Accueil > Séries TV > Fantastique > Game of Thrones (Le Trône de fer) > Blu-Ray Game of Thrones (Le Trône de fer) - Saison 3 [Blu-ray] > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Flash  Saison 4 [Blu ray] » Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

L'Amie ProdigieuseL'Amie Prodigieuse SS-GBSS-GB
Killing EveKilling Eve Berlin StationBerlin Station
Star Trek: DiscoveryStar Trek: Discovery HippocrateHippocrate
La Vérité sur l'affaire Harry QuebertLa Vérité sur l'affaire Ha... Tropiques amersTropiques amers
McMAFIAMcMAFIA Commissaire DupinCommissaire Dupin
Art du crime (L')Art du crime (L') SuccessionSuccession


GAME OF THRONES (LE TRôNE DE FER) - SAISON 3 [BLU-RAY]


Éditeur : HBO
Distributeur : Warner Home Video France

Type : Saison
Origine : zone B
Nombre de disque : 5 (BD-50)
Nombre d'épisodes : 10
Durée approx. : 565 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 5051889457183

Date de sortie en France : 17 février 2014


AUDIO


Langues : Anglais (DTS-HD 5.1), Castillan (DTS Digital Surround 5.1), Espagnol (DTS Digital Surround 2.0), Français (DTS Digital Surround 5.1), Polonais (DTS Digital Surround 2.0)
Sous-titres : Anglais (mal entendants), Danois, Espagnol, Finlandais, Français, Néerlandais, Norvégien, Polonais, Portugais, Suédois

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 natif
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Résumés (24:47)
- Présentations (06:05)
- Guide de l'épisode
- 12 Commentaires audio
- La tempête approche (14:01)
- Nouveaux personnages (09:41)
- "Les Pluies de Castamere" dévoilé (1:53:39 dont 34:13 de featurettes additionnelles)
- Les Racines de Westeros
- Histoires & Traditions (1:02:37)
- Parmi les Sauvageons (06:21)
- La politique du mariage (08:38)
- 5 Scènes coupées/Scènes version longue (14:26)

NOTES


Edition Limitée avec sur-étui Dragon

TOUS LES ARTICLES SUR GAME OF THRONES (LE TRôNE DE FER) - SAISON 3 [BLU-RAY]


10.02.2014 | Retour à Westeros avec la troisième saison de Game of Thrones

TEST DU BLU-RAY

Test rédigé le 24/02/2014 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :

Au Nord, alors que Jon Snow fait la connaissance du Roi d'au-delà du Mur, les survivants de la Garde de Nuit rebroussent chemin vers le sud. Pendant ce temps, les luttes de pouvoir s'intensifient, les alliances se font et se défont et les armées de Robb Stark, Stannis Barathéon, et Tyrell Lannister préparent de nouvelles stratégies. Une chose est sûre, alors que Sansa se voit obligée de rester à Port-Réal, Arya et Bran Stark auront un grand rôle à jouer dans cette guerre sans fin, chacun gagnant en maturité et s'attribuant des alliés plutôt inattendus. Mais la Mère des Dragons, désormais propriétaire d'une flotte, continue sa quête sans nullement inquiéter le Royaume des Sept Couronnes en cherchant à se constituer une armée. Westeros devrait se préparer à trembler !

Inutile de vanter encore les mérites de Game of Thrones (Le Trône de Fer) tant son succès est colossal que ce soit pour le public ou la critique. Avec un budget à la hauteur du projet et l'implication de l'auteur des livres George R.R. Martin, elle ne pouvait qu'enchanter les foules, lectrices ou novices. Dans cette troisième saison pouvant sembler plus lente, le terrain se prépare minutieusement pour la suite mais de grands changements vont avoir lieu. Les émotions seront mises à rude épreuve, pouvant passer du bonheur aux larmes en quelques instants. Prenant véritablement aux tripes, la série est extraordinairement soignée sous tous ses aspects et ses éditions Blu-ray lui rendent un parfait hommage.

Warner/HBO a encore accompli un travail d'exception réuni dans un packaging très bien pensé. L'image reste éblouissante en exposant quantité de détails et de couleurs qui empêchent de cligner des yeux. Les pistes audio mettent en scène des ambiances riches et parfaitement spatialisées en version originale comme française. Les suppléments valent largement le long voyage dans la mythologie et l'authoring poignant est toujours aussi bien réalisé. Il n'y a pas à hésiter.

