Accueil > Série animée > Japanimation > Goldorak > DVD Goldorak - Volume 1 > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd SS GB  Saison 1
SS-GB - Saison 1
Sortie : 02/01/19

Killing Eve - Saison 1
Sortie : 12/12/18

Berlin Station - Saison 1
Sortie : 12/12/18

Star Trek: Discovery - Sai...
Sortie : 05/12/18

Star Trek: Discovery - Sai...
Sortie : 05/12/18

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

SS-GBSS-GB Killing EveKilling Eve
Berlin StationBerlin Station Star Trek: DiscoveryStar Trek: Discovery
HippocrateHippocrate La Vérité sur l'affaire Harry QuebertLa Vérité sur l'affaire Ha...
Tropiques amersTropiques amers McMAFIAMcMAFIA
Commissaire DupinCommissaire Dupin Art du crime (L')Art du crime (L')
SuccessionSuccession Sharp ObjectsSharp Objects



Achetez-le sur


Dernière sortie
Goldorak - Volume 6

GOLDORAK - VOLUME 1


Éditeur : AB Video
Distributeur : Sony Music Entertainment France

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 3 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 12
Durée approx. : - minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 0888837037792

Date de sortie en France : 05 juin 2013


AUDIO


Langues : Français (Dolby Digital 2.0), Japonais (Dolby Digital 2.0), Japonais (Mono 2.0)
Sous-titres : Français imposés sur la version originale

VIDÉO


Format : 1.33 - 4/3
Standard : PAL
Image : Couleurs

NOTES


Image et son resmasterisés par la Töei - version non censurée

Titre des épisodes :
01. Les frères de l’espace
02. Le Prince d’un autre monde
03. La fiesta tragique
04. L’île de la peur
05. Le traquenard de la mort
06. Attaque sur Perlépolis
07. Le festin des loups
08. Les radars se sont tus
09. Le camp de la Lune Noire
10. L’espion qui venait de Véga
11. Le jour où le soleil s’arrêta
12. Du sang sur la neige

TOUS LES ARTICLES SUR GOLDORAK - VOLUME 1


05.06.2013 | Goldorak le Grand débarque sur Terre

TEST DU DVD

Test rédigé le 11/07/2013 par Jeremy Carré

Avis sur l'édition :

A-t-on réellement besoin de faire les présentations ? Pour les plus distraits, cette série raconte l'histoire d'Actarus, jeune prince d'Euphor exilé sur la planète Terre après la destruction de sa planète par les forces de Véga, qui protège sa nouvelle patrie des menaces extraterrestres à l'aide de son robot de combat, Goldorak. Abordant plusieurs thèmes très adultes pour un dessin animé, Goldorak a indéniablement marqué toute une génération en étant un des premiers animes japonais à débarquer en France. La popularité de l'invincible géant semble toujours intacte après toutes ces années à tel point que les éditions AB, en collaboration avec Tôei, ont décidé de sortir l'intégrale de la série sous la forme de six coffrets DVD. Déjà disponible en France dans des éditions illégales sorties en 2005, Goldorak fait donc ici sa première apparition légale sur le support.

Et AB n'a pas fait les choses à moitié car les épisodes ont bénéficié d'une restauration de son et d'image avec une qualité telle qu'on a l'impression de redécouvrir totalement la série. Celle-ci fait d'ailleurs son arrivée avec les 12 premiers épisodes en version intégrale non-censurée issue directement des masters japonais. C'est aussi l'occasion de découvrir pour la première fois les voix japonaises d'Actarus, d'Alcor et de tous les employés du ranch du Bouleau blanc. Seuls un packaging trop morne et l'absence de bonus viennent ternir cette sortie événement bien qu'AB a confirmé que cette dernière lacune sera corrigée pour les prochains coffrets. Mais ne boudons pas notre plaisir car il s'agit à l'heure actuelle de la seule édition permettant de visionner Goldorak dans les meilleures conditions qu'il soit.

Remerciements :
    - AnimeLand
(pour leur dossier sur la restauration de la série)
    - les membres du forum de
GoldorakGo.com (pour leur œil aguerri concernant les scènes censurées
    et leur oreille affutée pour la bande son française)



 

Avis sur l'image : Haut de page

L'image se présente sous un format 4/3, bien normal pour une série de bientôt 38 ans et malgré son âge, la qualité visuelle est tout bonnement époustouflante. Il est à préciser qu'AB a utilisé les masters japonais pour cette édition DVD et que ceux-ci ont subi une double remasterisation d'abord au Japon avant d'être retravaillés dans un studio en France. Le résultat est sans appel : on n'a jamais vu Goldorak avec une telle qualité d'image. Certains défauts persistent encore avec la présence d'un léger flou sur les contours des corps en mouvement, des traits parfois effacés, des points blancs ou un effet de fourmillement sur certaines scènes. Rien de véritablement gênant car ces défauts sont minimes et à côté de cela, les couleurs sont claires, l'image est nette et lisse sans être pour autant dénaturée par une utilisation d'un réducteur de bruit permettant de plus la présence d'un léger grain qui rajoute un peu de charme au côté vieillot de la série. La restauration n'a pas été bâclée et c'est à ce jour la meilleure qualité d'image qu'on puisse espérer.

