Accueil > Séries TV > Fantastique > Vampire Diaries > DVD Vampire Diaries - Saison 1 > Test DVD
DERNIERS DVD

dvd The Big Bang Theory  Saisons 1 à 11
The Big Bang Theory - Sais...
Sortie : 05/06/19

Lucky Man - Saison 2 [Blu-ray]
Sortie : 05/06/19

Lucky Man - Saison 2
Sortie : 05/06/19

Orphan Black - Saison 5
Sortie : 04/06/16

Orphan Black - Saison 4
Sortie : 04/06/16

» Voir la base de données


NOUVELLES SÉRIES

Graine d'OrtieGraine d'Ortie Hard SunHard Sun
Happy!Happy! Kepler(s)Kepler(s)
The ResidentThe Resident Channel ZeroChannel Zero
Patrick MelrosePatrick Melrose HarlotsHarlots
Picnic at Hanging RockPicnic at Hanging Rock The Little Drummer GirlThe Little Drummer Girl
The Good FightThe Good Fight 9-1-19-1-1



Achetez-le sur



VAMPIRE DIARIES - SAISON 1


Éditeur : Warner Bros
Distributeur : Warner Home Video France

Type : Saison
Origine : zone 2
Nombre de disque : 5 (DVD-9)
Nombre d'épisodes : 22
Durée approx. : 924 minutes
Boîtier : Coffret
Code EAN : 5051889071303

Date de sortie en France : 01 avril 2011


AUDIO


Langues : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Anglais, Français

VIDÉO


Format : 1.78 - 16/9 anamorphique (compatible 4/3)
Standard : PAL
Image : Couleurs

SUPPLÉMENTS


- « La vie à Mystic Falls : les traditions des vampires et la vie lycéenne » : du scénario à l’écran
- « Entre deux morsures » : le succès des vampires et les fans qui les adorent
- « Une nouvelle génération de Vampires » : le casting de la série
- Scènes inédites
- « Le code des vampires » : commentaire audio des créateurs et du producteur sur l’épisode pilote
- « Vampire Diaries : une ombre vérité » : webisodes
- Bêtisier

TOUS LES ARTICLES SUR VAMPIRE DIARIES - SAISON 1


28.03.2011 | The Vampire Diaries sort ses premiers crocs

TEST DU DVD

Test rédigé le 26/03/2011 par Grégory Lazareth

Avis sur l'édition :

Quatre mois se sont écoulés depuis qu'Elena et Jeremy Gilbert ont perdus leurs parents lors d'un accident de voiture. Dans la petite ville au lourd passé de Mystic Falls, les deux adolescents reprennent les bancs de l'école en s'efforçant de paraître sous leur meilleur jour. Elena exorcise ses démons grâce à un journal intime alors que Jeremy utilise un système beaucoup plus douteux. Toute cette petite ville va être bousculée par l'arrivée de Stefan et Damon Salvatore, deux frères que tout oppose et qui s'avèrent être des vampires.

The Vampire Diaries
est inspirée de l'œuvre de L.J. Smith, publiée en 1991, mais ne suit pas véritablement l'intrigue qui sert simplement de base. Si le postulat de départ peut faire penser à Twilight, la comparaison s'arrête très rapidement car la série possède sa propre identité, tant dans l'esthétique que dans l'atmosphère, mais aussi au niveau de l'histoire aux multiples rebondissements et aux révélations sans aucun temps mort.

L'édition DVD proposée par Warner est de bonne facture dans l'ensemble, mais se trouve gâchée par une image imparfaite due au rouleau compresseur utilisé pour rentrer 5 épisodes par disque. Le tout est néanmoins parfaitement regardable et bien au-dessus d'autres éditions, tant l'esthétique inhérente à la série est léchée et particulière.

 

Avis sur l'image : Haut de page

A l'image de ses actrices (et acteurs, allez, je vous le concède), l'image est belle, c'est un fait indéniable. La série usant de contrastes assez extrêmes entre la luminosité et les couleurs vives des scènes de jour (à croire qu'il ne pleut jamais à Mystic Falls) ainsi que des tons sombres en basse lumière lors des scènes de nuit propres aux histoires de vampires, la palette colorimétrique est variée, plaisante et bien rendue. Et c'est bien justement là le problème...

La série étant sublimée par une photographie splendide agissant comme de la poudre aux yeux et empêchant de voir les défauts, le traitement de l'image a été relégué au second plan. En effet, au premier regard et à la découverte de la série, on trouve l'image particulièrement belle et on ne fait pas spécialement attention à sa qualité technique. En regardant de plus près et sans doute à cause de la compression trop élevée, l'image souffre de grain et ces fourmillements, plutôt visibles sur les arrière-plans sombres le sont en fait partout et en permanence : en pleine ou basse lumière, en premier comme en arrière-plan.

