ACTUALITÉS | TESTS | SÉRIES TV | PLANNING | DOSSIERS | INTERVIEWS | CONCOURS
Accueil > Série animée > Moonlight Mile > DVD Moonlight Mile - Intégrale Gold (Saisons 1 et 2) > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd 3 X Manon  Intégrale
3 X Manon - Intégrale
Sortie : 06/01/15

Black Books - Saison 3
Sortie : 20/11/14

Interventions - Saison 1
Sortie : 21/01/15

Prenez garde à Batman! - S...
Sortie : 11/02/15

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

3 X Manon3 X Manon InterventionsInterventions
Prenez garde à Batman!Prenez garde à Batman! Happy ValleyHappy Valley
GomorraGomorra A livre ouvertA livre ouvert
Julius JrJulius Jr Ferme en folie (La)Ferme en folie (La)
SouthcliffeSouthcliffe Sea patrolSea patrol

dvd Moonlight Mile  Intégrale Gold Saisons 1 et 2


Achetez-le sur


MOONLIGHT MILE - INTéGRALE GOLD (SAISONS 1 ET 2)


Éditeur : WE Productions
Distributeur : IDP

Type : Saison
Collection : Gold
Origine : zone 2
Nombre de disque : 6 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 26
Durée approx. : 650 minutes
Boîtier : Digipack

Date de sortie en France : 09 février 2012


AUDIO


Langues : Français (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 5.1), Japonais (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Français

VIDÉO


Format : 1.77 - 16/9 (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs


TEST DU DVD

Test rédigé le 19/04/2012 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :

Moonlight Mile est avant tout l'histoire de deux compagnons de cordée, Gorô et Lostman, las après avoir gravi tous les plus hauts sommets du monde, qui aimeraient aller encore plus haut... dans l'espace. Quelques années plus tard, le projet Nexus visant à construire sur la Lune une base permettant de récolter de l'Hélium-3, utilisé comme source d'énergie du futur, est sur le point d'arriver à terme. Gorô et Lostman, ayant chacun pris un chemin différent vont bientôt voir leur rêve s'exaucer.

Baignant dans de magnifiques compositions musicales, la série, très hollywoodienne dans son approche, possède un ton très adulte appuyé par la science lui conférant un réalisme qui la propulse dans les hautes sphères des produits de choix. Toutefois, un grand pan de l'histoire reste en suspens après les 2 saisons, respectivement de 12 (Lift Off) et 14 (Touch Down) épisodes, pan qui aurait dû faire la part belle à l'action quand on imagine la suite en se remémorant les images des génériques que l'on n'a pas vues dans les épisodes. Depuis 2007, aucune saison 3 n'a vu le jour. Néanmoins, cela n'enlève rien à la qualité de cet anime et la partie à laquelle nous avons droit est une petite perle et surtout un véritable coup de cœur.

Dans son superbe coffret Gold, Moonlight Mile dégage une image d'excellente qualité ainsi que des pistes sonores très bonnes dans leur technique et leur adaptation – notamment celle des termes scientifiques – mais une relecture aurait été souhaitable à la vue de certaines erreurs dans le doublage ou les sous-titres. L'authoring est globalement plaisant mais a également manqué de soin tant ses points noirs étaient aisément évitables. Pour résumer, une très belle édition qui aurait nécessité de meilleures finitions.

   

Avis sur l'image : Haut de page

Le master de Moonlight Mile est excellent dans son format 16/9e d'une belle précision. Les contours sont propres et le rendu général est aussi splendide qu'un ciel étoilé. Il n'y a ni artefact, ni tremblement. L'image est de toute beauté même si quelques fourmillements sont parfois apparents dans certaines scènes. Les incrustations en 3D peuvent rebuter sur le premier épisode car on est projeté dedans dès le départ mais sont ensuite plus parsemées et s'intègrent parfaitement aux superbes dessins. Les détails et l'animation des mouvements des robots, navettes et autres engins spatiaux sont criants de vérité et ajoutent une substance supplémentaire à la crédibilité de la série, déjà visible par toute cette technique et cette maîtrise du sujet.

Concernant le choix artistique sur la photographie, il faut mettre l'accent sur un point. L'image a délibérément une luminosité élevée plus ou moins dépendante de l'éclairage naturel de la scène. Les contrastes s'en retrouvent donc par moments amoindris et les couleurs plus réduites en saturation mais ce placement singulier ajoute un trait d'onirisme se mariant parfaitement avec le rêve que nous avons tous (eu) d'aller un jour dans l'espace. De ce fait, les séquences non éclairées telles que celles dans le vide spatial comportent des noirs profonds grâce à une luminosité "normale" appuyant des contrastes plus soutenus.

