Accueil > Série animée > Japanimation > Albator 78 > DVD Albator 78 - L'intégrale (VOST) > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Noces Rouges  Integrale
Noces Rouges - Integrale
Sortie : 15/05/19

Eyewitness - Saison 1
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale [B...
Sortie : 22/05/19

Julien Fontanes, magistrat...
Sortie : 06/05/19

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

Noces RougesNoces Rouges EyewitnessEyewitness
Blood DriveBlood Drive Julien Fontanes, magistratJulien Fontanes, magistrat
Graine d'OrtieGraine d'Ortie Hard SunHard Sun
Happy!Happy! Kepler(s)Kepler(s)
The ResidentThe Resident Channel ZeroChannel Zero
Patrick MelrosePatrick Melrose HarlotsHarlots



Achetez-le sur


ALBATOR 78 - L'INTéGRALE (VOST)


Éditeur : TF1 Vidéo
Distributeur : TF1 Vidéo (Distribution)

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 6 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 42
Durée approx. : 840 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3384442251631

Date de sortie en France : 03 octobre 2012


AUDIO


Langues : Français (Mono), Japonais (Mono)
Sous-titres : Français imposés sur la version originale

VIDÉO


Format : 1.33 - 4/3
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Interview exclusive de Leiji Matsumoto le créateur d’Albator

NOTES


Le coffret a un effet lenticulaire

TOUS LES ARTICLES SUR ALBATOR 78 - L'INTéGRALE (VOST)


03.10.2012 | Albator se restaure du fond de la nuit d'or

TEST DU DVD

Test rédigé le 09/11/2012 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :

Est-il encore utile de présenter Albator (Harlock ou Herlock), ce mythique pirate affichant une cicatrice sur son visage et naviguant par-delà l'espace à bord de l'Atlantis (l'Arcadia) pour sauver la Terre du peuple des Sylvidres (Mazones) accompagné par son équipage qui restera dans les mémoires ? Leiji Matsumoto avait fait fort en 1978 et ses personnages ont enchaîné une pléiade de séries. Son style reconnaissable et inimitable en a fait un fleuron dans le monde de l'animation.

Difficile de juger cette édition d'Albator 78 tant on croyait que l'on allait enfin pouvoir bénéficier d'une véritable version intégrale, c'est-à-dire sans les censures faites à l'époque pour la diffusion télévisée française. Force est de constater qu'elles sont toujours présentes mais jamais on nous avait confirmé ou infirmé la chose. Alors même si la déception est grande, le bonheur d'écouter la piste originale avec un sous-titrage fidèle et ses musiques symphoniques l'atténue fortement. L'image remasterisée est juste un brin meilleure que celle des éditions déjà sorties par AK Vidéo depuis 10 ans. Le packaging est agréable mais se repose toujours sur la même image et les menus sont tout juste classiques. Quant au supplément, il vaut son pesant de piraterie.

En résumé, pour les éditions zone 2, si vous vous fichez de la version originale et que vous avez déjà la version AK Vidéo de 6 DVD, il n'est pas utile de repasser à la caisse. Pour tous les autres, vous savez ce qu'il vous reste à faire car ce coffret reste le plus abouti en France. Nous sommes encore loin de la perfection et d'une véritable version intégrale mais les choses avancent et nous espérons que ce chef d'œuvre de l'animation qui aura marqué plusieurs générations aura un jour droit à une édition rendant véritablement hommage au fabuleux travail de Leiji Matsumoto. Wait and see !

Remerciements :
    - le site
Albator SSX (captures japonaises et comparaison avec une édition AK Vidéo),
    - le site
Captain Herlock (liste des scènes censurées),
    - Asakura (informations et captures de l'édition AK Vidéo de 4 DVD)
.

 

Avis sur l'image : Haut de page

L'image est évidemment en 4/3 et pour une série de presque 35 ans, elle s'en tire vraiment bien. Pour les habitués des séries d'aujourd'hui, il est évident qu'elle a vieilli et possède toujours, malgré les nouveaux masters, des défauts de grains, de fourmillements, de tremblements, de voile, de points blancs, de couleurs (chroma noise, ...) et d'animation, notamment dans la rémanence lors des défilements rapides sur les dessins. Mais peu importe, et même heureusement, car la série n'est pas dénaturée. Elle conserve tout son charme et évite l'écueil trop répandu du lissage ou du traitement de façon bâclé par un réducteur de bruit mal réglé.

Si l'on prend cette édition comme telle, sans la comparer avec les précédentes, la qualité est tout à fait bonne, soulignée par un peu de grain, des contours nets et précis sans trop l'être, des couleurs passablement un peu ternes mais plutôt fidèles et des contrastes tout à fait acceptables. Pour une édition remasterisée, la qualité d'image est au rendez-vous et n'a de toute façon plus rien à voir avec celle des premières éditions dotées des masters d'époque.

