Accueil > Séries TV > Fantastique > Game of Thrones (Le Trône de fer) > Blu-Ray Game of Thrones (Le Trône de fer) - Saison 2 [Blu-ray] > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Noces Rouges  Integrale
Noces Rouges - Integrale
Sortie : 15/05/19

Eyewitness - Saison 1
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale [B...
Sortie : 22/05/19

Julien Fontanes, magistrat...
Sortie : 06/05/19

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

Noces RougesNoces Rouges EyewitnessEyewitness
Blood DriveBlood Drive Julien Fontanes, magistratJulien Fontanes, magistrat
Graine d'OrtieGraine d'Ortie Hard SunHard Sun
Happy!Happy! Kepler(s)Kepler(s)
The ResidentThe Resident Channel ZeroChannel Zero
Patrick MelrosePatrick Melrose HarlotsHarlots


GAME OF THRONES (LE TRôNE DE FER) - SAISON 2 [BLU-RAY]


Éditeur : HBO
Distributeur : Warner Home Video France

Type : Saison
Origine : zone B
Nombre de disque : 5 (BD-50)
Nombre d'épisodes : 10
Durée approx. : 565 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 5051889363941

Date de sortie en France : 01 mars 2013


AUDIO


Langues : Anglais (DTS-HD 5.1), Castillan (DTS Digital Surround 5.1), Espagnol (DTS Digital Surround 2.0), Français (DTS Digital Surround 5.1), Polonais (DTS Digital Surround 2.0)
Sous-titres : Anglais (mal entendants), Danois, Espagnol, Finlandais, Français, Néerlandais, Norvégien, Polonais, Portugais, Suédois

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 natif
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Création de la bataille de la Néra
Découvrez comment l’épique Bataille de la Néra a pris vie grâce à ce reportage détaillé au cœur des coulisses, avec les acteurs et l’équipe de tournage.
- Les religions des Westeros
L’auteur George R.R. Martin et les créateurs de la série David Benioff & D.B. Weiss décrivent les différentes religions dans Game of Thrones, et comment elles influencent les personnages de Westeros et au-delà.
- Game of Thrones : entre amis
Les acteurs et actrices Emilia Clarke, Kit Harington, Lena Headey, Michelle Fairley et Liam Cunningham détaillent leurs expériences lors du tournage de la Saison 2 à l’occasion d’une table ronde présidée par David Benioff & D.B. Weiss.
 - Commentaires audio
Douze commentaires audio des membres du casting et de l’équipe de tournage incluant ceux de David Benioff, D.B. Weiss, George R.R. Martin, Peter Dinklage, Lena Headey, Michelle Fairly, Kit Harington et bien d’autres.
- Portrait des personnages
Sept nouveaux portraits dont ceux de Renly et Stannis Baratheon, Robb Stark, Theon Greyjoy, et bien d’autres.

Exclusivité Blu-ray :
- La guerre des cinq rois
Suivez les revendications, les stratégies et les personnages principaux impliqués dans la bataille pour le Trône de Fer grâce à ce guide interactif.
- Guide dans l'épisode
Guide dans l’épisode qui apporte des informations sur les personnages, les lieux, ainsi que des anecdotes.
- Histoires et traditions
Découvrez la mythologie de Westeros et d’Essos grâce aux différents points de vue des personnages.

BONUS CACHÉS


- Oeufs de dragons cachés
Trouvez les œufs de dragons cachés pour révéler encore plus de bonus exclusifs.

TOUS LES ARTICLES SUR GAME OF THRONES (LE TRôNE DE FER) - SAISON 2 [BLU-RAY]


27.02.2013 | Game of Thrones: l'hiver revient

TEST DU BLU-RAY

Test rédigé le 25/02/2013 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :

Winter is coming ! Westeros est en pleine guerre afin de destituer le roi Joffrey du Trône de Fer qui n'aurait pas dû lui revenir. Pendant que la Garde de Nuit s'enfonce dans les terres du Nord, Sansa est prisonnière du Roi dont le pouvoir lui monte à la tête et Arya est partie incognito sur les routes rejoindre sa mère. Robb Stark guerroie pour récupérer ses sœurs avec Jaime Lannister pour otage et renvoie Theon Greyjoy en son pays. Mais deux Baratheon réclament également le Trône en utilisant des moyens plus ou moins douteux. Quant à Daenerys, elle erre inlassablement dans le désert avec son peuple et sa nouvelle progéniture. Toutes ces différentes entités ont de nombreuses cartes à jouer qui changeront la donne et la face du Royaume des Sept Couronnes.