Nous noterons toutefois quelques petits bugs d'image (et le son strident qui va parfois de pair) dans le générique de l'épisode 13 ou au début du 17 au cours desquels de gros rectangles de mosaïques apparaissent durant une demi-seconde.

Les introductions d'avant générique résumant brièvement l'épisode précédent, les magnifiques eyecatches (interludes de moitié d'épisode) et les jikai (annonces de l'épisode suivant) sont présents.

                       

Avis sur l'audio : 1Haut de page

Les pistes audio sont au nombre de trois dont des française et japonaise en stéréo, la dernière se trouvant être une 5.1 en français. Le rendu des premières est tout à fait satisfaisant et sensiblement similaire sur le plan technique. La clarté est exemplaire et le placement des effets et des voix sur la droite ou la gauche est très bien géré. Pour les amateurs de français ou tout simplement ceux pour qui la technique passe avant tout, la piste 5.1 dans notre chère langue est précise et immersive. Moonlight Mile n'étant pas une série d'action qui en fait des tonnes, les surrounds sont plutôt utilisés par la musique... mais quelles musiques ! Les voix et effets bénéficient d'une spatialisation bien maîtrisée au point que l'on se sent parfois perdu dans l'espace en entendant ces petites poussées de gaz aux alentours.

La série utilisant et usant de termes techniques/scientifiques aérospatiaux, l'adaptation du doublage et du sous-titrage français est vraiment sublime dans ses propos hurlant de véracité. Les voix françaises ainsi que le jeu des personnages sont très convaincants mais un timbre plus jeune (comme dans la piste originale) pour Maggy aurait été plus appréciable.

Dans les sous-titres, quelques rares fautes de frappe, orthographe ou conjugaison sont à déplorer telles qu'un "Woddbridge" ("Woodbridge") dans l'épisode 7, l'éternelle confusion entre "ballade" (le terme musical) et "balade" (la promenade) ou encore un mot manquant dans "[...] s'abattent la Terre", les deux pour l'épisode 19. Il faut préciser également que les Star Fighter sont écrits en deux mots (forme correcte) mais parfois en un seul. Une dernière relecture n'aurait pas été du luxe mais tout cela reste minime et sans importance capitale.

Les différences de compréhension entre les langues ne sont pas non plus nombreuses à la vue de l'adaptation réussie mais des phrases font quelque peu la différence. Nous pouvons en citer certaines comme dans l'épisode 13 où l'on entend "Star Fighter 2 et 5" à la place de "2 à 5" dans les sous-titres et en japonais. On parle aussi d'"appareils repérables", version juste des sous-titres mais le doublage annonce des "appareils réparables". Erreur sans doute due à une lecture précipitée du comédien. Fait surprenant toujours dans le même épisode, on exprime dans le sous-titrage les "7 continents", ce qui est correct du point de vue géographique, mais on en dénombre que 5 dans la version française, comme appris à l'école primaire. Pour terminer, nous pouvons encore dire que les numéros des Star Fighter comportent un zéro prononcé dans la piste japonaise ("02" => "zero two") mais pas toujours en français qui se contente parfois seulement du second chiffre. Rien de bien méchant en finalité mais c'est dans les détails que l'on fait la qualité d'un produit.

Certaines répliques sont également erronées. Nous pouvons citer celle de l'épisode 2 à 02:46 qui n'est pas sous-titrée ou bien celle de Gorô dans l'épisode 5 à 11:48 qui l'est mais... en japonais. Par contre, le 13 comporte à 08:55 une phrase ne correspondant pas au mouvement des lèvres de Brian (et encore moins aux sous-titres et aux véritables paroles) et la suivante n'est pas du tout doublée. Egalement parfois, et plutôt dans les salles de contrôle (épisode 12 par exemple), les répliques d'arrière-plan trop nombreuses ne sont pas sous-titrées, sûrement pour éviter la confusion avec les principales. En doublage français, cela est évidemment tout doublé car bien plus facilement compréhensible à l'oreille.

A noter la bonne idée de sous-titrer les génériques de fin – celui d'ouverture n'ayant aucune parole – de façon intercalé entre le japonais et la traduction française, les épisodes impairs comportant le français et les pairs le japonais.

   

Avis sur les suppléments : Haut de page

Seules des bandes annonces d'animes de l'éditeur et de films, plus ou moins différentes selon les disques, sont au programme. Celle de Moonlight Mile est malheureusement écrite correctement seulement dans le troisième DVD car dans les autres, "Moonlight" est en deux mots.