Avant toute chose, il faut savoir que la série a été censurée en France et que depuis une dizaine d'années, des versions remasterisées de 4 à 6 DVD sont déjà sorties sous le joug de AK Vidéo.

Le premier point à souligner est la conservation de la censure. En effet, à l'époque de sa diffusion française, Albator 78 a été censurée à la truelle, créant maladresses et incompréhensions, sur des passages comportant de la violence physique ou verbale, de la nudité, des problèmes de barrière de la langue (traduction, écritures, ...) ou alors simplement "comme ça", sans raison apparente. Pour cette nouvelle édition, TF1 Vidéo a reçu de la Tôei les masters vidéo et audio déjà censurés donc lesdites censures se retrouvent en VO comme en VF. De ce fait, nous déplorons également l'absence du second générique dans la deuxième partie de l'anime ainsi que des jikai (teaser de l'épisode suivant) dans les deux langues. Ces informations prises en compte, il s'avère donc que le "L'intégrale" estampillé sur le packaging a plutôt le sens d'intégrale de la série que celui de série en version intégrale, ce qui n'a rien à voir. Nous pensions que la venue pour la première fois de la version japonaise amènerait les masters complets, mais en fait, ce sont simplement les mêmes épisodes que diffusés à l'époque – sans parler de la technique – et édités maintes fois, mais avec la bande son japonaise en plus.

Pour résumer le rendu de l'image, il s'agit d'un mélange entre celui de l'édition japonaise et celui des anciennes éditions remasterisées AK Vidéo. Dans ces dernières, le grain avait été atténué, les couleurs plus saturées, délavées et surtout dénaturées par une balance colorimétrique des plus singulière, un petit filtre de flou avait été ajouté et les contrastes trop poussés faisaient souffrir les détails. Le problème majeur résultait du fait que les bleus trop saturés masquaient parfois complètement les nuances de vert qui tiraient donc vers le bleu. Dans cette nouvelle édition, c'est encore le cas mais de façon un peu plus atténuée. Certaines teintes de vert ressemblent toujours plus à des bleus mais les couleurs moins saturées sont plus fidèles à celles de l'édition originale, même si le chemin à parcourir est encore long pour l'égaler.

Captures de l'édition japonaise (à gauche), AK Vidéo de 4 DVD (au centre) et TF1 Vidéo (à droite)

Parallèlement à cela, et par rapport au coffret de 4 DVD des éditions AK Vidéo sorti en 2008 (notre base pour les captures mais le master est le même pour toutes les éditions de AK Vidéo), on gagne en définition grâce à une image plus précise et détaillée, des dégradés plus propres, mais on a un très léger effet de zoom car l'image visible a bizarrement perdu environ 5% de sa taille (de 12 à 15 pixels de chaque côté), et c'est sans compter le découpage vertical déjà effectué depuis la version japonaise.
Captures de l'édition AK Vidéo de 4 DVD (à gauche) et TF1 Vidéo (à droite)

En conclusion, les détenteurs d'une version AK Vidéo de 6 DVD ne verront guère de différence. En revanche, ceux possédant les éditions 4 ou 5 DVD trouveront ici une image moins compressée et donc plus fluide et propre dans sa tenue et son animation.

                   

Avis sur l'audio : 1Haut de page

Les pistes audio française, et pour la première fois japonaise, sont mixées en mono et accusent aussi leur âge... nous n'irons pas le leur reprocher. Les deux sont parfaitement audibles même si la piste originale sonne un peu plus étouffée que son homologue française. C'est une révolution de retrouver la bande son japonaise et c'est le principal intérêt de ce coffret.

A l'époque, l'adaptation de la piste française prenait en général des libertés plus ou moins énormes qui tombaient bien souvent à côté de la piste originale et Albator 78 n'est pas une exception. Les nostalgiques apprécieront, ne serait-ce que pour la voix du grand Richard Darbois, qui avait également doublé Bruce Wayne dans l'excellent Batman : The Animated Series, et de ce fait, il est toujours drôle de l'entendre parler d'Alfred (Toshirô). Les autres se délecteront de cette nouvelle piste pour les raisons qui suivent.

Tout d'abord, les superbes musiques symphoniques de Seiji Yokoyama ainsi que les chants qui avaient été supprimés ou remplacés en version française ne sont évidemment pas revenus comme par magie sur cette piste française d'époque. Mais avec la version originale, c'est un pur bonheur de redécouvrir la série sous ce jour nouveau car l'émotion et l'intensité y sont plus intenses, l'anime prenant presque une dimension épique avec ces nouvelles mélodies.