Game of Thrones (Le Trône de Fer) continue d'asseoir sa domination dans le monde du petit écran. Son inhérente solidité d'écriture combinée à sa réalisation consciencieuse et inventive en font une valeur sûre qui impressionne sur tous les plans et suscite l'engouement et le respect du public. Le moins que la Warner pouvait faire était de concrétiser une seconde fois ce succès incommensurable en éditant cette deuxième saison dans un coffret digne où sa qualité pouvait attiser la jalousie et surtout continuer de gagner l'estime des fans.

Et c'est chose faite ! Cette édition Blu-ray dévoile une image très classe qui se tient en toute circonstance et qui expose en plein jour un formidable nombre de détails. Les pistes audio assiègent les tympans en version originale comme française grâce à des effets et une spatialisation soignés. L'authoring est toujours aussi bien réalisé et les suppléments entraînent le spectateur très loin dans la mythologie et la réalisation du show. Un must have confirmé dans un bien bel étui doré mais tout de même moins luxueux intérieurement que celui de la zone A.

N.D.R. : Les captures HD comprennent le style des menus (lignes, arrière-plans, ...) mais n'affichent pas tous les textes et autres composants graphiques car, contrairement aux DVD où ceux-ci sont intégrés dans l'image, ils forment ici un élément technique à part ajouté par-dessus l'image. C'est pourquoi vous verrez des emplacements vides et pourrez juger à tort de menus pauvres. A noter également la présence d’une petite barre horizontale en haut de certaines images, créant un décrochage et constituant un léger bug des captures et non des disques.


 

Avis sur l'image : Haut de page

L'essai est transformé pour Warner. Après une édition Blu-ray de la première saison à la qualité technique éblouissante que même un dragon y perdrait ses ailes, nous attendions le même traitement pour ce coffret. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le mot déception peut être brûlé de notre vocabulaire.

C'est une véritable bataille qui s'annonce entre le téléviseur et le spectateur, ce dernier ne pouvant quoi qu'il arrive que subir ses attaques sans jamais broncher. L'écran l'assène sans discontinuer à coups d'images 1080p tournées en numérique et encodées en MPEG-4 AVC (H.264) sous un format 16/9e natif. N'importe qui se laisserait faire et trouverait cette façon de quitter ce monde fort agréable, les yeux littéralement plongés dans un déluge classieux de pixels.

Le travail apporté au visuel n'a de cesse d'étonner pour une série télévisée mais le budget alloué pèse énormément sur la prestance et l'esthétisme des images. Au premier abord, c'est à la photographie que nous le devons. En effet, chaque Maison, chaque lieu possède sa propre gamme de couleurs déclinées autour d'une dominante : le bleu pour le Mur et au-delà, le rouge pour les Lannister, l'orange pour les Dothraki, le vert pour Renly Baratheon, le rose dans la maison de plaisirs, ... De ce fait, nous savons immédiatement où l'on se trouve et ce n'est pas du luxe quand on connaît la complexité du scénario. L'étalonnage chromatique diffère donc d'une scène à une autre et les passages des patrouilleurs du Mur au peuple de Daenerys éblouissent par le choc visuel qu'ils produisent. Le plus étonnant s'avère être que ce traitement ne démoli pas l'authenticité des images, et c'est là toute la subtilité du travail réalisé par le directeur photo et les équipes en postproduction, car les couleurs, mêmes si elles sont plus ou moins poussées et saturées selon les situations, ont toujours une raison d'être et donc paraissent réelles grâce à un éclairage particulier ou un élément de décor filtrant, que ce soient des rideaux de voile coloré devant une fenêtre, un ciel nuageux, un soleil plombant ou au contraire une atmosphère froide et inquiétante. Il ne rajoute qu'une touche d'irréel qui sied à merveille à l'atmosphère se tournant peu à peu vers le fantastique.

 


Le rendu de ce choix esthétique en impose dans ce Blu-ray. L'image pourrait être un personnage à elle toute seule tellement sa présence se fait sentir et impose le respect. La palette de nuances est indescriptible et ne baisse jamais sa garde là ou la postérisation aurait pu être son principal ennemi. Elle se bat sans jamais faiblir et délivre des couleurs de toute beauté, tantôt vives et brutales, tantôt froides et apeurées avec un soin tout particulier apporté à leur saturation et la luminosité afin d'être fidèles à la vision voulue. De plus, les contrastes ne démordent pas et tiennent bon la vague et le vent en toute circonstance. Le tapis rouge leur est déroulé afin que leur puissance se fonde dans les images et attaque la rétine qui n'avait jamais vu ça jusqu'alors et est ravie de travailler pour un aussi bon maître.