   

Avis sur le packaging : Haut de page

Les "Editions Gold" distribuées par IDP font partie d'une collection, et, par conséquent, garantissent un design et un traitement homogène sur l'intégralité des titres de celle-ci, faisant partie du catalogue d'autres éditeurs du marché ou de celui d'IDP. Comme à l'habitude de ce dernier, nous bénéficions d'un packaging superbe sous forme d'un fourreau en carton bien épais et d'un digipack, tous deux de couleur noire. Le premier comporte une illustration des personnages principaux ainsi que le logo de la série légèrement mis en relief sur sa face avant – et de la même façon sur les tranches –, accompagnés par deux petites bandes dorées, édition "Gold" oblige. Le dos est également réussi avec les habituels contenu, synopsis, crédits de la série et spécificités de l'édition, le tout mêlé à des images.

Le digipack est également standardisé dans sa conception afin de diminuer les coûts pour accueillir sans discrimination jusqu'à 9 DVD pour les séries plus longues de la collection. Il se présente en quatre volets dont un permettant d'insérer le livret, les trois autres comportant des emplacements en plastique. A l'intérieur de ces derniers est découpé un cercle pivotant pour placer 2 DVD recto verso qui se rentrent donc dans l'épaisseur de plastique et peuvent se bloquer grâce à un petit taquet (très pratique). Au fond de cette ouverture, un troisième disque peut être placé à même le carton du packaging (moins pratique car plus sujet aux rayures), se bloquant également avec des taquets. Tout ceci est élégamment habillé par un arrière-plan lunaire et un satellite pour la partie intérieure – sauf pour l'emplacement du livret qui a sa propre image reprise en couverture – ainsi que par des artworks sur chaque volet pour l'extérieur. La sérigraphie des DVD reprend les titres des épisodes ainsi qu'une belle photo d'un personnage avec un engin spatial. Le titre de l'épisode 25, "Tsuki no namida", n'a d'ailleurs pas été bien traduit dans sa forme "Des larmes sur la Lune" alors qu'il aurait dû s'appeler "Les larmes de la Lune". Le 12 également réitère l'erreur de "Star Fighter" écrit en un seul mot ou encore le 13 utilise le mauvais genre pour le mot "prémices".

Le livret de 28 pages contient une présentation de la série ainsi que des fiches sur les personnages, les synopsis des épisodes, une terminologie et le staff. Mis à part une erreur de nomination de Jack F. Woodbridge en "Jack W. Woodbridge" ou l'oubli de mentionner le second générique "Boat House" de The Pillows, nous notons un casting de doublage incomplet, quelques incohérences sur certains synopsis (épisode 15) ainsi qu'une terminologie paraphrasée maladroitement de Wikipédia. Nous n'apprenons rien d'essentiel mais attention car même la présentation des personnages en révèle déjà trop.

Après une petite introduction à l'aide de quelques extraits, le menu principal se présente avec un beau plan de l'espace survolé par un ou plusieurs engins spatiaux (différents pour chaque disque) comme le Horner, et un bel effet de lens flare sous fond de la musique du générique d'ouverture. D'ici, nous pouvons sélectionner la vision consécutive de tous les épisodes avec le bouton "Films" (ça ne s'invente pas), leur liste, le son ou les bonus. Le sous-menu des épisodes pourvu d'un fond neigeux et quadrillé, les présente encadrés avec leur titre en français et un extrait, en écoutant la belle chanson du générique de fin, différente entre les deux saisons. Les autres sous-menus sont très légèrement animés grâce à un plan lunaire pour la partie audio et l'I.S.S. pour les bonus. Dans la seconde saison, les arrière-plans diffèrent quelque peu mais restent bien sûr dans le même esprit.

Les DVD de la première saison, soient les trois premiers, comportent de légers bugs :
- Dans le sous-menu des épisodes, ils sont numérotés de 1 à 4 sur chaque disque.
- Les sous-menus ont leur titre visible dans la partie en bas à gauche mais celui de l'audio n'a pas été modifié et est donc "Episodes".

Les DVD de la deuxième saison, soient les trois derniers, ne sont pas en reste et contiennent eux aussi leur lot de points à relever :
- La numérotation des épisodes sur la sérigraphie des disques est erronée car les 14 sont répartis de la façon suivante 4-5-5 alors que les disques sont imprimés en 5-5-4, laissant apparaître un décalage.
- Contrairement à la première saison, en lançant un épisode, nous nous calons au chapitre dudit épisode sur la vidéo globale des épisodes consécutifs (celle accessible depuis le bouton "Films"). De ce fait et à cause d'un authoring sabordé, il n'y a pas de coupure et les épisodes s'enchaînent sans repasser par le menu, d'autant plus qu'après le dernier du disque, le lecteur stoppe complètement.
- Les menus contiennent des bandes noires en haut et en bas de l'écran.

Enfin, pour tous les disques, depuis le sous-menu audio, nous pouvons lancer les épisodes par le bouton associé mais celui-ci démarre le bloc d'épisodes accessible depuis le lien "Films" et non le sous-menu des épisodes, comme la logique le voudrait.