Accueil > Séries TV > Drame > FBI : Duo Très Spécial > DVD FBI : Duo Très Spécial - Saison 2 > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Noces Rouges  Integrale
Noces Rouges - Integrale
Sortie : 15/05/19

Eyewitness - Saison 1
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale [B...
Sortie : 22/05/19

Julien Fontanes, magistrat...
Sortie : 06/05/19

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

Noces RougesNoces Rouges EyewitnessEyewitness
Blood DriveBlood Drive Julien Fontanes, magistratJulien Fontanes, magistrat
Graine d'OrtieGraine d'Ortie Hard SunHard Sun
Happy!Happy! Kepler(s)Kepler(s)
The ResidentThe Resident Channel ZeroChannel Zero
Patrick MelrosePatrick Melrose HarlotsHarlots



Achetez-le sur



FBI : DUO TRèS SPéCIAL - SAISON 2


Éditeur : 20th Century Fox
Distributeur : Fox Pathé Europa

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 4 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 16
Durée approx. : 672 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3344428050672

Date de sortie en France : 26 septembre 2012


AUDIO


Langues : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
Sous-titres : Anglais, Français

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 anamorphique (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Commentaires des épisodes par le créateur et les acteurs
- FBI : Duo Très Spécial vs Burn Notice : la rivalité des scénaristes
- Cool Willie
- Anatomie d'un épisode
- Scènes inédites
- Bêtisier

TOUS LES ARTICLES SUR FBI : DUO TRèS SPéCIAL - SAISON 2


26.09.2012 | FBI : Duo Très Spécial : 2e évasion
29.08.2012 | FBI : Duo Très Spécial de sorties

TEST DU DVD

Test rédigé le 19/07/2013 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :

Après les tragiques évènements de la saison dernière, Neal se retrouve de nouveau derrière les barreaux. Mais le bagne sera de courte durée car Peter arrive à réitérer son ancien accord afin qu'ils puissent refaire équipe. Le tandem en selle, de nouvelles affaires se profilent mais Neal cherche en parallèle à récupérer la boîte à musique pour faire toute la lumière sur cette intrigante histoire.

C'est reparti pour le duo de chic et de choc dans cette seconde saison de 16 épisodes où une petite nouvelle fera son entrée sous les traits de la délicieuse Hilarie Burton : Sara Ellis, enquêtrice pour les fraudes à l'assurance. Toujours aussi smart et palpitante, FBI : Duo très spécial entraînera nos personnages vers une surprise inattendue qui devrait radicalement changer la donne pour la saison prochaine.

Sous couvert d'un packaging esthétiquement à la hauteur de la série, l'authoring de cette édition est trop basique mais son intérêt réside dans la prestance de ses pistes audio et son image légèrement tape-à-l'œil. Les suppléments complètent d'une belle façon le coffret mais en dérober un peu plus n'aurait pas été du luxe.

 

Avis sur l'image : Haut de page

La photographie léchée de Russell Lee Fine renvoie à l'écran une élégance en adéquation parfaite avec le thème, changeant radicalement des séries aux meurtres sales dans des ruelles mal éclairées où le loup peut surgir à chaque instant de l'ombre ou des bouches d'égout fumantes. Les white collars, c'est la classe incarnée et le directeur photo nous le fait bien sentir avec toutes ces prises de vue de New York et ces décors très "béton" mais jamais froids grâce au soin consacré à l'esthétique.

On ne va pas se leurrer car excepté du bruit vidéo visible dans les zones sombres – certaines scènes nocturnes pouvant en être envahies – ou nécessitant beaucoup de lignes sur une surface réduite telles que les buildings et toutes leurs fenêtres, l'image est vraiment propre et transpire quasiment le snobisme. Il reste cependant regrettable que la version haute définition n'ait pas été éditée pour nous en mettre encore davantage plein les mirettes.

Même si le bleu, le noir, le blanc et toutes leurs déclinaisons forment la majeure partie de la palette chromatique de la série, l'image est toujours rehaussée par une couleur plus vivante faisant office de cerise sur le gâteau. L'éventail de teintes est par conséquent infiniment large sans jouer sur les artifices de saturation car les contrastes font ressortir un maximum de nuances dans les tons clairs comme dans les foncés.

                       

Avis sur l'audio : 1Haut de page

Des pistes en Dolby Digital 5.1 sont disponibles en anglais comme en français. Bien que cela devrait être le standard depuis bien longtemps, c'est encore trop rare pour ne pas que l'on soit émerveillés. Identiques du point de vue technique, les bandes sonores délivrent une excellente clarté et un équilibre dynamique entre le placement des voix, la musique et les bruitages environnants.

Nous voilà donc téléportés en plein cœur de Big Apple assaillis par l'ambiance qui s'en dégage, parfaitement restituée par les canaux avant comme arrière. Si l'on s'imprègne pleinement de l'environnement extérieur composé notamment de son trafic et ce qui en découle – ça klaxonne à tout va –, les intérieurs reluisent tout autant dans des atmosphères plus feutrées mais aussi bien spatialisées : les portes qui se ferment dans son dos font toujours leur effet.

En français, le doublage est de grande qualité et fidèle à la langue originale, tout comme le sous-titrage qui dénote une adaptation soignée.

Les sous-titres – également disponibles en anglais et néerlandais – et les pistes audio ne peuvent se changer à la volée. Il vous faudra repasser par le menu et relancer l'épisode par le lien "Retour à l'épisode" qui vous replacera à l'endroit où vous vous étiez arrêté.