 


La précision de l'image ferait justement pâle figure sans cette largesse du ratio de contraste et cet infini panel de couleurs. Le piqué est d'une finesse à toute épreuve tout en conservant un léger bruit vidéo plus que bienvenu afin de donner un aspect cinéma et éviter l'édulcoration de la beauté véritable de la photo. Les plans sont magnifiques, ne seraient-ce qu'au-delà du Mur où les formations neigeuses enveloppent le spectateur par la distinction de leur moindre flocon, sans lissage aucun de la surface. Même constat pour les paysages désertiques dans lesquels sable, cailloux, rochers et montagnes se tirent la couverture sans jamais qu'un d'eux puisse la garder. Tous logés à la même enseigne, c'est un ravissement de voir chaque grain de sable, de distinguer les composants minéraux de chaque rocher grâce à leur couleur ou d'apercevoir chaque anfractuosité de roches plus volumineuses. A propos des visages, ils délivrent une troublante expression de vie face à cette définition robuste et les poils et cheveux n'ont pas besoin de hurler pour avoir leur quart d'heure de gloire. Les intérieurs comme les extérieurs ne déchantent pas et révèlent une multitude de détails dans les objets massifs comme les façades des bâtiments, les arbres, ou plus généralement la nature (la mer, la neige, la végétation, ...), mais aussi dans les accessoires où chacun se tape l'affiche sans jamais baver ses couleurs sur son entourage, scintiller ou moirer façon "j'ai la tremblotte". Il n'y a qu'à voir les amoncellements de denrées sur les tables lors des scènes de repas, les fourrures et textiles divers, les costumes des sauvageons, les décorations des pièces, mais surtout les cottes de mailles, sidérantes de précision, dont chaque fil de fer ne se mélange pas avec son voisin. Et ce sont tous ces détails qui accentuent l'effet de profondeur. La salle du Trône, les couloirs, l'intérieur des tentes, la chambre de Tyrion, le château des Iles de Fer, les forêts, la mer, ... la sensation et la perspective des lieux sont magiques.

 


L'éclairage aurait aussi pu mettre à genoux le rendu visuel mais encore une fois, il n'en est rien. Les scènes sombres sont terriblement bien définies grâce aux contrastes et gardent tout autant leur profondeur. Certains plans sont de véritables œuvres d'art et mériteraient d'être exposés, notamment de splendides clair-obscur. Les feux et les flammes des chandelles donnent des scènes intimistes (maison de Craster, tente de Robb Stark, ...) et subliment les détails dont le petit cheveu rebelle s'échappant d'une coiffure qui s'illumine comme une pièce de musée. Les reflets sur les éléments métalliques insistent également sur une parfaite maîtrise de la compression et toute cette richesse visuelle est encore plus mise en valeur par ces jeux de lumière calculés au millimètre.

 


Qu'il vente, qu'il pleuve, qu'il neige ou que le soleil tape, il n'y a pas de baisse de régime. La qualité suit car l'encodage nous dévoile un débit moyen autour de 30Mbps : naviguant entre 27 et 33Mbps la majorité du temps (et de jour) mais pointant parfois jusqu'à un énorme 45Mbps. Seule ombre au tableau, il arrive que certaines séquences intérieures révèlent une précision bien moindre et pixellisent sans honte en choquant le spectateur. Par exemple, dans l'épisode 3, à partir de 33:45, Cersei et Tyrion discutent sur des images dont le débit passe souvent en dessous des 20Mbps et descend même jusqu'à 15Mbps. Cela s'en ressent terriblement face à la qualité globale mais bien heureusement, ces coups bas restent rares.


                       

Avis sur l'audio : 1Haut de page

La version originale :
C'est encore un festival de toute beauté auquel nous sommes conviés la bouche et les oreilles grandes ouvertes, la première en signe d'admiration et les secondes d'invitation au voyage, inspirant luxe et volupté, le calme étant à enterrer. Au premier abord, la version originale en DTS-HD Master Audio 5.1 est un déchainement auditif à faire hérisser les poils. On monte le son au maximum afin d'apprécier à sa juste valeur le somptueux générique d'ouverture qui a bien évolué dans cette saison et qui fait travailler à plein temps toute la gamme de basses. Après tout, il faut savoir partager et cela permet de lier connaissance avec le voisinage.

