Accueil > Séries TV > Horreur > American Horror Story > Blu-Ray American Horror Story - Saison 1 [Blu-ray] > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd Noces Rouges  Integrale
Noces Rouges - Integrale
Sortie : 15/05/19

Eyewitness - Saison 1
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale
Sortie : 22/05/19

Blood Drive - Integrale [B...
Sortie : 22/05/19

Julien Fontanes, magistrat...
Sortie : 06/05/19

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

Noces RougesNoces Rouges EyewitnessEyewitness
Blood DriveBlood Drive Julien Fontanes, magistratJulien Fontanes, magistrat
Graine d'OrtieGraine d'Ortie Hard SunHard Sun
Happy!Happy! Kepler(s)Kepler(s)
The ResidentThe Resident Channel ZeroChannel Zero
Patrick MelrosePatrick Melrose HarlotsHarlots


AMERICAN HORROR STORY - SAISON 1 [BLU-RAY]


Éditeur : 20th Century Fox
Distributeur : Fox Pathé Europa

Type : Saison
Origine : zone B
Nombre de disque : 3 (BD-50)
Nombre d'épisodes : 12
Durée approx. : 504 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 3344428050504

Date de sortie en France : 24 octobre 2012


AUDIO


Langues : Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS 5.1)
Sous-titres : Anglais (mal entendants), Français, Néerlandais

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 natif
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- Commentaire audio de "La Maison" par Ryan Murphy
- Derrière la peur : le making of d'American Horror Story
- La Maison de l'Horreur présentée dans le "Eternal Darkness Tours" à Hollywood
- La scène d'ouverture : "Rencontrez les fantômes de la Maison"

TOUS LES ARTICLES SUR AMERICAN HORROR STORY - SAISON 1 [BLU-RAY]


25.10.2012 | Une saison d'American Horror Story

TEST DU BLU-RAY

Test rédigé le 24/12/2013 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :

Désireux de prendre un nouveau départ après la fausse couche de Vivien et l'adultère de Ben, le couple Harmon et leur fille Violet emménagent dans une majestueuse maison victorienne. Mais il s'avère que la bâtisse est chargée d'un très lourd passé incluant de nombreux décès dont les principaux sujets peuvent se manifester comme bon leur semble. Constance, l'énigmatique voisine, a l'air de cacher certaines choses et Tate, le nouveau patient de Ben dont le cabinet de psychiatrie est désormais à domicile, commence à s'éprendre de Violet.

L'originalité d'American Horror Story réside dans le changement d'histoire et de genre à chaque saison mais également dans la conservation d'une partie du casting qui prend alors de nouveaux rôles. Créée en 2011 par Ryan Murphy et Brad Falchuk qui avaient travaillé précédemment sur Nip/Tuck et Glee, la série remet au goût du jour les classiques de l'horreur et du fantastique en débutant dans cette première saison par le thème de la maison hantée. Angoisse, meurtres, perversité, sexualité, ... le spectateur est mis à rude épreuve tout au long de ces 12 épisodes aux multiples références cinématographiques. La réalisation est époustouflante, l'atmosphère pesante, les dialogues subversifs, la photographie léchée, tous les éléments sont travaillés avec une intelligence remarquable. Les acteurs principaux rivalisent de talent et les seconds rôles sont tout aussi jouissifs. Les flashbacks amorcés en pré-générique de chaque épisode mettent en place les pièces d'un complexe puzzle servi par des musiques qui prennent littéralement aux tripes.

L'édition Blu-ray de cette première saison est en tout point appétissante. L'image transpire son ambiance par tous les pixels, les pistes sonores donnent la chair de poule et les sous-titres conservent parfaitement la crudité des dialogues. L'authoring est soigné et son mode "Saison complète" très pratique. Quant aux bonus, ils ne sont pas très longs mais contenteront en partie les attentes du spectateur.