L'utilisation de masters japonais a par ailleurs permis à AB d'éditer les épisodes dans leur version non censurée. Au travers de ses différentes diffusions, Goldorak a subi des coupes pour diverses raisons notamment à cause de certaines scènes jugées trop violentes (la scène de l'attaque de l'école dans l'épisode 9 par exemple) ou pour réduire la durée d'un épisode afin de pouvoir en diffuser davantage en une journée sans dépasser la case horaire attribuée aux dessins animés. Grâce au travail d'AB, en collaboration avec Tôei, les fans peuvent enfin voir les aventures d'Actarus et de son robot de combat dans leur version intégrale. Par la même, les bandes-annonces en fin d'épisodes, jusqu'ici inédites en France, sont elles aussi désormais disponibles en version originale sous-titrée.

Petit détail qui peut faire tiquer les fans, étant donné l'utilisation de masters japonais, les cartons annonçant les titres des épisodes sont en japonais alors qu'ils étaient en français lors des diffusions télévisuelles. À côté de cela, les inscriptions en japonais lors des attaques des Golgoths sont quant à elles bien présentes alors qu'autrefois, elles avaient tout simplement été supprimées.

 
Captures des inscriptions lors des attaques des Golgoths

À titre de comparaison, en 2005, l'éditeur Déclic Images avait sorti en toute illégalité trois coffrets de la série avec une restauration de piètre qualité. Si les épisodes se rapprochaient le plus de ce qu'ils étaient à la télévision, ils en conservaient également les défauts : poussières, manque de définition, couleurs ternes, censures... Les éditions AB permettent donc non seulement de se procurer la série dans la légalité mais également avec une qualité d'image encore jamais atteinte.

Toujours pour comparer avec les éditions Déclic Images (qui servent de base d'images pour la comparaison avec l'édition AB), un léger recadrage a été opéré sur les nouveaux masters utilisés par AB. Une perte peut être observée sur la partie supérieure de l'image ainsi que sur les côtés. Elle n'est pas directement perceptible mais est bien présente. Si le spectateur occasionnel n'y verra aucune gêne, cela peut éventuellement poser problème aux fans de la première heure.

 

 
Captures de l'édition Déclic Images (à gauche) et AB Vidéo (à droite)

En conclusion, bien que quelques détails feront sauter au plafond les puristes, cette édition possède indéniablement une qualité d'image de très bonne facture pour un anime de cet âge permettant ainsi de (re)découvrir Goldorak dans les meilleures conditions possibles et, rappelons-le, en toute légalité.

                       

Avis sur l'audio : 1Haut de page

Les pistes audio française et japonaise se présentent toutes les deux sous la forme d'un Dolby stéréo 2.0 et là encore, la restauration du son se fait entendre. La version française est par moment plus étouffée et moins dynamique que son homologue japonais notamment lors des scènes de combats qui manquent parfois de punch dû à une absence de musique ou de certains bruitages passés à la trappe (le premier combat de Goldorak dans l'épisode 1 en est un exemple frappant). L'ensemble reste pour autant audible et très propre. C'est également la première fois en France qu'il est possible d'entendre les personnages s'exprimer en japonais et cela permet par la même d'entendre les différences de bruitages ainsi que les musiques incontournables composées par Shunsuke Kikuchi.

Le doublage français d'époque, qui fera vibrer la corde sensible des plus nostalgiques, est à saluer notamment pour les qualités d'interprétation d'acteurs tels que Daniel Gall, Pierre Guillermo ou encore Jane Val mais aussi pour son adaptation. Plus qu'une simple transposition de la langue du pays du soleil levant, un véritable vocabulaire a été créé pour la version française avec notamment les célèbres "Fulguro-poing", "Corno-fulgure" ou "Astéro-hache." Les noms des personnages, japonais dans la version originale, ont été également adaptés pour la version française : "Grendizer" devient "Goldorak," "Kôji" "Alcor" et la double identité "Daisuke/Duke Fleed" en japonais donnera "Actarus" en français.