Le mixage audio, sans perte, est d'une clarté et d'une richesse sonore incroyables. On se retrouve vraiment au cœur du Royaume des Sept Couronnes et on vit les évènements avec les protagonistes. L'équilibre est très bon, les voix, musiques et bruitages se tiennent dans leurs clous.  Le mélange est un festin royal doté d'une précision hallucinante et d'une fabuleuse rigueur qui nous poussent dans la scène. La puissance délivrée par les cinq enceintes permet au son de s'épanouir pleinement dans la pièce et d'être vécu comme une expérience épique et brutale rarement égalée dans le monde des séries télévisées.

La spatialisation est parfaitement réalisée, les canaux livrant chacun le meilleur d'eux-mêmes comme si leur vie en dépendait, la lame sous le câble audio. Les effets stéréo sont criants de vérité et ceux en profondeur font cracher leur verve aux surrounds de façon à se faire se retourner le spectateur, surpris par la justesse d'une simple porte qui s'ouvre en grinçant ou d'un bébé dragon hurlant dans son dos. Avec l'aide du caisson de basse battant la mesure, tout cet orchestre s'enthousiasme librement pour délivrer des ambiances enveloppantes, des dialogues clairs ainsi qu'une dynamique bien relevée permettant d'appuyer avec un aplomb bien enraciné la douceur des images et la dureté des scènes.

L'action qui se déroule sous nos yeux est pour ainsi dire illustrée par le son, le métal tinte à chaque coup d'épée ou déplacement de soldats en armure, les fers des chevaux assourdis par le sol nous font croire que l'on habite une lice, le son de l'eau et le craquement permanent de la coque des bateaux donnent le mal de mer, et le ballet erratique du vent et des coups de tonnerre inspirent l'envie de se réchauffer autour d'un bon feu que l'on entend crépiter dans tous les sens. Mais tout cela ne serait rien sans la bataille de la baie de la Néra de l'épisode 9. Pierres lâchées, passages de flèches, coups d'épées, chairs étripées, arcs bandés, le réalisme est époustouflant et les effets dévastateurs du feu grégeois font fondre d'émotion, chaque enceinte livrant sa partition en pure harmonie avec les images à l'écran. L'ambiance sonore dans l'Hôtel des Nonmourants (épisode 10) procure également un plaisir monstrueux tellement l'immersion est totale.

La version française :

C'est de nouveau une excellente surprise que l'on se prend en pleine face. A l'instar de la piste du coffret de la première saison, la version française est déclinée en DTS Digital Surround 5.1 mi-débit (768kbps), soit un débit environ 5 fois moindre que celui de la piste originale qui pouvait même faire des pics à 5.2Mbps. Inutile de faire la tête, la qualité est bien là, aussi étonnant que cela puisse paraître. Pour une piste non-HD, la différence est vraiment infime à l'oreille car tous les effets sont présents et sont tout aussi justes et clairs pour rendre ce mixage aussi charismatique que son confrère original. Crépitements des flammes, intempéries, exclamations de la foule, craquements du bois, tintements du métal, passages des chevaux, vos oreilles ne seront pas ménagées et vous remercieront de les traiter aussi bien.

Le doublage, l'adaptation et le sous-titrage :
Déjà très bon dans la première saison, le doublage français ne démérite pas, les nouveaux personnages ayant trouvé la voix qui les met le mieux en valeur. Celle de Richard Castle en Limier est toujours un peu décontenançante à entendre et fait froid dans le dos quand on imagine l'inversion des rôles mais Guillaume Orsat fait de l'excellent travail. Du côté de l'adaptation, point de censure, c'est un florilège de termes crus et de jurons qui donnent le ton sur la qualité de l'adaptation et nous met dans un état de joie non dissimulée. De plus, les registres et niveaux de langage sont conservés et ne dénaturent donc en rien les relations diverses entre les personnages de niveaux hiérarchiques similaires ou différents.

Le sous-titrage français se révèle lui aussi prendre place dans le haut du panier avec une adaptation fidèle à la version originale et également réussie sur les points vus précédemment. Le soin apporté souligne un travail de longue haleine qu'il faut féliciter, tellement la série est riche en dialogues et impose un contexte historique parfois difficile à retranscrire dans une autre langue en restant dans les normes de sous-titrage (nombre maximal de caractères par ligne, de vitesse d'exposition à l'écran, ...) et de doublage (mouvement des lèvres limitant le texte oral).

L'usage et le non-usage des majuscules est majoritairement respecté : dans les appellations et les titres de noblesse ("roi" et "Roi"), les points cardinaux ("nord" et "Nord") et les objets nommés tels que "le trône" et "le Trône de Fer".