 

Avis sur l'image : Haut de page

L'image en 1080p est très intéressante. Tournée sur pellicule Super 35, on comprend immédiatement l'intention d'apposer une esthétique visuelle classique, bien ancrée dans les années phares des productions d'horreur. Le grain ainsi affiché confère à l'image une forte présence, palpable et oppressante, une âme qui sied parfaitement à l'atmosphère, d'autant plus que les scènes de flashbacks sont traitées différemment suivant leur ancienneté (grain, couleurs, contrastes, lumière, etc.).

Mais ce bruit vidéo ne ternit pas la précision des images qui dévoilent autant les détails dans les extérieurs que dans les recoins sombres de la Maison. La vieille demeure expose à tout-va ses pierres, moulures, vitraux, lustres, boiseries, textiles, son mobilier et ses autres décorations, permettant au spectateur de lui donner une identité à part entière, de la personnifier complètement et davantage encore au fil de l'histoire.

Les personnages ne sont pas en reste car la série regorge de gros plans donnant l'occasion d'admirer les expressions des visages, la peur et la confusion qui s'y installent. Et ils sont convaincants car les aspérités et les reflets sur la peau sont retranscrits à merveille. La sensation de profondeur se fait également ressentir, notamment dans les couloirs dont on s'attend à voir surgir quelque chose à tout instant.

La palette de couleurs est sublimée par la photographie qui joue son rôle à la perfection en installant des éclairages très nuancés et extrêmement travaillés. Toutes les teintes sont discernables – les rouges sont superbes – et les contrastes appuient bien l'image en "illuminant" tout ce qui se cache dans l'ombre.

                       

Avis sur l'audio : 1Haut de page

La piste originale délivre un bon mixage en DTS-HD Master Audio 5.1 d'une clarté absolue et d'un bel équilibre d'ensemble. L'exploitation des basses est une agréable surprise et les canaux frontaux servent des dialogues d'une propreté sans faille. Dans la scène arrière, c'est l'angoisse assurée dès les premières "notes" du générique qui effraierait n'importe qui simplement par le son. Lors des passages de tension, les bruitages vous feront sans doute vous retourner moult fois pour vérifier derrière vous... Mais le point le plus réussi est tout de même la partition musicale qui nous immerge dans l'horreur des évènements et accentue davantage l'anxiété par le biais des surround.

En français, nous n'avons droit qu'à un format DTS 5.1 en mi-débit (768kbps) qui se débrouille cependant très bien et n'a donc pas grand-chose à envier à son homologue original. La propreté du son est de mise, les canaux arrière ainsi que les basses sont exploités de la même manière et les effets sont tout aussi immersifs. Une belle prouesse technique.

Le doublage en français manque quelque peu de nuances et de jeu dans le ton employé par les comédiens, particulièrement pour Constance, le personnage interprété par Jessica Lange, difficile à cerner tout au long de l'intrigue. Elle est tellement habitée par son rôle en version originale qu'elle en devient en français moins mystérieuse, plus fade et cruellement moins charismatique. Tate fait également la même impression. Du côté de l'adaptation, doublage comme sous-titrage sont de qualité.

Comme le menu peut être appelé en surimpression pendant la lecture, les pistes sonores et de sous-titres peuvent être changées à la volée.


Avis sur les suppléments : Haut de page

Les suppléments sont plutôt convenables, leur intérêt venant surtout du commentaire audio et des deux making-of (de la série et du générique). Les autres bonus sont accessoires et servent davantage à résumer les choses.

BD 1 :
Commentaire audio de "La Maison" par Ryan Murphy : Le co-créateur de la série et réalisateur du pilote Ryan Murphy est seul intervenant sur ce commentaire ce qui n'est finalement pas plus mal car cela évite l'éparpillement. Il nous narre ainsi l'histoire de ce premier épisode en évoquant notamment le choix de la Maison, la conception du générique et le casting qui tourne autour de Connie Britton (Vivien). Outre de nombreuses anecdotes et informations de tournage, les inspirations cinématographiques mais également musicales seront dévoilées.