De plus, les noms propres sont tous modifiés en version française, même le nom du vaisseau, et les Mazones ne passent pas entre les mailles du filet puisque renommées en Sylvidres. Sur ce point, ce pourrait être une bonne adaptation puisque ce nom évoque aussi le monde végétal mais outre cela, le terme "Mazone" renvoyait également aux Amazones et donnait l'image d'un peuple de femmes guerrières que "Sylvidre" ne donne pas. Pour tous les autres noms, il était habituel à l'époque de supprimer les consonances japonaises et le cas le plus connu restera bien entendu l'immense, l'énorme, le grand Ryô Saeba renommé intempestivement en Nicky Larson dans la série éponyme (City Hunter en version originale).

Les studios Sanjûshi ont fait un excellent travail pour l'adaptation du sous-titrage français, dégageant ainsi une immersion et une fidélité plus grande à l'œuvre originale. Nous allons nous répéter mais on redécouvre totalement la série. Les chants ont été traduits mais malheureusement pas les génériques.

Il est également dommage d'avoir conservé les crédits français dans les génériques. Entendre la piste japonaise et y voir les noms de Didier Barbelivien et d'Eric Charden donne un petit rictus, mais comme déjà nous n'avons pas eu droit à la version non censurée, nous aurions au moins pu bénéficier des génériques originaux et ainsi profiter des crédits japonais et surtout du second opening.

A noter que les pistes audio et de sous-titres peuvent être changées à la volée sur ordinateur mais pas sur lecteur de salon.

   

Avis sur les suppléments : Haut de page

L'interview de Leiji Matsumoto est d'un intérêt indéniable tant on apprend sur ce grand homme. Cependant, nous aurions aimé avoir les génériques crédités en japonais et même retrouver les bonus des anciennes éditions tels que la galerie de croquis mais surtout l'interview du même Leiji Matsumoto réalisée pour les 30 ans de la série.

DVD 6 :
Interview de Leiji Matsumoto au Festival d'Annecy du 10 juin 2011 (26:24) : Superbe entrevue avec Leiji Matsumoto, coiffé de son petit bonnet de pirate, d'abord en public puis en tête-à-tête sur fond blanc. Il nous révèle des anecdotes sur sa vie, son œuvre en général, l'origine de l'histoire de Harlock et de son nom, mais aussi le message qu'il véhicule dans ses créations, sa vision de l'avenir ou encore la façon de transposer le manga en série télévisée. Il nous apprend également qu'il a dessiné les femmes de ses œuvres avec des cheveux longs afin de cacher la nudité et éviter la censure, et qu'en tant que fan de musique classique, ça l'a inspiré pour les compositions de la série. S'il savait ce que l'on en a fait en France.

   

Avis sur le packaging : Haut de page

Le coffret est plutôt sympathique mais l'on regrettera que TF1 Vidéo n'ait pas gardé le premier visuel présenté. L'édition comprend 3 boîtiers slim double dans un fourreau cartonné. Sur sa proue, une illustration à effet lenticulaire du Capitaine balafré, tenant le gouvernail face à nous, comme si le coffret était son vaisseau. Derrière lui se trouve l'emblème pirate sur un fond noir. Même si visuellement parlant, cela aurait pu être plus fourni, l'effet de profondeur est bien réalisé sur quatre plans (gouvernail, cape, Albator, emblème) et nous suit à gauche comme à droite. A la poupe du coffret, nous revenons en territoire connu avec les crédits de la série, le synopsis, la présentation de l'édition en gros caractères jaunes ainsi que l'illustration principale d'Albator qui est reprise du devant en ajoutant les autres personnages, le tout sur fond étoilé et drapeau pirate qui flotte. Au moins, ça change du drapeau américain.

Côté jaquettes, même chose. On reprend l'image du coffret et au dos, on ajoute la liste et le synopsis de tous les épisodes avec une photo d'Albator de profil et de l'Atlantis. Ce changement d'illustration sera de courte durée car la sérigraphie des DVD reprend encore la même et le dos des jaquettes est resté blanc. Au total, nous avons donc 11 fois la même image d'Albator dans tout le coffret alors qu'il y avait matière à varier un peu plus. Dommage.

Les menus sont assez basiques mais ont le mérite d'être animés. Le principal entonne le générique japonais et nous donne le choix entre les épisodes, leur lecture consécutive, la configuration de la langue et les éventuels suppléments. Le sous-menu des épisodes les présente sous forme d'un extrait, du numéro et du titre français par pages de 4. Chaque transition depuis le menu vers un sous-menu lance une animation de tir de l'Atlantis et relance la musique du générique japonais d'ouverture ou celle de fin suivant le cas. Les illustrations du packaging sont également reprises dans les sous-menus alors que le principal fait dans l'inédit en affichant sur la gauche une image d'Albator avec un autre personnage, différent sur chaque disque. A sa droite, des extraits défilent alors que le titre apparaît en haut.