Accueil > Séries TV > Espionnage > Person of Interest > Blu-Ray Person of Interest - Saison 1 [Blu-ray + DVD] > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Grimm  Intégrale
Grimm - Intégrale
Sortie : 02/10/18

Monk - Intégrale
Sortie : 02/10/18

New York, section criminel...
Sortie : 02/10/18

Section de recherches - Sa...
Sortie : 02/10/18

South Park - L'intégrale d...
Sortie : 02/10/18

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

BullBull The ExpanseThe Expanse
Cap RandomCap Random Énigmes de l'histoire
Aux animaux de la guerreAux animaux de la guerre IrresponsableIrresponsable
The Hollow CrownThe Hollow Crown La Bible : JeremieLa Bible : Jeremie
InsoupçonnableInsoupçonnable CimarronCimarron
BillionsBillions Dragon Ball SuperDragon Ball Super



Achetez-le sur



PERSON OF INTEREST - SAISON 1 [BLU-RAY + DVD]


Éditeur : Warner Bros
Distributeur : Warner Home Video France

Type : Saison
Origine : zone B
Nombre de disque : 10 (BD-50)
Nombre d'épisodes : 23
Durée approx. : 1012 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 5051889393917

Date de sortie en France : 05 juin 2013


AUDIO


Langues : Anglais (DTS-HD 5.1), Espagnol (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 2.0), Portugais (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Anglais (mal entendants), Coréen, Danois, Espagnol, Finlandais, Français, Néerlandais, Norvégien, Portugais, Suédois

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 natif
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Commentaire audio du producteur exécutif sur l’épisode pilote
- Version longue de l’épisode pilote (non diffusé) commenté
- « Vivre sous surveillance » : documentaire
- Bêtisier

NOTES


Le coffret contient :
- Les 4 Blu-ray de la série
- Les 6 DVD de la série
- Copie digitale offerte

TOUS LES ARTICLES SUR PERSON OF INTEREST - SAISON 1 [BLU-RAY + DVD]


03.06.2013 | Person of Interest, une série d'intérêt

TEST DU BLU-RAY

Test rédigé le 09/02/2014 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :

Ex-agent de la CIA, John Reese est arrêté suite à une altercation dans le métro avec des voyous. Un énigmatique milliardaire du nom d'Harold Finch paye alors sa caution et lui propose de faire équipe avec lui pour déjouer des crimes avant même qu'ils ne soient commis. Celui-ci a fabriqué pour le gouvernement une machine illégale qui recoupe toutes les informations filmées, écoutées et accessibles d'un quelconque moyen pour prévenir des attaques terroristes en dénonçant les futurs coupables. Mais elle anticipe également les actes violents de simples individus, qu'ils en soient auteur ou victime, et ce sont sur ces affaires dites "non pertinentes" que Finch et Reese vont travailler en secret afin de sauver des innocents malgré la police à leurs trousses.

Créateur de Person of Interest, Jonathan Nolan a été scénariste sur bon nombre des réalisations de son grand frère Christopher dont The Dark Knight. Il signe ici une série complètement dans l'air du temps et ancrée dans une réalité qui pourrait bien devenir notre avenir. Construit comme un formula show avec une (ou plusieurs) personne à sauver ou à arrêter dans chaque épisode, le scénario est pourtant terriblement efficace et se renouvelle en permanence avec le duo Jim Caviezel/Michael Emerson en parfaite alchimie : un pro de l'informatique très secret et un héros James Bondien prêt à tout. Tous bien écrits, les personnages ont une réelle évolution et leurs épreuves passées nous sont dévoilées au compte-gouttes à l'aide de flashbacks (J. J. Abrams à la production). La présence au casting de récurrents et de guests que l'on adore – Amy Acker et Enrico Colantoni en tête – renforce d'autant plus l'intérêt. On est toujours surpris et sous tension grâce à la réalisation nerveuse ainsi qu'une écriture fine parsemée de mystères. Souriez, vous êtes surveillés !

Ce coffret, à l'allure et l'authoring on ne peut plus classiques, renferme une image parfaite – on ose – et une piste originale HD pourvue d'un excellent mixage. La bande française seulement en 2.0 est malheureusement à blâmer, au même titre que les bonus beaucoup trop sommaires pour une première saison.

N.D.R. : Attention, même si ce test concerne l'édition combo, seuls les Blu-ray ont été passés au crible.

 

Avis sur l'image : Haut de page

Le spectacle est en tout point ahurissant : on en reçoit plein les yeux, le summum de qualité que peut nous offrir la haute définition est atteint. Au premier abord, ce ne sont pas les poings de Jim Caviezel qui nous frappent mais la précision de l'image. La multitude de détails visibles démontre une compression parfaite qui nous laisse apprécier les plans de New York jusqu'aux plus petites fenêtres des gratte-ciels en arrière-plan sans un quelconque débordement de pixels. Que l'on se trouve en ville, en pleine nature ou dans une pièce, sous un soleil éclatant comme dans un lieu sombre, le piqué reste incomparable en affichant merveilleusement textures et contours.

Les gros plans sur les visages sont l'instant rêvé pour compter les poils de la grosse barbe de Reese du premier épisode ou voir la sueur perler sur chacun de ses pores après une séance de castagne bien musclée. Les fibres et rayures des textiles sont également discernables une à une sans aucun problème de moirage. Quant à la profondeur de champ, on peut vraiment la ressentir à de très nombreuses reprises autant dans les rues que les couloirs. En bref, tout excelle et fait tourner la tête, même au cœur de l'action où rien ne flanche. Du grand art.