N.D.R. : Les captures HD comprennent le style des menus (lignes, arrière-plans, ...) mais n'affichent pas tous les textes et autres composants graphiques car, contrairement aux DVD où ceux-ci sont intégrés dans l'image, ils forment ici un élément technique à part ajouté par-dessus. C'est pourquoi vous verrez des emplacements vides et pourrez juger à tort de menus pauvres.

 

Avis sur l'image : Haut de page

Point de déception à l'horizon, Warner/HBO continue sur sa lancée en nous livrant un master de grande qualité, ce qui n'est pas évident lorsque l'on connaît la complexité de l'image de la série avec ce léger grain cinéma qui la porte. Couleurs, contrastes, luminosité, éclairage, tout est travaillé pointilleusement et ne doit pas faillir une fois compressé.

Votre téléviseur ou vidéoprojecteur vous remerciera de le traiter aussi bien au moins une fois par an, à la manière de votre animal quand vous lui donnez une friandise pour les grandes occasions. Il va pouvoir savourer ces épisodes et restituer les images à son maître au maximum de ses capacités. En 1080 progressif et compressées en MPEG-4 AVC (H.264), elles vous empêcheront littéralement de cligner des yeux.

Après deux saisons au rendu visuel superbe, la troisième ne déçoit pas. La palette chromatique semble infinie, les couleurs déployant toute une armée de nuances pour en mettre plein la vue au spectateur. Chaque lieu en décline comme à l'habitude sa gamme et applique son propre traitement esthétique, permettant entre autres de s'y retrouver plus facilement dans ce vaste univers. Ainsi, Daenerys est toujours symbolisée par une dominante orange, le Nord par du bleu/blanc, Port-Réal le rouge, etc.

 


L'étalonnage est réalisé très soigneusement, conférant aux images une température bien particulière pouvant changer d'une scène à l'autre sans ménagement. En éclairant au moyen de différents types de lumière et en modifiant saturation, luminosité et contrastes, on obtient de merveilleux plans dotés chacun de leurs spécificités mais tous d'un fabuleux pouvoir de séduction, entre authenticité et fantastique.

Le large ratio de contraste apporte énormément de détail sur toute la palette de couleurs. Si les décors enneigés dévoilent les différences de chaque flocon, les lieux sombres laissent transparaître tout autant les surfaces. Qu'elle soit dans les tons chauds ou froids, cette prestance esthétique est toujours impressionnante.

 


Du côté de la précision, on touche encore le sommet. Tout d'abord dans les visages, ou plutôt la peau, qui en plus d'avoir une carnation des plus réalistes, dévoile avec panache pores, gouttelettes, naissance des poils, rides et imperfections. Les barbes, cheveux et surtout fourrures ne dénotent aucun défaut, le piqué d'une finesse incomparable donne envie de se lover dans ces manteaux. Déjà magnifiés par leurs couleurs, les textiles, qu'ils soient costumes, draps, rideaux, tapisseries ou étendards, sont également définis de façon idéale. Les cuirs laissent déceler leurs textures sans se cacher et les flocons posés dessus peuvent se compter un à un. Le plus troublant réside dans les tissus où les fils des plus fines broderies s'alignent à la perfection, sans bavure, de même que ceux des cottes de maille.

Les décors, intérieurs comme extérieurs, ne déméritent évidemment pas : sable, pierres, gravillons, rochers, murs, lignes architecturales, moulures, métal rouillé, brindilles, feuillages, eau, ... un spectacle sans fin. Les paysages sont tout aussi grandioses que les lieux moins ouverts affichant des accessoires et décorations tirés à quatre épingles qui imposent leur présence dans chaque scène.

 


Pour sublimer davantage détails et textures mais aussi accentuer la profondeur, l'éclairage est un excellent atout. La salle du Trône, les jardins, les tentes, les chambres donnant sur l'extérieur, le repaire de Stannis, le Grand Septuaire de Baelor, la salle où trône Walder Frey, les tunnels, les forêts, ... la perspective saute au visage. Les jeux de lumière amenés par les bougies, chandelles, feux de camp et autres torches sont également splendides pour mettre en avant les personnages dans de belles images plus tamisées.