   

Avis sur les suppléments : Haut de page

Toujours adepte des commentaires non sous-titrés, la Fox a glissé des suppléments tantôt instructifs comme l'"Anatomie d'un épisode", tantôt drôlissimes comme "La rivalité des scénaristes". Cela reste très plaisant à regarder mais léger en terme de quantité.

DVD 1 :
Scènes inédites (08:04) : 7 scènes coupées s'enchaînent après une indication sur l'épisode (6 en tout) duquel elles ont été tirées. Elles sont toujours intéressantes et font guise de valeur ajoutée à l'intrigue, particulièrement celle relatant la première rencontre entre Peter et Sara ainsi que la dernière avec Peter dans de beaux draps.

Bêtisier (04:56) : Le bêtisier est toujours présent pour nous faire rire en montrant les acteurs occupés à gaffer, à s'amuser ou même à imiter R2-D2. L'ambiance sur le plateau est au beau fixe et très communicative.

A noter que les deux suppléments de ce disque sont en basse résolution.

DVD 2 :
La rivalité des scénaristes (11:18) : Jeff Eastin, créateur de FBI : Duo très spécial, et Matt Nixx, celui de Burn Notice, partagent pour leurs séries le même studio et la même chaîne : USA Network. Se connaissant depuis la fin du tournage du pilote de Burn Notice, ils nous proposent une petite guéguerre entre leur progéniture. Dans un premier temps, Jeff Eastin et son équipe charrieront Burn Notice (05:24), puis Matt Nix et la sienne se chargeront de la revanche (05:54). Héros, look, thème, cascades, filles, scénarios, tout sera passé au crible et deviendra un moyen de donner un coup à son adversaire avec une mauvaise foi des plus hilarantes.

DVD 3 et 4 :
Commentaires audio : Jeff Eastin, le créateur de la série, intervient sur les épisodes 9, 11 et 16 accompagné des principaux acteurs. Si vous comprenez bien l'anglais, vous devriez pouvoir récolter bon nombre d'informations croustillantes mais le cas échéant, vous pouvez oublier ces commentaires car ils ne sont pas sous-titrés, comme toujours sur les éditions de la Fox.

DVD 4 :
Anatomie d'un épisode (12:23) : Dans ce supplément, la majeure partie du processus de fabrication d'un épisode, en l'occurrence le dernier, est présentée. De la germination des idées dans le bureau des scénaristes à l'accord de la chaîne, du repérage des extérieurs à l'installation des rails pour la caméra et des déviations pour le trafic routier, en passant par la conception des décors, nous avons un bon aperçu de l'organisation globale de la machinerie avec la plupart des protagonistes du processus : scénaristes, producteur délégué, coproducteur, réalisateur, responsable des extérieurs, assistants, directeur photo, mixeur son, chef décorateur ou encore acteurs. Seulement sept jours de tournage par épisode, cela demande de la coordination et des prouesses, surtout dans le cas d'un season finale aussi jouissif.

                   

Avis sur le packaging : Haut de page

Le packaging est tout aussi plaisant que son prédécesseur. Se présentant toujours sous la forme d'un fourreau contenant 2 boîtiers slim double, sa face avant est illustrée par un Neal toujours aussi élégant en chemise blanche et cravate bleue placé à gauche au premier plan, alors que Peter est en retrait à droite avec cravate et veste noires. Le fond divise le duo par rapport à la couleur de leurs vêtements : blanc sur la gauche et noir sur la droite. Au dos du fourreau, nous pouvons voir une photo promotionnelle de Mozzie, Neal, Peter et Elizabeth sur un arrière-plan noir, blanc et bleu toujours en accord avec la charte graphique associée à la série et à son logo/titre. Nous y retrouvons également le synopsis, la liste des bonus ainsi que les spécificités techniques.

Les jaquettes des boîtiers prennent à contrepied celles du coffret précédent. Cette fois-ci, elles sont entièrement blanches et exposent chacune le buste d'un des deux membres de l'équipe. Neal et Peter sont vêtus d'une chemise blanche et d'une cravate noire mais les contours et les plis de la première sont effacés afin que sa couleur se confonde avec celle du fond. Au dos, le contenu des disques est listé et agrémenté d'une paire de menottes et de quatre vignettes extraites des épisodes. A l'intérieur, le fond est resté blanc, sans aucune fioriture, et la sérigraphie des DVD nous propose une base de trois couleurs – évidemment blanc, bleu et noir – utilisées pour l'arrière-plan, les écritures et une silhouette façon ombres chinoises.

Contrairement à la recherche apportée au packaging, le menu principal est pauvre et aucune musique ne se fera entendre nulle part. Il est constitué d'un arrière-plan new-yorkais derrière un filtre brumeux avec une photo de Neal mal définie apposée par-dessus que l'on retrouvera à l'identique sur tous les disques. Une bande noire sur le bas de l'écran permet de choisir entre la lecture de tout le disque, l'épisode à visionner, la configuration des langues/sous-titres et enfin les bonus. Les sous-menus conserveront ce style mais heureusement, chacun modifiera quelque peu son paysage de New-York et la photo sera différente partout, encadrée en biais. Les épisodes sont sélectionnables uniquement par leur titre français car la numérotation est absente. En conclusion, la charte graphique est respectée mais l'authoring ne rayonne pas par sa recherche et son dynamisme.