Point particulier, il y a des différences de tutoiements/vouvoiements entre le doublage français et le sous-titrage mais comme c'est maintenu, cela ne gêne en rien la compréhension et la façon d'appréhender les relations entre les rôles. Nous avions soulevé lors du précédent test le surnom de Tyrion traduit en "Lutin" dans les sous-titres et en "Gnome" dans le doublage. Ils ont été conservés ainsi et c'est mieux pour la cohérence que de revenir en arrière maintenant.

Il n'y a pas d'erreur de compréhension et vous pouvez donc faire votre choix de langue comme bon vous semblera. Nous notons pour terminer que le traducteur, si c'est toujours le même, a désormais appris comment s'écrivait "héros" et nous l'en remercions vivement. Sinon, "Port Royal" est utilisé une fois dans le sous-titrage à la place de "Port-Réal" et quelques infimes et très rares fautes d'orthographe, oublis ou rajouts de mots dans les sous-titres sont à déplorer, mais rien de bien grave.
 
Des sous-titres sont également disponibles en anglais pour sourds et malentendants, espagnol, castillan, portugais (Brésil), polonais, néerlandais, danois, finlandais, norvégien et suédois.

Récapitulatif technique :
    - Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
    - Français DTS Digital Surround 5.1 768kbps
    - Espagnol DTS Digital Surround 2.0 768kbps
    - Castillan DTS Digital Surround 5.1 768kbps
    - Polonais DTS Digital Surround 2.0 768kbps



Avis sur les suppléments : Haut de page

Tous en haute définition pour la partie vidéo, les suppléments présentés dans ce coffret sont un rêve pour s'enfoncer plus profondément dans le monde de Game of Thrones et éclaircir certains éléments restés brumeux. Les histoires et le guide dont la partie des plans de batailles fournissent des compléments de choix et sont techniquement et graphiquement très bien conçus. Les autres bonus sont tout aussi intéressants, notamment le making-of de la bataille de la baie de la Néra qui nous montre toutes les ficelles techniques de cet épisode très "Gouffre de Helm"-esque. Encore une fois, il est fort dommage que les commentaires audio ne soient pas sous-titrés et le répéter sans cesse commence à devenir lassant.

Arborescence des suppléments


BD 1 à 5 :
Résumés (17:56) : D'une durée d'un peu plus d' 1 minute 30, ils sont en réalité ceux des épisodes précédents, au moyen d'extraits, mais seulement en version originale sous-titrée. Le premier épisode a pour résumé celui de toute la saison 1 de façon très succincte. A noter le sous-titrage anglais incrusté dans l'image pour les répliques en dialecte dothrak mais qui obtient sa traduction française.

Présentations (06:08) : D'environ 37 secondes, chaque épisode propose son trailer, en version originale sous-titrée également. A vous de voir si vous préférez le regarder avant ou après.

Les résumés et présentations des 10 épisodes sont présents sur chaque disque et permettent ainsi de savoir où l'on en était sans devoir tâtonner entre les DVD. Très bien pensé.

Guide de l'épisode : Si l'on sélectionne ce guide au lancement de l'épisode, une barre (qui peut se faire discrète en transparence si besoin) constituée de quatre icônes apparaît sur la droite :
- "Personnages" donne accès à une très brève biographie, évolutive au cours de l'histoire, des personnages de la scène en cours.
- "Lieu" permet de situer l'action de la scène se déroulant à l'écran avec carte et descriptif du lieu.
- "Histoire" : Quand l'icône se met à clignoter, elle donne accès à une des histoires racontées dans "Histoires & Traditions" mais seulement si elles ont été évoquées dans l'intrigue. Les autres sont simplement décrites en quelques lignes mais non accessibles par ce biais.
Ce guide est un véritable point fort face à la complexité de la série et permet d'avoir les informations les plus pertinentes aux bons moments et accessibles immédiatement.

Commentaires audio : Ce sont 12 commentaires audio qui se partagent sur 9 épisodes. Seul le cinquième n'en a pas et les 3, 9 et 10 en ont chacun deux. Comme à l'habitude, ils sont non sous-titrés donc réservés à une élite anglophone. Ils réunissent une grande partie des équipes, allant des acteurs comme Peter Dinklage, Emilia Clarke et Rose Leslie, aux responsables des effets spéciaux, en passant par l'auteur des livres George R.R. Martin, divers scénaristes, réalisateurs et évidemment les producteurs exécutifs David Benioff et D.B. Weiss. Les enfants Stark (Maisie Williams, Sophie Turner et Isaac Hempstead-Wright) avaient déjà fredonné à leur façon le générique d'ouverture lors d'un commentaire audio de la première saison, ils réitèrent la performance aujourd'hui avec un rap qu'ils font sur celui du troisième épisode.