 


Il arrive cependant lors de quelques séquences que la définition chute sans que l'on en connaisse la raison. Cela se produit plutôt dans les plans faiblement éclairés mais certaines fois, comme au premier épisode quand Daenerys rencontre la fillette sur le port (50:34), les yeux grimacent vraiment. Il n'y a pas de quoi s'alarmer mais à force de s'habituer au luxe, le moindre écart est flagrant.

                       

Avis sur l'audio : 1Haut de page

La version originale :
Fort heureusement, c'est encore une fois une réussite totale. Sonnez les clairons, amenez les femmes et apportez la nourriture, le coup est donné pour une orgie de 10 épisodes ! Dans le péché et la luxure, vos oreilles vont faire la fête et accueillir en leur sein tous les sons qui s'offrent littéralement à elles. Il va cependant falloir faire insonoriser la pièce sous peine de voir débarquer la police que vous n'entendrez d'ailleurs même pas frapper à la porte.

La version originale en DTS-HD Master Audio 5.1 est une explosion, un bouquet de feux d'artifice en plein dans les tympans mais toujours maîtrisé. Dès le premier épisode, on se prépare en montant le volume au maximum pour apprécier pleinement le générique si épique, on se place bien confortablement dans son canapé et là... grosse erreur, il n'arrive pas ! Tel un screamer, des cris stridents venus d'outre-tombe nous assaillent de tous côtés pendant un fondu au noir, ceux des Autres ! Aaaaah ! Ouf, le thème d'ouverture viendra peu après, bien rythmé par les basses. Il ne fera néanmoins pas redescendre le taux d'adrénaline puisque l'on réalise à cet instant que c'est toute la machinerie qui se met en marche pour nous emmener sur les chemins du Royaume des Sept Couronnes.

Comme on peut s'en douter avec les antécédents, le mixage est un délice. Son équilibre est simplement parfait, chaque composante est savamment dosée, empêchant un phagocytage intempestif qui aurait parfois pu casser la naturalité d'une scène. Les voix sont spontanées, divinement intégrées à l'ensemble. La musique nous berce, tantôt joyeuse, tantôt mélancolique mais toujours poignante et jamais insignifiante. Très puissante, charismatique, la piste offre une dynamique calculée et rigoureuse.

L'immersion est totale tant les ambiances sonores sont riches sans toutefois tomber dans l'exagération qui aurait un goût d'artificiel. Les gros moyens ont été déployés afin de réaliser un travail minutieux et d'une grande précision spatiale. L'environnement est dépeint par tous les canaux qui ne se taisent à aucun moment. Dans les lieux confinés comme la cabine d'un bateau, on ressent le tangage grâce aux craquements réguliers du bois. A l'intérieur des geôles de Peyredragon draguées par les mouettes, l'eau qui suinte sur la pierre et coule du plafond donne fermement l'impression d'y croupir. Sous les tentes de l'armée de Robb Stark, le son feutré de la pluie assénant la toile nous rassure à l'idée d'être à l'abri. Au château de Port-Réal, malgré son apparence plus calme, l'atmosphère n'en est pas pour autant moins détaillée sonorement : une porte qui claque, une chaise qui grince, des pas dans un couloir, des conversations lointaines, le roucoulement des pigeons, le brouhaha de la foule à l'extérieur, etc.

Dans les endroits plus ouverts, le constat est tout aussi démonstratif. Par exemple, la forêt nous offre la brise qui secoue les feuillages, le son reposant du ruisseau coulant à quelques pas, les croassements des corbeaux et corneilles alentour, tout ce qui peut apporter du réalisme. Au-delà du Mur, sur le camp des sauvageons, on peut entendre les toiles fouetter dans le blizzard soufflant d'une oreille à l'autre avec un aplomb fascinant. D'une manière générale, les mauvaises conditions climatiques sont restituées criantes de vérité. La grande escalade sera d'ailleurs un délicieux moment dans les surround qui conférera de glaciaux coups de chaleur. Chaleur que l'on pourra également ressentir en suivant Daenerys dans l'atmosphère écrasante du désert ou Sansa à travers les jardins du Donjon Rouge. En résumé, la prouesse technique est telle que chaque environnement s'imagine les yeux fermés.