Au niveau des couleurs, le constat est identique. La palette chromatique est infinie et donne notamment une carnation bluffante à la peau. Elle régale la rétine et ce ne sont pas les contrastes dévoilant de somptueux noirs qui nous feront dire le contraire.

                       

Avis sur l'audio : 1Haut de page

En DTS-HD Master Audio 5.1, la piste originale détonne par son énergie. Elle investit la pièce avant de chatouiller avec force et précision le conduit auditif. La haute définition s'entend et se ressent, excite par sa finesse les sens déjà bien mis à fleur de peau par la réalisation tensiogène. L'équilibre est excellent, la musique sait se faire discrète pour relâcher son punch aux moments les plus opportuns. Les ambiances sont bien traduites, tous les bruits de l'environnement proche, intérieurs comme extérieurs, sont déclinés par les canaux adéquats et l'action est retransmise avec un superbe panache.

La piste française en Dolby Digital 2.0 est à oublier !... Même en réduisant la bande anglaise à du stéréo en débranchant les enceintes arrières, la différence reste phénoménale. La série ne peut s'exprimer correctement dans cette pauvre version qui manque cruellement de charisme et ne délivre que les prémisses de la dynamique de son aînée, sans compter que la composante vocale est toujours trop mise en avant.

Cependant, l'adaptation du doublage français est plutôt bien réalisée mais l'on préfèrera le timbre de voix des comédiens originaux qui apporte davantage de substance à leurs personnages. Les sous-titres, même si une relecture n'aurait pas été de trop, se suivent aisément et sont tout à fait fidèles à la version originale.


Avis sur les suppléments : Haut de page

Person of Interest méritait beaucoup mieux en termes de suppléments. Il n'y a que la version longue du pilote, un bêtisier et une featurette sur le contexte de la série à se mettre sous la dent car les commentaires audio (du pilote en version TV et longue) ne sont pas sous-titrés.

BD 1 :
Commentaire audio : Le premier épisode est commenté par les producteurs exécutifs Jonathan Nolan (également créateur) et Greg Plageman mais n'est sous-titré qu'en... coréen !??!

BD 4 :
Version longue et commentée de l'épisode pilote (55:49) : Une version longue et inédite de l'épisode pilote est disponible avec 12 minutes supplémentaires qui étoffent un peu plus l'intrigue et les dialogues entre les personnages. Uniquement en anglais (mais sous-titrée en français), elle peut également être commentée par Greg Plageman et Jonathan Nolan, mais l'unique piste de sous-titres est de nouveau coréenne.

Vivre sous surveillance (15:04) : L'équipe de la série nous présente sa genèse et le contexte sociétal dans lequel elle s'inscrit, ce monde post-11 septembre où la surveillance des individus s'est accrue. La machine qui "prévoit" les crimes reste encore de la science-fiction pour quelques années mais les données sont déjà récoltées : pistage et écoute des téléphones, caméras en milieux urbains, lecture automatique des plaques des véhicules, Internet, ... et les coûts de stockage sont devenus dérisoires. Cet intéressant documentaire ancre le scénario dans une réalité proche et paranoïaque.

Bêtisier (02:47) : Sur le plateau, la nervosité de la saison n'a pas l'air d'affecter les acteurs. Le rire s'installe facilement et les prises se ratent tout autant.

       

Avis sur le packaging : Haut de page

Le coffret se présente sous forme de deux boîtiers bleus que l'on insère dans un fourreau cartonné aux dimensions Blu-ray. Ce dernier montre une photo promotionnelle des trois protagonistes principaux et au dos, les éléments habituels tels que le synopsis de la série, les spécificités techniques, quelques vignettes ainsi que le contenu. Dans des tons sombres de bleu marine et de noir, le packaging est sobre.

Les jaquettes sont identiques au visuel du fourreau, seul l'encart du contenu change afin d'indiquer les épisodes compris dans chacun des boîtiers. Le premier contient 2 BD (épisodes 1 à 12) et 2 DVD (épisodes 1 à 8) sur deux volets centraux alors que le second renferme 2 BD (épisodes 13 à 23) et 4 DVD (épisodes 9 à 23) en utilisant les faces internes en plus. On retrouve d'ailleurs, agrémentée de captures, la liste complète des épisodes par disque sur les jaquettes intérieures. La sérigraphie affiche des images de foules provenant de caméras de surveillance comme on peut en voir dans la série, mais extrêmement floutées, en noir pour les BD et bleu pour les DVD.

L'authoring est intégralement en anglais. Comme pour la plupart des autres séries Warner, une barre de menu est placée en bas de l'écran et en fait apparaître d'autres au-dessus pour les sous-menus. Vous pourrez donc visionner tous les épisodes d'affilée ou bien les choisir par leur numéro et titre, configurer les langues/sous-titres et évidemment jeter un œil aux bonus. Si l'objet de vos désirs ne se trouve pas sur le disque actuellement dans la platine, il vous sera demandé d'effectuer le changement. Pour animer tout cela, on peut compter sur la musique du générique de fin ainsi qu'un montage dynamique d'extraits en totale adéquation avec la série. A noter que l'on nous propose après chaque lancement de continuer à partir de l'endroit où l'on s'était arrêté mais le choix des pistes de langue et sous-titres n'est pas conservé : par défaut, il s'agit de l'anglais sans sous-titres.

N.D.R. : Les captures HD n'affichent pas les menus car, contrairement aux DVD où ceux-ci sont intégrés dans l'image, ils forment ici un élément technique à part ajouté par-dessus.