BD 1 :
Portraits des personnages (15:40) : Dans des séquences d'un peu plus de 2 minutes, 7 personnages – dont 4 nouveaux par rapport à ceux présents dans ce module sur l'édition précédente – se dévoilent à l'aide de prises durant le tournage et d'interviews afin de mieux dresser leur portrait et de définir leur évolution et leurs buts dans cette saison. A éviter avant d'avoir entamé une bonne partie des épisodes pour ne pas trop lever le voile sur les évènements.

BD 5 :
La Guerre des Cinq Rois : Ce module est l'équivalent du Guide complet de Westeros qu'il y avait dans le coffret de la première saison, mais cette fois-ci accessible seulement dans le cinquième disque. Le Guide de l'épisode n'y étant donc plus relié mais proposant des informations plus succinctes. Illustré de magnifiques animations dans ses transitions, présentant bannières et cartes, on se balade littéralement sur les terres du continent à l'aide de changements de points de vue et de perspectives bien menés dotés d'effets graphiques de couleurs stylisés qui modifient la carte en conséquence. Il fait office d'encyclopédie (ou compendium) indexée par les 7 forces ou prétendants au Trône, très agréable et pratique à parcourir. La musique n'est pas présente, simplement une ambiance afin de lire dans le calme sans boucler un thème qui pourrait nous barber. Chaque force contient de 3 à 6 parties suivant le cas :
- "Présentation" introduit le peuple ou le chef de file à l'aide d'une rapide présentation.
- "Personnages" est un guide très complet des personnages avec photo et descriptif à l'appui, classés par leur origine (noblesse, petit peuple, ...) ou leur lien.
- "Régions" permet grâce à la liste des zones de découvrir plus précisément la situation du lieu de son choix sur la carte et d'en trouver une brève description écrite.
- "Armées" fournit un bref descriptif des forces armées.
- "Religion" met l'accent sur les croyances religieuses.
- "Plans de bataille" est le gros morceau de ce guide. Il illustre royalement les plans de bataille des différentes forces ou plus généralement les évènements militaires et politiques passés depuis le début de la série, point par point. Chacun d'eux est accompagné par de merveilleux dessins, un texte descriptif ainsi que des animations sur la carte montrant le déplacement des troupes, l'emplacement des forces avec des effets de relief comme si l'on suivait un véritable plan de bataille, avec des pions sur une carte. Une source intarissable d'informations éclairant d'une façon magistrale bien des aspects de la série. Et suivre la logique militaire des différentes Maisons est un régal pour quiconque apprécie la stratégie.
La sélection se fait par le même type de menu que le principal, sur une bande en haut, sauf que ce sont des icônes qui permettent de choisir entre les différentes parties, les étendards sont toujours là pour présenter les listes. C'est donc un total de 7 présentations, 82 fiches personnages, 35 régions, 5 descriptifs des armées, 5 pour les religions et 58 plans de batailles animés et illustrés que ce guide nous offre.

Histoires & Traditions (1:04:39) : Supplément vidéo passionnant qui regroupe 19 histoires narrées par les personnages évoquant les évènements passés tels que les guerres, les histoires des Maisons, la mythologie, les lieux ou encore les peuples afin de mieux s'imprégner de la culture et du background de Westeros et d'Essos, mais surtout de mieux comprendre l'histoire de différents points de vue. Ce module lève le voile sur énormément de points flous non abordés dans la série, surtout pour les non-lecteurs des livres. De plus, les récits sont illustrés par des croquis à moitié animés, entre storyboards et dessins animés, et ce travail d'artiste est excellemment bien réalisé, surtout avec les bruitages, l'ambiance sonore et la voix des personnages que l'on connaît bien. Le menu n'est pas agrémenté de musique mais propose des arrière-plans croqués comme dans les histoires. Toujours très beau, il fonctionne comme tous les autres menus, avec l'étendard déroulé sur la gauche.