Si les ambiances sont vivantes et assurent déjà le spectacle, son clou est sans conteste l'action qui résonne en parfaite coordination dans toutes les enceintes. La simple flèche décochée qui nous rase la tête est ébouriffante et le galop bien lourd des chevaux laisse croire qu'il faudra nettoyer le crottin autour de son canapé. La synchronisation des mouvements des milliers d'Immaculés est renversante et lorsque les dragons se mêlent à la fête en volant, criant mais surtout crachant leurs gerbes de flammes, on se surprend à être encore en vie. Durant les batailles, les épées tintent contre le métal, la pierre ou le bois, les boucliers absorbent les chocs, les arcs se bandent, les lames percent, tranchent et étripent armures, vêtements et chairs. C'est un véritable orchestre réglé au millimètre qui meuble tout l'espace et fait preuve d'une justesse incroyable se manifestant dans la pureté des sons comme la retranscription des évènements visibles ou non à l'écran.

La version française :
Le format n'a pas changé, la piste française est déclinée en DTS Digital Surround 5.1 mi-débit (768kbps). Malgré son débit en moyenne cinq fois moindre que celui de la version originale, elle est excellente car les mixages sont très proches. Les dialogues paraissent légèrement moins intégrés et au-dessus des autres composantes, cependant rien de véritablement gênant. Ce n'est certes pas une piste haute définition mais le travail étant particulièrement bien réalisé, les accros de la langue de Molière peuvent l'écouter sans honte.

Le doublage et le sous-titrage français :
Très soignée, l'adaptation française est d'une fidélité exemplaire et ne comporte aucune censure. Même les pires insultes et termes crus trouvent leurs équivalents français. Les registres de langage sont conservés, préservant ainsi les relations entre les personnages de niveaux hiérarchiques similaires ou distincts. Toutefois, il existe des différences de tutoiements/vouvoiements entre le doublage et le sous-titrage mais elles ne dénaturent pas pour autant la cohérence des relations puisqu'elles sont maintenues tout au long des épisodes.

L'usage et le non-usage des majuscules est majoritairement respecté : dans les appellations et les titres de noblesse ("roi" et "Roi"), les points cardinaux ("nord" et "Nord") et les objets nommés tels que "le trône" et "le Trône de Fer". A noter également que les langues étrangères comme le haut valyrien sont sous-titrées en français lorsque c'est exigé.

Il n'y a pas réellement d'erreur dans l'adaptation excepté sur les sous-titres qui comportent quelques rares fautes d'orthographe et de grammaire telles que "carreau" utilisé au féminin dans l'épisode 2.

Des sous-titres sont aussi disponibles en anglais pour sourds et malentendants, espagnol, castillan, portugais (Brésil), polonais, néerlandais, danois, finlandais, norvégien et suédois.

Récapitulatif technique :
    - Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
    - Français DTS Digital Surround 5.1 768kbps
    - Espagnol DTS Digital Surround 2.0 768kbps
    - Castillan DTS Digital Surround 5.1 768kbps
    - Polonais DTS Digital Surround 2.0 768kbps



Avis sur les suppléments : Haut de page

Les suppléments sont toujours aussi intéressants et se révèlent très utiles pour renforcer sa culture de la série, surtout si l'on n'a pas lu les livres car de nombreuses histoires complémentaires y sont racontées. Entre ces récits, le Guide et l'encyclopédie "Les Racines de Westeros", vous devriez tout connaître de l'univers de Game of Thrones. Le plus gros morceau sera le bonus consacré au neuvième épisode qui fournira de nombreuses interviews et informations sur les coulisses. Encore une fois, il est fort dommage que les commentaires audio ne soient pas sous-titrés et nous le répèterons toujours... Inutile de partir à la chasse aux fameux "Œufs de dragons", ce coffret ne contient pas de bonus cachés comme les deux précédents avaient pu nous en proposer.

Arborescence des suppléments
 
BD 1 à 5 :
Résumés (24:47) : D'une durée d'un peu plus d'1 minute 30, les résumés sont en réalité ceux des épisodes précédents. Seulement en version originale sous-titrée, chacun expose brièvement des extraits des évènements passés qui serviront l'épisode à voir. Le résumé du premier dure 10 minutes car il condense les saisons une et deux. Tout s'enchaîne très (trop) rapidement mais remet cependant bien en tête les intrigues importantes.

Présentations (06:05) : D'environ 37 secondes, chaque épisode propose son trailer, en version originale sous-titrée également. A vous de voir si vous préférez le regarder avant ou après.