Qu'est-il passé par la tête de la Warner pour vouloir faire rentrer 5 épisodes par DVD, là où la plupart des autres séries de format égal n'en mettent que 4 au maximum ? Le pire étant que la capacité maximale du DVD-9 est loin d'avoir été atteinte. C'est dommage car à côté de cela, nous avons un niveau de détail élevé où l'on peut voir le moindre cheveu en épi de la magnifique crinière de Nina ou le moindre pore de la peau des visages des frères Salvatore. Le coffret Blu-Ray n'a sans doute pas été mieux traité car il possède seulement 4 galettes, et cela risque de faire également un peu juste. Nous ne parlerons même pas de l'effet Gibb (pixels parasites, dus à la compression, autour de caractères incrustés) au niveau de l'affichage des noms des acteurs en hardsub.

Révélant des contrastes profonds, l'image en 16/9e est dans l'ensemble d'une très bonne définition et même meilleure que celle de certaines séries du moment. Par contre, ces fourmillements auraient sûrement pu être évités avec une compression plus faible (à moins que cela ne vienne du master, ce qui serait étrange pour une série aussi récente). Notons tout de même que le nombre de support est le même en zone 1 donc l'image doit être identique. Sans ce grain, un bon 9/10 aurait été de mise, mais sur le plan technique pur, et même si ce défaut n'est pas spécialement gênant si on n'y fait pas attention, nous sommes contraints d'enlever des points pour le signaler.

               

Avis sur l'audio : 1Haut de page

Sont présentes 3 bandes son : l'anglaise en 5.1 ainsi que la française et l'espagnole (castillan) en 2.0. Les pistes sont claires, bien calibrées et de qualité mais nous préfèrerons bien évidemment la piste originale, avec ou sans le matériel adéquat.

Côté doublage, - et je vais m'attirer les foudres des fans, - le français se défend bien dans l'ensemble mais les voix sont trop stéréotypées entre celle de gamine pour Elena, de nunuche pour Caroline ou de vieux professeur pour Stefan. Sans oublier la plus importante pour ces dames, celle de Damon, qui rend moins sexy le personnage. En connaissant les véritables voix des acteurs/trices, la version originale est tout de même bien meilleure ne serait-ce que pour les intonations ou l'humour de Damon. Pour l'adaptation, la traduction de "vervein" en "veine de Vénus" peut paraître hasardeuse, bien qu'elle donne une image plus poétique, jeune et aristocrate à la plante. Sans connaître, il n'est pas évident de faire la corrélation entre la verveine et son autre nom donné par l'adaptation française.

Les sous-titres se déclinent en 4 langues : anglais pour malentendants (pas d'anglais simple), français, espagnol (castillan) et néerlandais. En ce qui concerne les français, le rendu est bon et sans erreur mais comme d'habitude, des fautes de frappe, d'orthographe et de grammaire viennent souiller notre belle langue. A croire que la relecture est devenue un phénomène has been.

 

Avis sur les suppléments : Haut de page

Les suppléments sont nombreux et identiques à l'édition zone 1. On sent l'effort qui a été fait sur ce plan pour nous restituer tout ce qui était possible sur la série, des webisodes à l'audiobook, en passant par les auditions. Même si nous déplorerons l'absence de sous-titres pour le commentaire audio et ledit audiobook, les bonus valent le détour en étant intéressants et souvent amusants. Sans échapper aux séances de louanges envers les collègues, ils permettent de voir d'autres facettes des acteurs, le cheminement du livre au scénario, puis du scénario à l'écran, de passer en revue le maquillage, la photographie, les conditions de tournage, ... Nous aurions aimé que tout ne soit pas abordé aussi rapidement et concisément mais cela a le mérite de nous montrer la plupart des étapes du projet pour nous donner une vue globale.

Commentaire audio de l'épisode pilote : Comme l'explique la légende sur le premier DVD, il vaut mieux regarder ou plutôt écouter le commentaire après avoir vu toute la série. Celui-ci, fait par Kevin Williamson, Julie Plec et Marcos Siega, les créateurs et producteurs de la série, n'est apparemment pas sous-titré, ni en français, ni en anglais. Difficile d'accès pour les néophytes et surtout non pardonnable de nos jours.

Scènes coupées : Environ la moitié des épisodes possède quelques scènes coupées, disponibles directement dans le menu à côté desdits épisodes. Si la plupart n'apportent rien de particulier, certaines permettent d'éclairer des points éludés ou que nous n'aurions pas compris, voire mal suivis.