BD 3 :
La Maison de l'Horreur présentée dans le "Eternal Darkness Tours" à Hollywood (06:35) : L'homme qui joue le guide de l'"Eternal Darkness Tour" dans la série organise ici avec ses clients une visite de la Maison et en profite pour récapituler toutes les histoires de meurtres liées à celle-ci. On apprend rien de plus mais c'est toujours bon de remettre les choses au clair et ce module est en partie tourné avec la caméra d'un des visiteurs qui n'aurait pas dû trainer sur les lieux...

Derrière la peur : le making-of de American Horror Story (24:38) : Un petit tour d'horizon des coulisses s'imposait. Une partie de ce making-of est consacrée à la présentation des personnages mais la Maison fera ensuite son apparition avec ses intérieurs reconstruits en studio. Les costumes, les effets spéciaux et le maquillage seront également mis en lumière, sans oublier l'aspect visuel de la série suivant les époques.

La scène d'ouverture (09:12) : La productrice Alexis Martin Woodall nous explique que Ryan Murphy voulait travailler sur le générique d'ouverture avec l'équipe qui avait réalisé celui de Se7en et c'est ainsi que Kyle Cooper fut appelé. Cette passionnante featurette vous en donnera donc tous les secrets visuels et sonores.

Rencontrez les fantômes de la Maison (15:10) : Chacun des morts de la Maison prend la parole et raconte l'histoire de son personnage ainsi que son expérience d'acteur sur le show.

       

Avis sur le packaging : Haut de page

Le coffret se présente sous la forme d'un fourreau cartonné dans lequel sont insérés deux boîtiers Blu-ray dont un double. Le visuel est superbe, exposant dans ce petit coin de pièce rouge sombre et sale une femme dont on ne voit pas le visage – mais qui ne peut être que Vivien –, allongée au sol et (peu) habillée de noir, en proie à l'homme en latex surgissant du plafond suspendu par les pieds comme une chenille à une feuille. La classique bande bleue propre au support est ici noire mais a aussi été vernie à l'instar des écritures et des deux protagonistes. Ces derniers ainsi que le titre de la série ont également été mis en relief par un gaufrage. Au dos, une photo des personnages principaux brille au milieu de la présentation de la saison, son synopsis, la liste des bonus et les spécificités habituelles de l'édition. Pour rester dans le ton, les boîtiers sont noirs transparents et arborent des illustrations de mêmes type et couleurs que celle du recto du fourreau, imposant une ambiance glauque de cache-cache. A l'arrière, les synopsis des épisodes et les bonus sont listés pour chacun des disques, qui sont quant à eux imprimés d'une sérigraphie également noire et rouge avec une photo reprise ou non des boîtiers.

L'authoring est pratique et efficace. Une compilation d'extraits correspondant aux épisodes du disque lu défile (évitant donc partiellement les spoilers) sous les notes du générique. Toute la navigation passe par un unique menu représenté par une barre sur le bas de l'écran, affichable à la demande lors de la lecture. Grâce à lui, on peut choisir l'épisode, configurer la piste sonore, les sous-titres et visionner les suppléments. Un menu de recherche est également visible afin de voir la barre de temps de la saison ou des épisodes pour aller directement au moment voulu, ou alors de visualiser les signets que l'on aurait ajoutés en cours de lecture pour marquer un passage. La sélection des épisodes fait apparaître titres, résumés et le mode "Saison complète" qui permet de continuer la lecture au moment où l'on s'était arrêté sans devoir tout reconfigurer ou passer par le menu lors du changement de disque ou en rallumant la platine.

N.D.R. : Les captures HD n'affichent pas les menus car, contrairement aux DVD où ceux-ci sont intégrés dans l’image, ils forment ici un élément technique à part ajouté par-dessus.