Les résumés et présentations des 10 épisodes sont présents sur chaque Blu-ray et permettent ainsi de savoir où l'on en était sans devoir tâtonner entre les disques. Toujours bien pensé.

Guide de l'épisode : Si l'on sélectionne ce guide au lancement de l'épisode, une barre (qui peut se faire discrète en transparence si besoin) constituée de trois icônes apparaît sur la droite :
- "Personnages" laisse apparaître une brève biographie, évolutive au cours de l'histoire, des personnages de la scène en cours.
- "Lieu" permet de situer l'action de la scène se déroulant à l'écran avec carte et descriptif du lieu.
- "Histoire" : Quand l'icône se met à clignoter, elle débloque l'accès à certains récits racontés dans "Histoires & Traditions" mais seulement s'ils ont été évoqués dans l'intrigue. Les autres sont simplement décrits en quelques lignes mais non visibles par ce biais.
Ce guide est un véritable point fort face à la complexité de la série et permet d'avoir les informations les plus pertinentes aux bons moments et accessibles immédiatement.

Commentaires audio : Ce sont 12 commentaires audio qui se partagent sur 9 épisodes. Seul le premier n'en a pas et les 3, 6 et 9 en ont chacun deux. Comme à l'habitude, il faut bien s'accrocher car ils ne sont pas sous-titrés. Une grande partie du casting est réunie comme Lena Headey, Kit Harington et Emilia Clarke, mais aussi des équipes. Nous trouvons autant les producteurs exécutifs David Benioff et D.B. Weiss que les réalisateurs, les scénaristes ou bien encore la chef décoratrice, le coordinateur des cascades et l'auteur des livres George R.R. Martin (aussi co-producteur exécutif). Evidemment, les enfants Stark (Maisie Williams, Sophie Turner et Isaac Hempstead-Wright) vont de nouveau faire des émules sur le commentaire de l'épisode 6 en réinterprétant le générique d'ouverture façon beatbox. Cette fois-ci, ils manquent un peu de pratique. :)

BD 1 :
La tempête approche (14:01) : Commentée par les acteurs, cette featurette revient sur les évènements clés qui se sont déroulés dans la seconde saison. Agréable et complémentaire du résumé global vu précédemment, elle prend davantage son temps, la rendant idéale pour mieux se remémorer l'histoire.

Nouveaux personnages (09:41) : Cette saison, les nouveaux personnages n'ont pas droit chacun à leur vidéo mais à une seule les regroupant tous. Au nombre de onze, ils vont être passés en revue un par un à l'aide d'images de la série et d'interviews des acteurs – et accessoirement des producteurs exécutifs et de George R.R. Martin – présentant leur rôle, dressant leur portrait et leurs relations avec les autres. A éviter avant d'avoir entamé une bonne partie des épisodes pour ne pas trop lever le voile sur l'intrigue.

BD 4 :
"Les Pluies de Castamere" dévoilé (1:53:39 dont 34:13 de featurettes additionnelles) : A la façon d'un Maximum Movie Mode, l'épisode 9 – le plus important de la saison – s'écoule et diverses fenêtres prennent place ici et là pour notamment apporter des commentaires de l'équipe et des acteurs. Les scènes seront alors décryptées, des images du tournage montrées en parallèle, des anecdotes divulguées, les effets spéciaux passés au crible mais également décors, costumes et cascades. De plus, une icône se mettra à clignoter quand un ou plusieurs modules vidéo (23 au total) en rapport avec les images seront disponibles afin de bénéficier d'autres ficelles et histoires. Pour visionner la dernière séquence, vous aurez le choix entre trois options : voir les coulisses de la production, les commentaires des producteurs exécutifs ou la suite de l'épisode normalement. Extrêmement captivant et savoureux.