 

 
Captures des sous-titres français reprenant le vocabulaire original

On a pu lire çà et là sur différents sites et forums de fans que la bande son française avait été ralentie pour cette nouvelle édition. Si les voix semblent effectivement légèrement plus graves que celles entendues à l'origine, rien ne semble indiquer que cela est dû à un ralentissement de la piste sonore.  La raison se situe peut-être du côté de la restauration audio qui peut donner lieu dès lors à des tonalités différentes de celles de l'époque. Encore une fois, si cela n'est pas gênant pour le spectateur "normal," le fan à l'oreille sensible remarquera qu'il y a une différence par rapport à ce qu'il a eu l'habitude d'entendre jusqu'à présent.

Les sous-titres français sont imposés lorsqu'on regarde les épisodes en japonais et s'il est possible de les désactiver sur un ordinateur, ce n'est pas le cas à partir d'un lecteur de salon tout comme il n'est pas possible de changer de langue à la volée. Les sous-titres reprennent les titres, les noms et les termes japonais respectant ainsi au maximum l'œuvre originale et permettant de s'immerger au mieux dans la version japonaise. Il existe également une deuxième piste de sous-titres présente lorsqu'on regarde la version française et qui s'active lors des teasers en fin d'épisode qui n'ont jamais été doublés. Ces sous-titres reprennent quant à eux les termes de l'adaptation française afin de ne pas déboussoler les spectateurs qui choisissent de ne pas s'intéresser à la version japonaise. À noter qu'au début de chaque épisode, un carton avec le titre en japonais apparait, celui-ci ayant une traduction littérale et une autre choisie pour la version française. Encore une fois, les sous-titres adapteront le titre selon la piste audio choisie ce qui fait que chaque épisode possède en réalité deux titres.

 
Capture d'un écran titre avec la piste française (à gauche) puis japonaise (à droite)

Concernant les génériques de début et de fin, c'est le plus célèbre, celui de Noam qui a été choisi pour la version française. On peut regretter qu'AB n'ait pas plutôt choisi le générique original, celui d'Enrique, ou au moins permis aux spectateurs de sélectionner une piste sonore avec le générique de son choix. Il semble qu'un master français ait été utilisé pour le générique car les crédits sont en français et la qualité d'image n'est pas la même que le générique japonais. Lorsqu'on passe à la version japonaise justement, le générique de début résonne aux sons de la chanson "Tobe ! Grendizer" tandis que celui de fin reprend "Uchu No Oja Grendizer". Ici, les génériques reprennent des inscriptions japonaises et le titre original de la série est lui aussi conservé.

 
Capture du titre lors du générique avec la piste française (à gauche) puis japonaise (à droite)

Captures du générique de l'édition Déclic Images (à gauche) et de
l'édition AB Vidéo avec la piste française (au centre) puis japonaise (à droite)


 

Avis sur les suppléments : Haut de page

Le gros point noir de cette édition est son absence totale de bonus. AB a cela dit promis de se rattraper sur les coffrets suivants.


Avis sur le packaging : Haut de page

Un fourreau cartonné illustre un Goldorak imposant avec un léger effet de surimpression agréable au toucher. Le même traitement a été attribué au dos avec Actarus dans sa combinaison de combat. Le fourreau renferme un digipack présentant différentes illustrations d'Alcor, Actarus, Minos et Minas dans une très belle qualité d'impression. Un des volets du digipack reprend sobrement les titres des épisodes. Si les illustrations choisies sont du plus bel effet, on regrettera toutefois le choix d'un gris très terne pour le fourreau qui ne représente pas vraiment l'esprit de la série ainsi que l'absence d'illustrations sous l'emplacement des disques n'abritant qu'une voute étoilée. Les DVD, au nombre de trois, ont par ailleurs la même illustration de Goldorak, celle déjà présente sur le fourreau cartonné. On regrettera le manque de diversité de cette sérigraphie d'autant plus quand on connait le nombre de personnages qui évoluent dans la série et qui auraient eu leur place sur les disques. Un livret reprenant les résumés des épisodes n'aurait pas été non plus de trop.

Les menus ont opté pour des illustrations dans le même style que celles du digipack tout en restant relativement sobres. Le principal est fixe (seule la lumière au dos d'Actarus bouge légèrement de gauche à droite), il entonne une version instrumentale du générique d'ouverture japonais et donne le choix de lire quatre épisodes à la suite, de sélectionner un épisode ou de configurer la langue. Le passage à un sous-menu fait directement basculer la bande son sur l'instrumental du générique de fin japonais. Le menu des épisodes reprend leur titre français et leur numéro, le tout illustré par des fenêtres où défilent des extraits muets. Le choix des langues ne permet que deux options : le français ou le japonais avec sous-titres français imposés. Encore une fois, l'ensemble n'est pas vraiment en adéquation avec l'identité de la série et ne représente pas tout le dynamisme qui s'en dégage.