La création de la bataille de la baie de la Néra (31:16) : La bataille de la baie de la Néra devait se faire à l'écran car il n'y en avait pas eue dans la première saison. Tous les moyens ont donc été déployés afin d'en créer une d'anthologie. La haute définition a obligé les techniciens à fournir une multitude de détails et une excellente finition pour que chaque élément soit crédible à l'écran. Nous allons voir comment ont été réalisé les bateaux, le feu grégeois, la gigantesque explosion, les cascades ainsi que tous les effets spéciaux qui y sont liés. Puis nous irons sur terre pour le débarquement des troupes et la bataille qui a mêlé 250 figurants et fait travailler sans relâche de nombreuses petites mains pour rendre cette guère la plus réaliste possible.

Game of Thrones : Entre Amis (24:03) : David Benioff et D.B. Weiss président une séance de table ronde entourée par Emilia Clarke, Kit Harington, Lena Headey, Michelle Fairley et Liam Cunningham dans laquelle ils évoquent leurs expériences, le développement de leurs personnages, leurs relations ou encore l'intrigue. Enrichissante, intéressante et dynamique, la discussion nous permet en plus de voir les acteurs sous un autre jour et d'admirer Emilia Clarke dans sa couleur capillaire naturelle.

Les Religions de Westeros (07:35) : George R.R. Martin, David Benioff et D.B. Weiss font le tour des différentes religions pratiquées sur Westeros : celle des anciens dieux, des sept dieux, du Dieu Noyé et du Maître de la Lumière. Ce supplément est idéal pour mieux comprendre les tenants et aboutissants religieux des personnages et l'influence que ces croyances peuvent avoir sur eux.

BD 2, 3, 5 :
Bonus cachés "Œufs de dragons" (06:08) : Dans les menus se cachent des œufs de dragons vous permettant d'accéder à des séquences exclusives et vraiment importantes. Ils sont un peu plus faciles à dénicher que ceux du précédent coffret mais il va falloir faire preuve de patience et d'abnégation. Quatre ont pour l'instant été trouvés (le temps total n'est donc pas exhaustif) mais il y en a peut-être d'autres.

N.D.R. (Rappel) : Les captures HD comprennent le style des menus (lignes, arrière-plans, ...) mais n'affichent pas tous les textes et autres composants graphiques car, contrairement aux DVD où ceux-ci sont intégrés dans l'image, ils forment ici un élément technique à part ajouté par-dessus l'image. C'est pourquoi vous verrez des emplacements vides et pourrez juger à tort de menus pauvres.

                       

Avis sur le packaging : Haut de page

En tout point identique à celui de l'édition précédente, le coffret est très beau et ne dépareille pas mais nous regrettons toujours de ne pas bénéficier du même produit que nos amis de la zone A. Côté authoring, c'est un régal et surtout un sans faute : menus, visuel, musique, navigation, praticité, tout est au summum de l'intelligence. Pour les détails, veuillez vous reporter à la suite.

Le packaging extérieur :
Esthétiquement parlant, c'est encore un trésor que l'on a l'impression d'avoir entre les mains. Le coffret est à l'intérieur d'un fourreau en carton mince (ouvert verticalement) reprenant le visuel de la Couronne du Roi et se situe sur la même ligne éditoriale que son prédécesseur. Il installe un fond d'un noir solide et arbore une bande dorée afin de rester fidèle aux tons graphiques de son illustration. Ladite couronne reflète des guerriers en plein combats et propose un relief et une brillance très bien rendus, de même que le titre de la série, placé au-dessus et également sur la tranche. Quand un produit est bien fini, c'est fou ce qu'une couleur dorée peut le rendre séduisant et luxueux. Mais l'on se demande surtout comment sera le prochain coffret après le premier qui brillait en argent et celui-ci en or. Au verso, même constat auquel Warner nous avait habitués : six photos des personnages trônent au-dessus du synopsis, des spécificités et de la liste du contenu.

Le packaging intérieur :
A l'intérieur de cette "boîte à bijoux", nous retrouvons exactement le même principe que celui de son confrère : un autre fourreau ouvert sur la tranche et non localisé, "The complete second season" étant inscrit sur la face et la tranche. Egalement noir mais cette fois-ci mat et en carton rigide, l'étui reprend les armoiries en gris des six prétendants au Trône avec le titre de la série sur le recto et une petite illustration dudit Trône de dos au verso, le même verso que celui du premier coffret.

