en français et se placent sur l'image conformément à ceux de la version originale, à l'aide d'un effet particulier qui aurait lui aussi pu être facteur de problèmes... et il n'en est heureusement rien.

                       

Avis sur l'audio : 1Haut de page

Côté technique, les pistes japonaise et française sont mixées en LPCM 2.0 – échantillonnées en 48 kHz –, c'est-à-dire sans perte par rapport à la source, mais diffèrent par leur taux de compression et donc par leur débit. En effet, la bande japonaise est en 24 bits avec un débit de 2250 kbps alors que la française se retrouve en 16 bits avec un débit de 1500 kbps. La différence ne s'entendra pas sauf peut-être pour les oreilles très aguerries.

Les deux pistes sonores sont identiques en matière de qualités techniques. Dès le début de la série, lorsque l'on retrouve Clain pédalant sur le chemin aux abords des falaises, une pleine sensation de liberté nous étreint : le bruit de l'océan, le souffle du vent, le cri des mouettes, tout est présent pour nous faire rêver. Ces sons sont purs et s'écoutent les yeux fermés. Lors des phases d'action, cela devient plus nerveux mais reste toujours aussi propre. Le mixage des trois composantes est très agréable pour nos oreilles car dialogues, musique et bruitages sont parfaitement équilibrés.

Les adaptations françaises du doublage et du sous-titrage sont excellentes, ne souffrant d'aucun défaut apparent, les termes spécifiques à l'univers de Fractale et les "trucs cochons" étant conservés dans les deux cas. Le doublage français est plaisant et convaincant vis-à-vis de la plupart des voix et des jeux des comédiens choisis mais l'on regrettera cependant que la doubleuse française de Nessa ne soit pas encore plus expressive et enjouée, comme le fait sa collègue japonaise.

Concernant les titres des épisodes, il faut savoir qu'ils sont affichés en français à l'aide d'un sous-titre au milieu de l'écran sur la version originale alors qu'ils sont simplement énoncés oralement sur la piste française. Dans les épisodes, les chansons, notamment celle de l'étoile du midi (Hiru no Hoshi), sont en japonais et sous-titrées en français sur les deux pistes. Quant aux génériques, ils sont dépourvus de sous-titres et les crédits sont traduits directement dans l'image. Pour finir, il est nécessaire d'ajouter que les sous-titres français sont forcés sur la VO et désactivés sur la VF.


Avis sur les suppléments : Haut de page

Fractale First Movement (04:50) : Non mentionné sur le packaging, ce supplément présente le Shobi Wind Orchestra de Tokyo jouant le Fractale First Movement. Original pour un bonus d'anime, c'est de toute évidence un ravissement mais nous aurions apprécié que d'autres musiques emboîtent le pas.

   

Avis sur le packaging : Haut de page

N.D.R. : Les captures HD n'affichent pas les éléments graphiques de la barre de sélection car, contrairement aux DVD où ceux-ci sont intégrés dans l'image, ils forment ici un élément technique à part ajouté par-dessus.

Le packaging :
Distribuées par IDP, les "Editions Saphir" forment une collection Blu-ray de séries d'animation japonaise garantissant ainsi pour l'intégralité de ses titres – faisant partie du catalogue d'autres éditeurs du marché – un design et un traitement homogènes. IDP ayant l'art et la manière de réaliser de somptueux et attrayants packagings, nous retrouvons ici un coffret au format Blu-ray composé d'un digipack inséré dans un fourreau très épais. Tout autour de ce dernier et placée en haut trône la large bande bleue, signature du support, qui ne gâche cependant en rien l'esthétique globale du produit, surtout qu'elle est soulignée par un liseré doré rappelant celui des "Editions Gold". Côté recto se trouve un superbe artwork dévoilant la nacelle du petit aéronef des Lost Millennium avec à son bord Clain, Nessa et Phryné naviguant dans le ciel. Quant au verso, seuls les deux premiers protagonistes susmentionnés y sont représentés, en pleine balade, sur un chemin le long des falaises qui sert d'arrière-plan pour un encadré présentant la série ainsi que son synopsis, les crédits, le contenu de l'édition et les spécificités techniques, le tout mêlé à quatre captures. Le seul point discutable serait les mesures du fourreau calculées au plus juste, obligeant à le secouer pour faire sortir le digipack.
 
Le digipack :
Le digipack est standardisé dans sa conception pour accueillir jusqu'à 3 Blu-ray. Il se présente en trois volets : le premier sert à insérer le livret et les deux autres de supports à des plateaux en plastique transparent prévus pour accueillir respectivement deux et un disques. Si la série ne compte que deux galettes, ce qui est le cas ici, le troisième volet ne comporte pas dedit plateau mais doit conserver la même épaisseur afin que la collection puisse rester parfaitement homogène. Pour ce faire, c'est un "faux" quatrième volet replié et collé sur le précédent au moyen de bords supplémentaires pour le surélever qui donnera les quelques millimètres de volume nécessaires. L'intérieur est par conséquent creux alors évitez de marcher dessus ou d'y poser un objet lourd.

Sur la face extérieure, chaque volet est imprimé d'un artwork présentant Clain, Nessa et Phryné : le premier dans le village des Granites aux côtés de Sunda et Enri, le deuxième de nouveau dans la nacelle de l'aéronef et le dernier en promenade sur le bord des falaises. A l'intérieur, un ciel nuageux nous est offert dans des tons bleus violacés avec la silhouette de Phryné et, sur le troisième volet, nous retrouvons l'illustration de Clain et Nessa présente au dos du fourreau. Colorés en blanc et dominés par des nuances de bleu, les deux disques du volet central sont estampillés des silhouettes d'un couple de personnages sur un arrière-plan de la campagne ou de la cité de Xanadu.

Le livret :
Le livret de 28 pages comprend une présentation de l'anime, son histoire, la liste du staff technique, les fiches des personnages, le synopsis de chaque épisode et un lexique. Très bien réalisé et illustré par des artworks et des captures, il convient de le lire après avoir visionné la série car il comporte de nombreuses révélations.

L'authoring :
Le menu principal prend pour décor l'illustration de Clain et Nessa que l'on a déjà pu voir – au dos du fourreau et à l'intérieur du digipack – et se cadre peu à peu sur les deux amis. Dans le ciel bleu, des figures fractales blanches s'animent pendant qu'une des musiques d'ambiance de la série sert d'accompagnement.

Sur le bas de l'écran, un bandeau bleu permet de sélectionner la lecture consécutive, les épisodes, la langue ou le bonus. Dans le sous-menu des épisodes qui va se dérouler, chacun d'eux est représenté par une capture en couleurs avec son numéro qui s'inscrit à l'intérieur lorsque l'on place le curseur dessus.

Le menu peut être appelé pendant la lecture pour changer d'épisode ou de langue à la volée. Il s'affiche sous la même forme avec les liens "Audio" et "Episodes".