La vie à Mystic Falls (24:02) : Nous apprendrons comment est née la série, le passage du scénario à l'écran, mais surtout quel genre de show voulait faire Kevin Williamson au niveau des thèmes abordés et des dialogues. Les livres de L.J. Smith ne représentent que le squelette et les différences au niveau de la base-même de la série et surtout des personnages sont évoquées. Tout le staff et les acteurs apparaissent pour nous donner des anecdotes ou pour louanger leurs collègues. Nous en apprendrons plus sur l'esthétique particulière donnée par le réalisateur et le directeur photo, les lieux et les conditions de tournage (notamment nocturnes), le maquillage, les décors, les flashbacks, ...

Entre deux morsures (18:02) : Au moyen d'interviews du staff et de rencontres avec les fans, nous en apprendrons plus sur le site de la saga, le succès de la série, l'importance d'Internet ou alors l'évolution du mythe du vampire à travers l'histoire. Dracula, et les vampires plus généralement, se rapprochent bien plus, à la base, de zombies que de séduisants jeunes hommes. Nous verrons ensuite que les vampires ont la cote et c'est la raison pour laquelle The Vampire Diaries a gagné un People's Choice Award grâce à tous ses fans.

Une nouvelle génération de vampires (12:12) : Cette séquence nous raconte le déroulement du casting des personnages principaux, la façon dont chaque acteur a été choisi d'après le profil sur le papier. Grâce à des interviews et surtout d'extraits des auditions, cette featurette originale en demeure amusante et digne d'intérêt.

Le code des vampires (06:27) : Sous forme de rapides interviews et d'extraits bien choisis, un petit quiz diablement drôle de 11 questions sur les règles concernant les vampires est posé au spectateur. A regarder après la série pour garder le suspense intact.

The Vampire Diaries : une sombre vérité (07:23) : 4 webisodes ont été créés pour précéder la série (à voir donc avant l'épisode pilote si on veut respecter la chronologie), lancer l'histoire, mais surtout faire monter le buzz avant les véritables épisodes. Ils racontent l'histoire de Jason, enquêtant caméra à la main sur la mort de sa sœur Joanne, persuadé qu'elle a été tuée par un vampire du nom de Stefan Salvatore, son voisin au moment des faits. Ces webisodes, même s'ils sont très rapides, permettent de poser les premières briques, mais ne nous apprennent rien de particulier.

Bêtisier (03:56) : Petit bêtisier comme nous aimons, rempli d'injures, d'erreurs et d'humour. Nous apprendrons par ailleurs que Nina aime faire pas mal de choses avec sa langue alors qu'Ian se permet de roter en plein tournage.

Audiobook : The Vampire Diaries - The Awakening (6:31:43) : Comme son nom l'indique, le premier livre de la saga est lu par Rebecca Mozo, actrice de films et théâtre. Les 16 chapitres sont présents soit la totalité de l'ouvrage de 253 pages. Le problème, vient du fait que c'est le livre anglais qui est lu, mais sans aucun sous-titrage d'aucune langue. De plus, nous n'avons pas trouvé comment accéder à ce bonus sur une platine de salon (bonus caché ?) mais depuis un ordinateur, nous pouvons le voir à partir du chapitre 12.

             

Avis sur le packaging : Haut de page

Concernant le package en lui-même, nous ne l'avons pas eu en notre possession donc ne pouvons émettre une quelconque critique. En revanche, il reprend le même visuel que le coffret zone 1.

Quant aux menus, on ne peut faire plus simple. A l'image de ceux de Fringe ou des autres séries actuelles de Warner, une simple image figée (qui n'est autre que la célèbre photo utilisée pour le packaging où Elena se trouve allongée sur le dos dans l'herbe entourée par les frères Salvatore) fera office de présentation. Une musique en fond vient sonoriser tout cela et le choix entre les langues, les épisodes ou la lecture de tous les épisodes s'impose.

A l'intérieur de chaque partie du menu, une autre image figée d'un des protagonistes principaux (changeant pour chaque partie et chaque DVD) sous une musique sobre et inquiétante de la série (différente pour chaque partie mais identique pour chaque DVD). Pour le choix des épisodes, seul le numéro est affiché, nous n'en connaissons donc pas les titres.

Par contre, les différents bonus concernant les épisodes sont illustrés par des symboles, à savoir les ciseaux pour les scènes coupées et le micro pour le commentaire audio. Plutôt efficace, ce système simple permet de savoir dans quel épisode se trouvent les scènes coupées, ce qui a l'avantage de les remettre facilement dans le contexte en les regardant après chaque épisode concerné.

Pour résumer, comme à son habitude, les menus de Warner sont sobres et se résument au minimum : des images figées et aucune animation. Même si les photos et les musiques sont bien choisies et respectent l'atmosphère mystérieuse de la série, nous aurions aimé quelque chose de plus fouillé et actuel.

       

IMAGES DES MENUS



cliquez ici pour voir en grand  cliquez ici pour voir en grand  cliquez ici pour voir en grand  cliquez ici pour voir en grand  

Voir toutes les images