Le boîtier et les disques :
On tremblait dans l'espoir de découvrir notre précieux digipack mais on pouvait déjà se douter du résultat par l'épaisseur du coffret... On hurle donc de colère de ne pas retrouver le magnifique objet pourtant édité en zone A et que les sites marchands français nous montrent fièrement en lieu et place du véritable produit. La déception est donc grande mais l'on se rassure en se disant que l'on est au moins en accord avec le coffret de la saison précédente. L'harmonie ne sera donc pas bafouée. Mais pourquoi ce traitement plus cheap en France ? Pourquoi ne pas soigner l'intérieur autant que l'extérieur alors que le digipack sans aucun texte peut-être tiré également pour toute l'Europe et le reste du monde sans changer le modèle de fabrication ? Une question de coût sans nul doute...

Comme lot de consolation, un boîtier bleu légèrement plus épais que la normale, comme fait habituellement Warner pour ses coffrets séries en Blu-ray. La jaquette reprend celle du fourreau  externe et reste blanche à l'intérieur. La colorer en noir aurait été plus judicieux mais passons. Les 5 disques sont fixés par des volets mais ont été oubliés au niveau de la sérigraphie car ils sont simplement noirs et inscrits des informations habituelles.

Un petit dépliant en 2x4 parties accompagne le boîtier en proposant tout d'abord une liste des bonus au dos ainsi qu'une présentation des différents prétendants au Trône en dépliant une première fois. Les Greyjoy n'y sont d'ailleurs bizarrement pas. Ensuite, chaque épisode obtient une description à l'aide de son titre, une photo, les intervenants des éventuels commentaires audio et un synopsis concis façon télégraphe que l'on pourra retrouver dans le menu de sélection. En ouvrant complètement le dépliant, la carte de Westeros et d'Essos s'offre à nous, bien plus large que celle du précédent coffret car nous allons découvrir plus de paysage dans cette saison.

Le démarrage et le menu principal :
Tout vient à point à qui sait attendre. Il faut donc faire preuve de patience avant de commencer la lecture de la série entre écrans d'avertissement, de présentation et de chargement, ces derniers étant illustrés par un arbre au tronc blanc et feuilles pourpres, le barral, que l'on avait déjà vu dans le coffret précédent. En revanche, le temps de chargement est plus court sur les disques suivants car des données doivent sans doute rester en mémoire après avoir été chargées depuis la première galette.

Nous arrivons ensuite au menu principal en 1080p, fonctionnant sur le principe déjà bien connu et dont il n'y avait aucune raison de changer. Nos oreilles sont déjà bien loties car un thème musical en DTS Digital Surround 5.1 mi-débit démarre et nous fait déjà apprécier la série avant même la vision des épisodes. Les basses entrent en scène et pendant ce temps, des extraits faisant guise de présentation des forces prétendantes au Trône se succèdent dans des fondus fluides symbolisés par les drapeaux des Maisons. Le menu change alors de couleur en conséquence.

Description des menus de sélection :
Tout en discrétion sur le haut de l'écran se trouve le menu de sélection, en horizontal, les différents choix remplaçant le premier de la liste à chaque pression des touches droite ou gauche. Nous avons donc la lecture consécutive, la sélection des épisodes, l'audio, les sous-titres et les bonus. Lors des sélections, un étendard vertical se déplie pour afficher les informations ou les nouveaux choix. Si besoin, un second se déroulera à côté afin d'accueillir une description (les bonus notamment). La liste des épisodes comprend le numéro, le titre, le staff, un synopsis et le choix de le lancer normalement, avec le guide ou un commentaire audio. De plus, un résumé et une présentation vidéo de chaque épisode est ajouté au menu. Ce dernier est identique sur tous les disques donc si vous lancez une séquence qui ne se trouve pas sur le support actuellement lu, le système vous demandera d'insérer le disque # et lancera directement ce que vous aviez choisi quand vous changerez de galette. A user et abuser pour éviter la longueur des messages et chargements d'avant-menu.

La navigation s'avère très agréable et intuitive, d'autant plus que la réalisation technique du menu a été pensée dans les détails, déroulant et repliant les étendards dans le bon ordre et revenant au choix lors d'une annulation ou passant au suivant lors de consécutivité entre les modules.

Le gros point noir de l'authoring vient du fait qu'il n'y ait pas de mémorisation de piste. Si l'on stoppe complètement la lecture du disque, la prochaine recommencera au tout départ, que ce soit sur platine salon ou sur PC.

N.D.R. (Rappel) : Les captures HD comprennent le style des menus (lignes, arrière-plans, ...) mais n'affichent pas tous les textes et autres composants graphiques car, contrairement aux DVD où ceux-ci sont intégrés dans l'image, ils forment ici un élément technique à part ajouté par-dessus l'image. C'est pourquoi vous verrez des emplacements vides et pourrez juger à tort de menus pauvres.