BD 5 :
Les Racines de Westeros : Ce module désormais bien connu – même s'il porte un nom différent à chaque édition – fait office d'encyclopédie de la série. Souligné par une musique d'ambiance, le menu principal est pourvu d'une admirable mise en scène. En effet, la caméra survole un splendide plateau circulaire blanc en trois dimensions divisé en 7 régions placées tout autour de la Couronne hautement convoitée plus une autre au-dessus du Nord. Après avoir sélectionné sa destination dans le cadre du haut, un anneau du plateau coulisse et la caméra va se placer sur les armoiries des Maisons concernées. Ensuite, nous retrouvons un menu fixe et muet avec l'étendard pour naviguer :
- "Héritage" donne un descriptif de la région et l'accès à la vidéo sur son histoire que l'on peut également voir dans "Histoires & Traditions".
- "Maisons nobles/Factions" fournit une présentation des différentes Maisons et factions ainsi que la biographie et la photo de chacun de leurs membres.
- "Lieux" permet de découvrir l'emplacement géographique du lieu de son choix et d'en trouver une brève description écrite.
A travers 8 régions, c'est donc un total de 6 vidéos d'histoires, 37 fiches des Maisons ou factions, 77 de personnages et 43 de lieux que ce guide nous offre.

Histoires & Traditions (1:02:37) : Supplément vidéo passionnant qui regroupe 16 histoires narrées par les personnages évoquant les évènements passés tels que les guerres, les histoires des Maisons, la mythologie, les lieux ou encore les peuples afin de mieux s'imprégner de la culture et du background de Westeros et d'Essos. Ce module lève le voile sur énormément de points flous non abordés dans la série, surtout pour les non-lecteurs des livres. De plus, les récits sont illustrés par des croquis à moitié animés, entre storyboards et dessins animés, et ce travail d'artiste est excellemment bien réalisé, surtout avec les bruitages, l'ambiance sonore et la voix des personnages que l'on connaît bien. Le menu n'est pas agrémenté de musique mais propose deux arrière-plans croqués comme dans les histoires. Toujours très beau, il fonctionne comme tous les autres menus, avec l'étendard déroulé sur la gauche.

Parmi les Sauvageons (06:21) : L'histoire des sauvageons nous est contée dans cette brève featurette. On passe de leurs origines, leur but, leur organisation, à la présentation de leur chef, Mance Rayder, tout en s'arrêtant sur la confection du camp, des costumes et des armes à l'aide d'images du tournage et d'interviews.

La politique du mariage (08:38) : Les mariages ont une grande influence dans la série puisqu'ils définissent les alliances politiques. Mais particulièrement dans cette saison, ils seront initiateurs du sort de bien des personnages. On nous explique donc les raisons de ces différentes unions ainsi que leurs conséquences pour les familles et sur le Royaume.

Scènes coupées/Scènes version longue (14:26) : Ce supplément dénombre 3 scènes en version longue et 2 coupées au montage. Tyrell Lannister et Jon Snow font chacun partie de deux d'entre elles, la dernière étant la plus intéressante puisqu'elle illustre le dilemme de Jon mais la partie de pêche avec Tyrell vaut également le coup d'œil.

N.D.R. (Rappel) : Les captures HD comprennent le style des menus (lignes, arrière-plans, ...) mais n'affichent pas tous les textes et autres composants graphiques car, contrairement aux DVD où ceux-ci sont intégrés dans l'image, ils forment ici un élément technique à part ajouté par-dessus. C'est pourquoi vous verrez des emplacements vides et pourrez juger à tort de menus pauvres.

                                       

Avis sur le packaging : Haut de page

Malgré un packaging différent de celui de ses aînés, ce coffret trônera encore plus fièrement sur l'étagère. L'authoring, lui, n'a techniquement pas changé et offre toujours de beaux moments visuels et auditifs, en plus d'une navigation intelligente et pratique. Pour les détails, veuillez vous reporter à la suite.

Le packaging extérieur :
Chaque édition est de plus en plus belle mais celle-ci va malheureusement dépareiller avec les autres car le concept et les couleurs diffèrent. La première "couche" est un sur-étui en plastique transparent ouvert uniquement en bas. Dans son dos et enchâssant le dessus est collé un feuillet cartonné pour présenter la saison, décrire le contenu du coffret et les spécificités, sur un fond noir arborant une bande de photos de six protagonistes. Libre à vous de le retirer, c'est fait pour laisser le choix. Au recto et dépassant sur les tranches, une majestueuse ombre de dragon plane et sied merveilleusement au fourreau qui lui offre une surface de projection.

Le packaging intérieur :
Intégralement aux allures de marbre clair, ce fourreau inséré dans le sur-étui transparent est en carton très rigide, ouvert sur la droite et fait donc office de sol pour mettre en scène l'ombre du dragon. Les tons de blanc sont lisses et brillants alors que les gris sont mats et rugueux. C'est du plus bel effet aussi bien visuellement que tactilement, d'autant plus que le titre de la série est légèrement mis en relief dans un lettrage d'argent, de même que sur la tranche. Trois épées également en surbrillance terminent le tableau accompagnées par la mention "L'intégrale de la troisième saison" pour la première fois inscrite en français (le fourreau intérieur des saisons un et deux n'était pas localisé). Au verso, comme sur les deux précédents coffrets, nous retrouvons une petite illustration du Trône de Fer, toujours brillante et en relief.

Le boîtier et les disques :
Dans ce fourreau est placé un boîtier Blu-ray à peine plus épais que la normale. Sa jaquette reprend le look du packaging en affichant le fond de marbre, l'ombre du dragon ainsi que les autres éléments. Le verso récupère le visuel du feuillet cartonné mais troque son arrière-plan noir contre celui marbré. A l'intérieur, les épisodes sont listés avec leur staff et les intervenants du ou des commentaires audio. Fixés par des volets, les 5 disques sont simplement noirs et estampillés des informations habituelles.

Un petit dépliant en 2x4 parties accompagne le boîtier en proposant tout d'abord une description des bonus au dos puis la liste des épisodes – déjà vue sur la jaquette interne – agrémentée de synopsis concis façon télégraphe que l'on pourra retrouver dans le menu de sélection. En l'ouvrant complètement, on tombe nez à nez sur un beau dessin de la salle du Trône, celui utilisé dans le second menu du supplément "Histoires & Traditions".

Le démarrage et le menu principal :
Tout vient à point à qui sait attendre. Il faut donc faire preuve de patience avant de commencer la lecture de la série entre écrans d'avertissement, de présentation et de chargement, ce dernier étant illustré par un barral et moins présent sur les disques suivants (car des données doivent sans doute rester en mémoire après avoir été chargées depuis la première galette).

Nous arrivons ensuite au menu principal en 1080p, fonctionnant sur le principe déjà bien connu et dont il n'y avait aucune raison de changer. Le thème des "Pluies de Castamere" déroule alors les violoncelles et fait pulser les basses en DTS Digital Surround 5.1 mi-débit. Déjà bien prenant, il n'aura définitivement plus le même impact après cette saison. Pendant ce temps, des extraits faisant guise de présentation des familles se succèdent dans des fondus fluides symbolisés par les drapeaux et armoiries des Maisons. Le menu change alors de couleur en conséquence.

Description des menus de sélection :
Tout en discrétion sur le haut de l'écran se trouve le menu de sélection, en horizontal, les différents choix remplaçant le premier de la liste à chaque pression des touches droite ou gauche. Nous avons donc la lecture consécutive, la sélection des épisodes, l'audio, les sous-titres et les bonus. Lors des sélections, un étendard vertical se déplie pour afficher les informations ou les nouveaux choix. Si besoin, un second se déroulera à côté afin d'accueillir une description (les bonus notamment). La liste des épisodes comprend le numéro, le titre, le staff, un synopsis et le choix de le lancer normalement, avec le guide ou un commentaire audio. De plus, un résumé et une présentation vidéo de chaque épisode sont ajoutés au menu. Ce dernier est identique sur tous les disques donc si vous lancez une séquence qui ne se trouve pas sur le support actuellement lu, le système vous demandera d'insérer le disque # et lancera directement ce que vous aviez choisi quand vous changerez de galette. A user et abuser pour éviter la longueur des messages et chargements d'avant-menu.

La navigation s'avère très agréable et intuitive, d'autant plus que la réalisation technique du menu a été pensée dans les détails, déroulant et repliant les étendards dans le bon ordre et revenant au choix lors d'une annulation ou passant au suivant lors de consécutivité entre les modules.

Le gros point noir de l'authoring vient du fait qu'il n'y ait pas de mémorisation de piste. Si l'on stoppe complètement la lecture du disque, la prochaine recommencera au tout départ, que ce soit sur platine salon ou sur PC.

N.D.R. (Rappel) : Les captures HD comprennent le style des menus (lignes, arrière-plans, ...) mais n'affichent pas tous les textes et autres composants graphiques car, contrairement aux DVD où ceux-ci sont intégrés dans l'image, ils forment ici un élément technique à part ajouté par-dessus. C'est pourquoi vous verrez des emplacements vides et pourrez juger à tort de menus pauvres.